Violences conjugales : Le port d’un bracelet électronique bientôt obligatoire ?
Rechercher

Violences conjugales : Le port d’un bracelet électronique bientôt obligatoire ?

Le sytème alerterait son porteur et la police si l'homme violent, faisant l'objet d'injonctions d'éloignement, s'approche de son épouse ou du domicile qui lui est interdit

Des femmes participent à une manifestation contre les violences domestiques à Tel Aviv, le 12 décembre 2018. (Jack Guez/AFP)
Des femmes participent à une manifestation contre les violences domestiques à Tel Aviv, le 12 décembre 2018. (Jack Guez/AFP)

Dimanche, une importante commission parlementaire a voté en faveur d’un projet de loi visant à imposer le port du bracelet électronique aux hommes violents faisant l’objet d’injonctions d’éloignement.

Le sytème du bracelet électronique alerterait son porteur et la police si l’homme s’approche de son épouse ou du domicile qui lui est interdit.

La décision de la commission des Lois est intervenue seulement quelques heures après l’annonce du décès d’une femme enceinte, Roan Al-Katani, âgée de 29 ans et originaire de Rahat. Elle est décédée à l’hôpital Soroka de Beer Sheva, et elle serait morte des blessures infligées par son mari qui l’a battue.

Le foetus d’Al-Katani n’a pas survécu. Son mari, âgé de 32 ans, a été arrêté et placé en détention. Il nie avoir attaqué sa femme. Selon le quotidien Haaretz, le couple a trois enfants âgées de 5 à 9 ans.

La mort d’Al-Katani était la dernière en date d’une série de féminicides par leurs époux ces derniers mois qui a entraîné des appels à agir de la part des élus et des forces de l’ordre.

Des manifestants contre les violences faites aux femmes tiennent une photo de Maya Vishniak, qui a été étranglée à mort dans un drame familial, alors qu’ils participent à une manifestation sur la place Habima à Tel Aviv, le 18 mai 2020.
(Tomer Neuberg/Flash90)

Dimanche, les ministres ont exprimé leur soutien au projet de loi proposé par l’élue Likud, Karen Barak.

Le ministre des Finances Israel Katz (Likud) a également soutenu le projet, assurant qu’il ne serait pas entravé par des questions financières.

Le projet de loi propose donc de géolocaliser à la fois le mari et sa femme, afin de s’assurer que les injonctions d’éloignement soient bien respectées.

« Aujourd’hui, nous avons pris une autre mesure importante, dans le cadre d’une série de projets de loi, pour endiguer la violence contre les femmes au sein de la société israélienne », a déclaré Barak dans un communiqué.

Evoquant la mort d’Al-Katani, Barak a déclaré que le projet de loi « ravivait une lueur d’espoir ».

Une femme tient une pancarte où l’on peut lire en hébreu « Cessons les violences faites aux femmes » lors d’une manifestation contre les violences domestiques à Tel Aviv, le 4 décembre 2018. (JACK GUEZ / AFP/File)

Avec le feu vert de la commission des Lois, le projet de loi pourrait rapidement être soumis à un vote de la Knesset et devenir une loi en quelques semaines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...