Yair Netanyahu qualifie Bennett de « marionnette » de la gauche radicale
Rechercher

Yair Netanyahu qualifie Bennett de « marionnette » de la gauche radicale

Dans une interview sur One America News Network, le fils de l'ex-Premier ministre déclare que le nouveau gouvernement est " très dangereux " et qu'il manque de légitimité publique

Le fils de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, Yair, a accordé une interview à un média américain, durant laquelle il a décrit le gouvernement israélien actuel comme le plus radical, le plus à gauche et le plus islamiste de l’histoire du pays, et dirigé par une « marionnette » de la gauche.

Vendredi, le jeune Netanyahu a déclaré au réseau d’extrême-droite One American News Network que le gouvernement du Premier ministre Naftali Bennett ne bénéficie pas du soutien légitime de la population.

Dans sa première interview avec les médias américains depuis que son père a été détrôné le mois dernier après 12 ans de pouvoir, Yair Netanyahu s’en est pris à Bennett et à ses partenaires de coalition. Bennett, a-t-il dit, a accepté de former une coalition avec « tous les partis de gauche, communistes, les plus radicaux du parlement israélien » pour « devenir leur premier ministre fantoche ».

Netanyahu a décrit Raam, un parti arabe islamiste dont l’inclusion dans le gouvernement était cruciale pour obtenir une majorité à la Knesset, comme un « parti frère du Hamas », un groupe terroriste qui « soutient le terrorisme, rend visite en prison aux terroristes qui ont assassiné des enfants israéliens et les qualifient de héros, appelle ouvertement à la destruction d’Israël et à la création d’un pays de Palestine soumis à la charia sur ses ruines », a-t-il déclaré. (L’ancien Premier ministre Netanyahu avait tenté en vain de persuader Raam de rejoindre une coalition qui l’aurait maintenu au pouvoir).

« C’est un gouvernement très dangereux qui ne jouit pas de la légitimité et du soutien de la population », a déclaré Yair Netanyahu, et l’a dépeint comme « le gouvernement islamiste de gauche le plus radical de l’histoire d’Israël ».

« Nous voyons déjà qu’ils prévoient de légiférer des lois très totalitaires pour s’assurer que le chef de l’opposition, mon père, ne pourra pas se représenter », a-t-il dit, faisant référence aux projets du gouvernement d’introduire des limites de mandat pour le rôle de Premier ministre.

Netanyahu a également qualifié les médias israéliens « d’horribles ».

« Ils ont tué mon père pendant toutes ces années » et « ont vraiment fait des choses honteuses » sous prétexte que le rôle des médias est de critiquer le gouvernement, a-t-il accusé.

Pourtant, aujourd’hui, ils « ne font que chanter les louanges du gouvernement et attaquent le chef de l’opposition, mon père », a déclaré Yair Netanyahu.

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige la réunion hebdomadaire de cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 4 juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« On dirait maintenant, depuis la formation du nouveau gouvernement, la télévision de la Corée du Nord », a-t-il déclaré.

Yair Netanyahu a l’habitude de publier des messages incendiaires sur les réseaux sociaux, et il tweete vite et souvent contre ceux qui, selon lui, lui ont fait du tort, à lui et à sa famille, ce qui lui a valu une flopée de procès en diffamation et de menaces de poursuites judiciaires, la plus récente datant du mois dernier.

La ministre de l’éducation Yifat Shasha-Biton a intenté un procès en diffamation de 500 000 shekels contre le jeune Netanyahu après qu’il a déclaré que « des gens sont morts » à la suite des mesures qu’elle a prises lorsqu’elle était présidente de la commission de la Knesset chargée de la lutte contre le coronavirus.

Mme Shasha-Biton avait provoqué la colère des alliés du Premier ministre en annulant plusieurs mesures adoptées par le cabinet lorsqu’elle présidait la commission.

Le nouveau gouvernement comprend huit partis de gauche, de droite et du centre. Au cours de ses propres efforts de formation d’une coalition visant à rester au pouvoir, le Premier ministre de l’époque, Netanyahu, a courtisé au moins quatre des partis qui font maintenant partie du gouvernement qui l’a remplacé.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...