Université Ariel : L’AP exhorte le monde à boycotter les députés de la Knesset
Rechercher

Université Ariel : L’AP exhorte le monde à boycotter les députés de la Knesset

Les Palestiniens demandent que les députés soient interdits de séjour, ajoutés à la liste noire des terroristes, après la loi israélienne sur les écoles au-delà de la Ligne verte

Khaled Abu Toameh est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Des étudiants se promènent sur le campus de l'Université Ariel, dans l'implantation d'Ariel en Cisjordanie, le 25 janvier 2017. (Sebi Berens/Flash90)
Des étudiants se promènent sur le campus de l'Université Ariel, dans l'implantation d'Ariel en Cisjordanie, le 25 janvier 2017. (Sebi Berens/Flash90)

Mercredi, l’Autorité palestinienne a intensifié ses attaques verbales contre Israël – cette fois-ci en appelant tous les Parlements à boycotter les membres de la Knesset qui ont soutenu un projet de loi qui applique la loi israélienne aux institutions universitaires israéliennes en Cisjordanie.

L’AP a également demandé que les membres de la Knesset soient inscrits sur la liste des terroristes internationaux.

Cependant, l’AP, dans une déclaration publiée par son ministère de l’Information à Ramallah, s’est abstenue de mentionner les noms des législateurs qu’elle souhaite que le monde sanctionne.

L’appel de l’AP a été lancé en réponse à une loi votée lundi, accordant aux institutions israéliennes sur la Ligne verte le même statut académique que les autres établissements d’enseignement supérieur en Israël.

La loi, qui a été adoptée par la Knesset lundi, est connue sous le nom de loi de l’Université Ariel car elle ouvre la voie à la création d’une école de médecine.

L’école avait déjà reçu un statut amélioré en 2012.

Etudiants au Centre Universitaire Ariel de Samarie, 25 décembre 2012. (Flash90)

L’AP a condamné la loi, la doublant d’une autre mesure israélienne visant à saboter tout processus de paix entre les Palestiniens et Israël.

Le ministère de l’Information de l’AP, qui utilise souvent un discours extrêmement virulent pour condamner Israël, est allé un peu plus loin cette fois en accusant les députés qui ont voté en faveur de la loi de « soutenir le racisme et le terrorisme ».

La déclaration du ministère a appelé les Parlements et les députés du monde entier à boycotter les membres de la Knesset et à les empêcher d’entrer dans leur pays.

Le ministère de l’AP a également appelé les Parlements à inscrire les noms des députés qui soutiennent la loi sur les listes noires des terroristes.

L’adoption du projet de loi défie la volonté du monde et ses décisions visant à contester les implantations, a précisé le ministère.

« La fréquence accélérée des adoptions de lois extrémistes et racistes est un signe de la persistance d’Israël à poursuivre le terrorisme », a-t-il ajouté.

« Cela traduit également leurs rêves d’imposer une pleine souveraineté (israélienne) à la Cisjordanie, d’anéantir les droits nationaux légitimes des Palestiniens et déjouer les résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies et de la Sécurité qui rejettent les implantations.

Le ministère de l’AP a également appelé l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et tous les établissements universitaires « libres » dans le monde à boycotter Israël et les établissements universitaires « qui ont été construits sur nos terres ».

La déclaration a condamné le ministre de l’Education Naftali Bennett pour avoir utilisé le nom biblique Judée et Samarie pour parler de la Cisjordanie.

L’utilisation du nom de Judée et de Samarie équivaut à un « appel ouvert à la purification ethnique et à l’incitation à tuer nos fils », a déclaré le communiqué de l’AP. « C’est aussi un appel aux colons (sic) pour qu’ils commettent des actes de brutalité et se déchaînent. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...