Washington avertit Téhéran de ne pas bloquer le détroit d’Ormuz
Rechercher

Washington avertit Téhéran de ne pas bloquer le détroit d’Ormuz

Ce détroit stratégique, qui contrôle le Golfe et par où passe environ 30 % du pétrole mondial transitant par voie maritime, est contrôlé par l'Iran

Une photo fournie par le bureau du président iranien Hassan Rouhani qui le montre lors d'une réunion avec des agriculteurs à Téhéran, le 21 novembre 2017. (Crédit : AFP / Présidence iranienne)
Une photo fournie par le bureau du président iranien Hassan Rouhani qui le montre lors d'une réunion avec des agriculteurs à Téhéran, le 21 novembre 2017. (Crédit : AFP / Présidence iranienne)

Les Etats-Unis sont déterminés à assurer avec une « extraordinaire vigilance » la navigation dans le détroit d’Ormuz, a prévenu mercredi un général américain après un exercice naval iranien que Washington a considéré comme menaçant.

L’Iran a effectué la semaine dernière un exercice naval dans le Golfe, quelques jours avant le retour des sanctions américaines contre Téhéran. Cet exercice est intervenu à une date inhabituelle, l’Iran conduisant habituellement des opérations de cette nature et de cette échelle plus tard dans l’année, à l’automne.

« Il est assez clair qu’ils essayaient d’utiliser cet exercice pour nous envoyer un message », a déclaré à la presse le général Joseph Votel, commandant des forces américaines au Moyen-Orient.

Le régime iranien voulait montrer qu’il avait « des capacités » militaires dans ce détroit stratégique, qui contrôle le Golfe et par où passe environ 30 % du pétrole mondial transitant par voie maritime, a ajouté le général Votel.

Il a précisé que l’Iran disposait dans cette zone, entre autres, de mines, de bateaux explosifs, de missiles de défense côtière, ou encore de radars.

Mais « nous nous sommes extraordinairement vigilants et nous surveillons tout changement » dans la région, a-t-il souligné.

« L’une de nos principales missions est d’assurer la liberté de navigation et la liberté des échanges commerciaux, et nous continuerons à le faire dans l’ensemble de la région », a poursuivi le général américain.

Le président iranien Hassan Rouhani a averti le mois dernier que l’Iran pourrait fermer le détroit d’Ormuz. « Nous sommes le garant de la sécurité de ce détroit depuis toujours, ne jouez pas avec la queue du lion, vous le regretterez », a-t-il prévenu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...