Le maire d’Ariel salue la régularisation des universités de Cisjordanie
Rechercher

Le maire d’Ariel salue la régularisation des universités de Cisjordanie

Eli Shviro se félicite de la loi qui permet à l'université de l'implantation de créer une école de médecine financée par Sheldon Adelson

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Université d'Ariel en Cisjordanie (Photo: CC-BY Michael Jacobson/Wikipedia)
Université d'Ariel en Cisjordanie (Photo: CC-BY Michael Jacobson/Wikipedia)

Les dirigeants des implantations ont salué la nouvelle loi qui place les collèges et universités israéliens de Cisjordanie sur un pied d’égalité avec les institutions situées en Israël et placées sous les auspices du Conseil de l’enseignement supérieur.

Le maire d’Ariel, Eli Shviro, a qualifié le projet de loi, adopté par la Knesset lundi, de « réparation d’une injustice historique », ajoutant dans une déclaration faite mardi qu’il s’agissait d’une « étape nécessaire, quoique tardive ».

Cette mesure a été baptisée loi sur l’Université Ariel car, en accordant aux établissements de Cisjordanie le même statut académique que les autres établissements d’enseignement supérieur, elle permettra à la plus grande école de la Ligne verte d’aller de l’avant avec la création d’une école de médecine.

L’Université Ariel, située dans l’implantation d’Ariel en Cisjordanie centrale, prévoit de doubler sa taille d’ici cinq ans, selon un plan promu par le ministre de l’Education Naftali Bennett.

Les milliardaires et financiers Sheldon et Miriam Adelson, partisans de longue date des projets d’implantations en Cisjordanie, fourniront environ 20 millions de dollars pour cette expansion majeure. Une partie du projet, qui comprend 10 à 12 installations supplémentaires, consiste à construire une école de médecine de quatre ans qui portera le nom du couple.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’entretient avec le ministre de l’Education Naftali Bennett le 13 novembre 2017 (Yonatan Sindel/Flash90)

Bien que le plan reçoive l’appui du sous-comité des finances du Conseil de l’enseignement supérieur, il nécessite toujours la légifération pour ouvrir les nouvelles installations.

Depuis que l’établissement est passé d’un collège à une université en 2012, l’État lui a accordé un financement supplémentaire d’environ 4 millions de dollars. Avec cette expansion, l’État devrait encore augmenter son financement.

Le campus universitaire, dont la taille devrait plus que doubler, a déjà commencé la construction de certains bâtiments.

Shiloh Adler, le secrétaire général du conseil de coordination des implantations de Yesha, a déclaré qu’il espérait que le projet de loi annonce l’annexion des implantations de Cisjordanie.

« Nous sommes heureux d’apprendre que la loi a été adoptée et qu’elle supprimera le Conseil de Judée et Samarie pour l’enseignement supérieur et mettra l’Université Ariel sous la tutelle du Conseil israélien pour l’enseignement supérieur, comme toutes les autres universités israéliennes », a-t-il déclaré au Times of Israel.

« Tout comme il n’y a aucune raison pour que l’Université Ariel soit gérée par un autre conseil pour l’enseignement supérieur, nous espérons que les communautés juives de Judée, de Samarie et de la vallée du Jourdain seront bientôt placées sous souveraineté israélienne comme toutes les autres communautés juives de l’Etat d’Israël », a ajouté Adler.

Le ministre de la Protection de l’environnement, Zeev Elkin (Likud), a annoncé lundi que la « loi est le point culminant de la campagne que nous avons menée pour transformer l’Université Ariel en une université israélienne ordinaire ».

« De l’application de la souveraineté sur l’Université Ariel [poursuivons] à l’application de la souveraineté sur les communautés juives en Judée et en Samarie ! » s’exclama-t-il.

Le ministre de l’Education Naftali Bennett avec son épouse Gilat et Sheldon Adelson et sa femme Miriam lors de la cérémonie de pose de la première pierre de la nouvelle école de médecine de l’université d’Ariel, le 28 juin 2017 (Autorisation)

Ses propos sont survenus quelques heures après un accrochage public entre les Etats-Unis et Israël après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré aux députés du Likud qu’il était en pourparlers avec la Maison Blanche sur une initiative « historique » visant à annexer les implantations israéliennes. Washington, en plus de démentir catégoriquement cette déclaration, aurait exigé de Netanyahu une rétractation, que le Premier ministre a ensuite fournie.

Les propos initiaux de Netanyahu s’inscrivaient dans le cadre d’un appel lancé aux membres de la coalition pour qu’ils suspendent l’adoption d’une loi qui annexerait les implantations israéliennes jusqu’à ce qu’il reçoive le feu vert de l’administration Trump sur la question.

Après la colère de la Maison Blanche au sujet des commentaires du Premier ministre, Bennett et d’autres députés de droite ont soutenu que, bien qu’ils chérissent les relations d’Israël avec les États-Unis, leur intention était de faire avancer la loi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...