Une épicerie casher, déjà cible de tags antisémites, incendiée à Créteil
Rechercher

Une épicerie casher, déjà cible de tags antisémites, incendiée à Créteil

"La piste criminelle est privilégiée" a affirmé la procureure de Créteil, une ville où habite une très importante communauté juive

Vue sur Créteil (Crédit : CC BY Christophe Pinard/Flickr)
Vue sur Créteil (Crédit : CC BY Christophe Pinard/Flickr)

Une épicerie casher de Créteil (Val-de-Marne) déjà ciblée par des tags antisémites il y a quelques jours a été incendiée dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris auprès du parquet de Créteil.

Le feu a été signalé entre 4 heures et 5 heures du matin et « il y a a priori de très gros dégâts », a expliqué à l’AFP la procureure de Créteil, Laure Beccuau. Cette enseigne, « Promo & Destock », faisait partie des deux magasins casher qui avaient été recouverts de cinq croix gammées le 3 janvier. « La piste criminelle est privilégiée », a-t-elle précisé.

Quelques jours plus tôt ces mêmes épiceries avaient été victimes de dégradations à caractère antisémite.

Des croix gammées ont été taguées sur les devantures de deux magasins d’alimentation casher à Créteil, apprenait-on mercredi 3 janvier de source policière, un acte qui a provoqué « l’indignation » du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Les commerçants de ces deux enseignes mitoyennes, situées dans un centre commercial de Créteil (Val-de-Marne), « ont découvert les cinq croix gammées », taguées en rouge sur les rideaux métalliques de leurs commerces, à l’heure de l’ouverture, avait alors précisé cette source policière.

Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur avait fait part de sa « profonde indignation » face à ces « inscriptions antisémites » sur les devantures des magasins « Hyper Cacher » et « Promo Stock ».

Selon le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, « les auteurs ont souhaité marquer à leur manière l’anniversaire de l’attentat antijuif » de l’HyperCasher de Vincennes « à l’approche de la commémoration de ce crime odieux« , au cours duquel quatre juifs avaient été tués le 9 janvier 2015.

L’ambassadrice d’Israël en France Aliza Bin Noun, a qualifié cet incendie de « provocation honteuse ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...