Rechercher

Une firme de dératisation condamnée pour avoir laissé du poison dans une maternelle

Le raticide a été déposé dans une boîte de lait maternisé ; les enfants sont indemnes grâce à la vigilance de l'institutrice ; l'amende s'élève à 30 000 shekels

Raticide entreposé dans une boîte de lait maternel dans le coin réservés aux peluches d'un jardin d'enfants, dans le centre d'Israël. (Crédit: Ministère de l'Environnement)
Raticide entreposé dans une boîte de lait maternel dans le coin réservés aux peluches d'un jardin d'enfants, dans le centre d'Israël. (Crédit: Ministère de l'Environnement)

Une société de dératisation a été reconnue coupable d’avoir laissé du poison anti-rongeurs dans un vieux récipient de lait maternel dans un coin d’un jardin d’enfants et a été condamnée lundi à payer une amende de 30 000 shekels.

Ce n’est que grâce à la vigilance de l’enseignante du jardin d’enfants du Moshav Zeitan, qui se trouve dans le centre d’Israël, qu’aucun des élèves n’a été empoisonné.

L’entreprise en cause, Sdot A.V.R. Extermination Solutions de Yavneel, a également été condamnée à payer une caution d’une valeur de 40 000 shekels qui lui sera restituée à condition de ne pas répéter les infractions dont elle a été reconnue coupable au cours des trois prochaines années.

Selon l’acte d’accusation, présenté en février 2021, deux petits ont ouvert une vieille boîte de lait maternel contenant du poison pour rongeurs, qu’un contrôleur avait laissé près des peluches dans un coin de la cour qui servait de théâtre.

En voyant cela, la maîtresse a immédiatement fait cesser le jeu des enfants, et les a amenés à l’infirmerie afin qu’ils soient auscultés. Fort heureusement, ils n’ont rien eu.

Un tribunal d’instance de Petah Tikva a condamné l’entreprise pour faute grave, imprudence et négligence.

Raticide entreposé dans un récipient de lait maternel dans le coin des peluches d’un jardin d’enfants du centre d’Israël. (Crédit: Ministère de l’Environnement)

Le tribunal a estimé que le dératiseur n’avait pas de licence adéquate, et a utilisé le pesticide en violation des recommandations du produit, mettant en danger la vie d’autrui, en abandonnant le produit et en ne le signalant pas aux autorités compétentes.

L’entreprise a plaidé coupable pour tous les chefs d’accusations.

Le tribunal entendra les accusations contre le dératiseur en cause, Sharon Sharabi, ainsi que les directeurs de l’entreprise, Yosef et Bar Or Linkovsky, en février prochain.

Cet incident s’est produit en décembre 2018. Une enquête avait été menée par la Police verte du ministère de l’Environnement, et par la police de la ville de Lod.

Il y a quatre ans, un dératiseur a été condamné à trois ans de prison pour avoir causé la mort de deux fillettes après avoir traité l’appartement familial à Jérusalem avec un dangereux poison.

Yossi Barkan, originaire de Nataf près de Jérusalem, a été reconnu coupable d’avoir causé la mort de Yael et Avigail Gross, âgées de 1 et 4 ans, après qu’elles ont été exposées à des produits chimiques toxiques, ainsi que d’avoir gravement blessé quatre autres membres de la famille. Barkan a accepté une négociation de peine l’obligeant à payer 200 000 shekels de dommages et intérêts en échange d’une sentence relativement courte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...