Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

Vers une démission de tous les députés de l’opposition ?

Elazar Stern a indiqué que toutes les factions ne s'accordaient pas sur cette initiative pour protester contre le plan de réforme judiciaire

Le débat et le vote à la Knesset sur le premier projet de réforme judiciaire, le 20 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)
Le débat et le vote à la Knesset sur le premier projet de réforme judiciaire, le 20 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

Les députés de Yesh Atid envisagent une proposition qui entraînerait la démission de tous les membres de l’opposition à la Knesset pour protester contre le plan de refonte judiciaire du gouvernement, ont indiqué deux députés à la presse israélienne, mardi.

Si elle était menée à bien, cette initiative laisserait le contrôle du parlement, fort de 120 membres, et celui de toutes ses commissions exclusivement entre les mains de la coalition de 64 membres.

« J’ai entendu parler de cette idée », a commenté le député Elazar Stern au micro de la radio militaire lorsqu’il a été interrogé sur cette proposition. Il a toutefois noté que « tout le monde n’y est pas favorable », faisant remarquer que certains membres de l’opposition – et la formation arabe radicale Hadash-Taal en particulier – n’étaient pas séduits par cette initiative, ce qui rendrait plus difficile de la mener à bien.

« Je ne pense pas que nous en soyons déjà là », a-t-il poursuivi, refusant de dire si l’idée avait été totalement mise de côté.

Pour sa part, Debbie Biton, la législatrice de Yesh Atid, a également déclaré au micro de la station de radio 104.5 FM que cette démission collective était envisagée.

« On en a parlé. La décision devra être prise par toute la faction », a-t-elle indiqué, avant d’ajouter que « oui, c’est une possibilité qui est d’actualité ».

Elazar Stern, membre de la Knesset. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Il est difficile de dire quelles seraient les conséquences d’une initiative telle que celle-ci. Dans des circonstances normales, un député démissionnaire est remplacé par la personne dont le nom suit sur la liste électorale de son parti politique.

Les députés de l’opposition s’en prennent au gouvernement après l’adoption d’une législation qui vient amender la Loi fondamentale : Le système judiciaire, un amendement qui ancre le contrôle du gouvernement sur les nominations judiciaires et qui ôte à la Haute-cour la capacité de réexaminer des Lois fondamentales.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.