Violences sur un détenu israélien : Bakou condamné par la CEDH
Rechercher

Violences sur un détenu israélien : Bakou condamné par la CEDH

Alexandre Lapchine, un blogueur et globe-trotter russo-israélien, avait été condamné par la justice azerbaïdjanaise pour s'être rendu en 2011 et 2012 au Nagorny-Karabakh

La Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg. (Crédit : Sfisek/WikiCommons)
La Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg. (Crédit : Sfisek/WikiCommons)

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné jeudi pour atteinte au « droit à la vie » l’Azerbaïdjan, accusé par un blogueur et globe-trotter russo-israélien d’avoir voulu maquiller en tentative de suicide une tentative de meurtre dont il avait été victime en détention.

Alexandre Lapchine, qui possède également la nationalité ukrainienne, avait été condamné en juillet 2017 à trois ans de prison par la justice azerbaïdjanaise pour s’être rendu en 2011 et 2012 au Nagorny-Karabakh, région séparatiste revendiquée par Bakou et Erevan.

Selon lui, un groupe d’hommes masqués l’avaient agressé et frappé dans sa cellule le 10 septembre 2017, l’un d’eux tentant de l’étrangler à mains nues, rappelle la CEDH.

Bakou affirmait pour sa part que des agents pénitentiaires l’avait trouvé pendu à un clou dans les sanitaires de sa cellule, avant qu’il ne soit hospitalisé en réanimation.

Le lendemain de cet incident, Alexandre Lapchine avait été gracié par le président azerbaïdjanais Ilham Aliev puis renvoyé en Israël trois jours plus tard, rappelle encore la Cour.

Estimant « ineffective » l’enquête des autorités azerbaïdjanaises conduite « au mépris des obligations procédurales », la CEDH a jugé que Bakou avait violé les dispositions de la Convention européenne des droits de l’Homme sur le « droit à la vie », lui ordonnant de verser 30 000 euros au blogueur pour dommage moral.

Les magistrats européens ont ainsi constaté « de graves déficiences et incohérences » dans cette enquête, comme l’absence de toute « évaluation médico-légale » des blessures ou de clarification des « graves incohérences dans les déclarations des gardiens de prison ».

« Il est difficile d’admettre (…) qu’un adulte de la stature du requérant ait pu se pendre à un clou long de 3 cm, situé à une hauteur de 1,9 m du sol, à l’aide d’une sangle de sac d’une longueur de 0,9 m », relèvent-ils notamment.

La CEDH juge ainsi que « l’allégation du requérant concernant la tentative d’homicide, le crime présumé étant maquillé en tentative de suicide, est plausible ».

Elle note aussi que deux rapports médicaux établis à la demande d’Alexandre Lapchine étaient « arrivés à la même conclusion, à savoir que le requérant a été victime d’une tentative d’homicide par strangulation ».

Interrogé par l’AFP sur la grâce que le président Aliev venait d’accorder au condamné, Ali Gassanov, conseiller politique à la présidence, avait affirmé que le blogueur avait « tenté de se suicider ». « Heureusement, les gardiens ont rapidement réagi et il est désormais sous traitement médical », avait-il ajouté.

Alexandre Lapchine était le premier ressortissant étranger à avoir été condamné par l’Azerbaïdjan pour s’être rendu au Nagorny-Karabakh.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...