Virus : situation « hors de contrôle » à Gaza, couvre-feu en Cisjordanie
Rechercher

Virus : situation « hors de contrôle » à Gaza, couvre-feu en Cisjordanie

Le ministère de la Santé du Hamas "s'attend au pire si la situation épidémiologique reste la même" ; le Premier ministre de l'AP fait état d'une "propagation préoccupante" du virus

Des enfants palestiniens vont à l'école, masqués en pleine pandémie de Covd-19, le 23 novembre 2020. (Crédit : Mohammed ABED / AFP)
Des enfants palestiniens vont à l'école, masqués en pleine pandémie de Covd-19, le 23 novembre 2020. (Crédit : Mohammed ABED / AFP)

La situation sanitaire devient « hors de contrôle » dans la bande de Gaza, ont alerté lundi des sources médicales et politiques dans cette enclave palestinienne surpeuplée et sous blocus israélo-égyptien qui enregistre ces jours-ci des records de contaminations quotidiennes au nouveau coronavirus.

Le ministère de la Santé dans ce territoire de deux millions d’habitants, dirigé par le groupe terroriste islamiste du Hamas, a recensé environ 890 nouveaux cas de malades entre vendredi et samedi, un record, pour un total de 15 450 cas, dont 70 décès, depuis le début de la pandémie.

« Le virus se répand et la situation devient hors de contrôle », a alerté lundi le docteur Ahmad al-Jadba, un responsable de l’hôpital Shifa dans la ville de Gaza.

« Le nombre de cas graves n’est pas élevé mais il y a peu de services médicaux disponibles et beaucoup de personnes doutent de l’existence du coronavirus », a-t-il regretté auprès de l’AFP.

« Le nombre de lits en soins intensifs est très limité, tout comme les médicaments », s’est alarmé Mahmoud Al-Khazindar, directeur d’un hôpital privé de Gaza.

« Si le nombre de cas augmente, il faudra faire un choix entre les soins apportés aux plus âgés, aux jeunes et aux patients atteints d’une autre maladie », a-t-il mis en garde.

Des enfants palestiniens à l’école, masqués en pleine pandémie de Covd-19, le 23 novembre 2020. (Crédit : Mohammed ABED / AFP)

Le ministère de la Santé « s’attend au pire si la situation épidémiologique reste la même », a indiqué de son côté Bassem Naïm, un haut responsable du Hamas et ancien ministre de la Santé, évoquant « un système de santé à bout de souffle », « des pénuries sévères de médicaments » et une « surpopulation extrême ».

De nombreux observateurs avaient prévenu en mars des risques posés par la pandémie pour la population de Gaza.

Les points de passage avec Israël et l’Egypte avaient été promptement fermés, sauf exception, et les personnes autorisées à entrer à Gaza placées en isolement.

Coupée du monde, Gaza n’avait enregistré que quelques cas de malades mais en août, de premiers cas ont été recensés hors des centres de quarantaine et l’anxiété s’est amplifiée, poussant le gouvernement local à imposer un couvre-feu.

En Cisjordanie, un couvre-feu va être imposé pendant 14 jours en soirée et le week-end, a annoncé lundi le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammed Shtayyeh, faisant état d’une « propagation préoccupante » du virus.

A partir de vendredi, seuls les boulangeries, pharmacies et supermarchés resteront ouverts, a-t-il indiqué, faisant appel « au sens des responsabilités des citoyens » pour respecter les mesures anti-coronavirus, comme le port du masque et les restrictions de rassemblements.

Au total, le ministère palestinien de la Santé en Cisjordanie a recensé plus de 57 740 cas de personnes contaminées, dont plus de 570 décès dans ce territoire de 2,8 millions d’habitants où siège l’Autorité palestinienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...