Virus : le Technion crée un test rapide de dépistage à domicile
Rechercher

Virus : le Technion crée un test rapide de dépistage à domicile

L'équipe de chercheurs a dit avoir atteint une exactitude de 99 % et pouvoir diffuser des kits à grande échelle dans un délai court

Photo d'illustration : Des techniciens font un test de diagnostic pour le coronavirus dans un laboratoire des services de santé Leumit à Or Yehuda, le 19 mars 2020 (Crédit : Flash90)
Photo d'illustration : Des techniciens font un test de diagnostic pour le coronavirus dans un laboratoire des services de santé Leumit à Or Yehuda, le 19 mars 2020 (Crédit : Flash90)

Une équipe de chercheurs du Technion, Institut israélien de la Technologie, basé à Haïfa, est en train de développer un kit de dépistage au coronavirus qui, selon elle, permettrait au public d’avoir des résultats rapidement et d’une manière peu coûteuse, sans avoir à recourir à des matériels sophistiqués de laboratoire.

Selon un article paru dans le quotidien Haaretz, le kit nécessite seulement deux tubes à essai et un conteneur d’eau chaude. Les chercheurs disent avoir atteint un taux d’exactitude des résultats de 99 %, clamant que les résultats du test sont connus en moins d’une heure.

La docteure en microbiologie Naama Geva-Zatorsky, principale chercheuse sur le projet, explique que le kit se base sur des matériaux existants produits par une compagnie américaine et qui ont fait la preuve de leur efficacité en termes d’identification de la génétique du virus. Le département de l’innovation, au Technion, développe un protocole qui permettrait au test d’être pratiqué à domicile, avec des résultats délivrés en moins d’une heure.

Geva-Zatorsky a fait savoir à Haaretz que son laboratoire réalise actuellement des tests supplémentaires et que s’il doit obtenir une autorisation de la part du ministère de la Santé, les kits pourront être produits à grande échelle et dans un délai bref.

A l’avenir, a-t-elle ajouté, il pourrait être possible d’adapter ce protocole pour d’autres virus et pour d’autres agents pathogènes.

Le dépistage est considéré comme déterminant dans le cadre d’une stratégie de sortie de crise qui pourra permettre la reprise des activités économiques dans le pays. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a établi un objectif de 30 000 tests par jour mais Israël a eu des difficultés à seulement s’approcher des 10 000 tests quotidiens jusqu’à la semaine dernière, en raison de la pénurie d’un réactif essentiel dans le dépistage du coronavirus.

Le ministère de la Santé a annoncé vendredi avoir mené le chiffre record de 11 908 tests de dépistage au COVID-19 jeudi. Ce chiffre était tombé entre 6 000 et 7 000 ces derniers jours.

Les efforts livrés pour atteindre l’objectif fixé ont accéléré lorsque le ministère des Affaires étrangères a annoncé avoir conclu un accord avec la compagnie chinoise BGI. Cet accord stipule que cette dernière enverra des équipements de laboratoire au sein de l’Etat juif d’ici la fin de la semaine prochaine, ce qui permettra d’effectuer jusqu’à 12 000 tests par jour.

Les matériels de BGI, une fois reçus dans leur totalité, permettront de réaliser jusqu’à 20 000 tests par jour à terme, a continué le ministre, qui a précisé que les dépistages seraient effectués en Israël, par des firmes israéliennes choisies par le ministère de la Santé.

Les tests de BGI ont été largement utilisés en Chine et ils sont actuellement distribués dans plus de 50 pays et régions, a fait savoir la compagnie. Les résultats du test sont disponibles trois heures après avoir été effectués.

Mais selon des informations transmises au début du mois par la Douzième chaîne, le plus important groupe de mutuelle israélien a refusé de travailler en collaboration avec la firme, inquiet de ce que BGI et le gouvernement chinois puissent accéder à des informations sensibles sur ses 4,9 millions de clients – notamment à leur ADN.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...