Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Washington pas favorable à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas pour le moment

Un arrêt des combats "ne profite à personne d'autre qu'au Hamas à l'heure actuelle", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche

Le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, s'exprimant lors d'une conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)
Le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, s'exprimant lors d'une conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)

La Maison Blanche a réaffirmé mardi que les Etats-Unis ne soutiennent pas un cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestiniens du Hamas à Gaza.

« Nous ne sommes pas favorables à un cessez-le-feu pour le moment. Et il n’y a pas de changement à ce sujet, car nous pensons qu’il ne profite à personne d’autre qu’au Hamas à l’heure actuelle », a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré lors d’un point presse.

Kirby précise que les États-Unis sont favorables à des « pauses humanitaires, mais pas à un cessez-le-feu général pour l’instant ».

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage plus de 240 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

L’armée israélienne a suspendu ses opérations dans la bande de Gaza pendant une semaine à la fin du mois de novembre, période au cours de laquelle 105 civils ont été libérés des geôles du Hamas à Gaza, dont 81 Israéliens, 23 Thaïlandais et 1 Philippin, en échange de 210 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël – tous des femmes ou des mineurs. Israël a également autorisé un afflux d’aide humanitaire dans la bande de Gaza. 137 otages seraient encore détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes.

Après cette trêve d’une semaine, le groupe terroriste palestinien a rompu le cessez-le-feu, en tirant des roquettes sur Israël et en ne fournissant pas avant 7h du matin la liste des otages qu’il comptait libérer, selon les termes de l’accord négocié par le Qatar et les Etats-Unis.

Fin décembre, Israël a fermement rejeté la demande du groupe terroriste palestinien du Hamas d’arrêter définitivement les combats avant de libérer d’autres otages détenus par les terroristes à Gaza, alors que des négociations au Caire étaient en cours.

Début janvier, des médias ont affirmé que le Hamas et le Jihad islamique palestinien avaient tous deux rejeté la proposition égyptienne en vertu de laquelle le Hamas abandonnerait le contrôle de la bande de Gaza en échange d’un cessez-le-feu permanent.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.