Une plainte présentée à un cadre du Fatah à son arrivée à New York
Rechercher

Une plainte présentée à un cadre du Fatah à son arrivée à New York

Une plainte au civil à hauteur de 250 m $ a été présentée à Jibril Rajoub pour la torture et le meurtre d’un Américano-Palestinien

Jibril Rajoub, cadre du Fatah et président de la Fédération palestinienne de football à Ramallah, en Cisjordanie, le 12 octobre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Jibril Rajoub, cadre du Fatah et président de la Fédération palestinienne de football à Ramallah, en Cisjordanie, le 12 octobre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Un haut responsable de l’Autorité palestinienne (AP) s’est vu présenter une plainte au civil demandant 250 millions de dollars mercredi, à son arrivée à l’aéroport de New York, en raison de son implication présumée dans la torture et le meurtre d’un Américano-Palestinien.

Jibril Rajoub, cadre du Fatah et président du Comité olympique de l’AP, s’est vu remettre un mandat demandant 250 millions de dollars et une convocation à la cour quand il est descendu de l’avion à l’aéroport JFK, a indiqué le site d’information Ynet mercredi.

Le procès accuse Rajoub d’être impliqué dans la torture et le meurtre présumé d’Azzam Rahim par les forces de l’AP en 1995.

La plainte a été déposée par la famille de Rahim mardi, au Texas, contre Rajoub, qui était à l’époque du meurtre présumé le directeur de la sécurité palestinienne en Cisjordanie. Selon le mandat, Rahim a été arrêté par l’AP le 29 septembre 1995, et torturé jusqu’à la mort.

Les plaignants accusent Rajoub d’avoir joué un rôle majeur dans l’arrestation, la torture et la mort de leur proche. La famille a affirmé que Rahim était à Ein Yabrud, près de Ramallah, il y a plus de 20 ans, quand des forces de sécurité en civil l’ont arrêté pendant qu’il jouait au backgammon dans un café de la ville, et l’ont emmené dans une prison de Jéricho. Deux jours après, une ambulance a ramené sa dépouille dans la ville.

Jibril Rajoub, responsable du Fatah, à Ramallah le 12 février 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Jibril Rajoub, responsable du Fatah, à Ramallah le 12 février 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le chauffeur de l’ambulance aurait dit à la famille que Rahim était mort d’une crise cardiaque dans un hôpital de Jéricho. L’hôpital a cependant affirmé à la famille qu’il était déjà mort quand il était arrivé.

Une autopsie a révélé des blessures à la tête et au visage de Rahim, des dents brisées et des lèvres coupées, et des brûlures de cigarette sur tout son corps. Il avait également des côtes brisées, mais aucune anomalie cardiaque.

La famille affirme que Rahim a été enlevé contre une rançon selon l’hypothèse qu’il était un riche Américain, lorsqu’ il avait refusé de payer, il avait été torturé à mort.

Rahim avait laissé derrière lui son épouse et leurs six enfants.

Rajoub ne sera probablement pas arrêté ou interrogé par les autorités américaines, selon Ynet, qui a ajouté que la plainte avait été déposée pour la première fois il y a 11 ans, avant d’être suspendue puisque Rajoub n’était pas présent physiquement aux Etats-Unis à l’époque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...