Yehudah Glick arrêté sur le mont du Temple
Rechercher

Yehudah Glick arrêté sur le mont du Temple

Un activiste clame que l'ex-député du Likud a été appréhendé pour avoir marché "trop lentement" - mais la police dit qu'il a contrevenu aux règles des visites au sein du complexe

Le député Yehudah Glick, à droite, et son fils Shlomo sur le mont du Temple à Jérusalem, le 25 octobre 2017 (Capture d'écran : Twitter)
Le député Yehudah Glick, à droite, et son fils Shlomo sur le mont du Temple à Jérusalem, le 25 octobre 2017 (Capture d'écran : Twitter)

L’ancien député du Likud Yehudah Glick a été menotté et arrêté, dans la matinée de mardi, sur le mont du Temple de Jérusalem. Il a affirmé avoir été contraint de quitter le complexe parce qu’il marchait « trop lentement ».

Un porte-parole de la police israélienne a néanmoins affirmé que Glick avait été placé en état d’arrestation après avoir violé les règles entourant les visites sur le mont du Temple. Selon les forces de l’ordre, après une visite effectuée en compagnie de deux membres du Congrès américain et de leurs proches, Glick est re-rentré dans le complexe via la porte Mughrabi pour une visite non-coordonnée et a commencé à provoquer les agents sur place.

« Il [Glick] a commencé à errer autour du mont du Temple en violation des règlements sur les visites – dont il est malgré tout familier, étant déjà venu précédemment. Il a refusé de se plier aux instructions données par la police et a provoqué les agents, les obligeant à l’arrêter », a fait savoir la police dans un communiqué.

« Après avoir continué ses provocations face aux policiers présents, ces derniers se sont trouvés dans l’obligation de l’informer qu’il se trouvait en état d’arrestation. Alors qu’il refusait de mettre un terme à ces provocations, les agents ont été forcés de le menotter. Ses menottes lui ont été ôtées quand il se trouvait encore dans le complexe et il a été emmené pour être soumis à un interrogatoire. »

Glick, né à New York, est un activiste de longue date dans la défense de la prière juive sur le mont du Temple. Il est ancien directeur-général de l’Institut du Temple et est le fondateur de la Fondation du patrimoine du mont du Temple. Au mois d’octobre 2014, il avait été grièvement blessé par balle par un agresseur palestinien alors qu’il quittait un événement organisé au centre Begin de Jérusalem pour faire la promotion des visites et des droits à la prière des Juifs sur le mont du Temple.

Il a été député pour le parti du Likud à la Knesset entre 2016 et 2019.

Sous les termes d’un arrangement en place depuis la victoire d’Israël lors de la guerre des Six jours, en 1967, les non-musulmans sont autorisés à visiter le mont du Temple mais n’ont pas le droit d’y prier. Les Juifs peuvent y pénétrer en petits groupes, à des horaires limités, mais ils transitent via un itinéraire prédéterminé et font l’objet d’une observation étroite. Il leur est interdit de prier ou d’afficher des symboles nationaux ou religieux.

Glick n’a pas encore fait de commentaire au sujet de cet incident.

Tom Nissani, président du mouvement des Etudiants pour le mont du Temple, a pour sa part déclaré que « l’arrestation d’un ancien député israélien à l’issue d’une visite en compagnie de membres du Congrès américain mettent en exergue notre position scandaleuse sur le mont du Temple – le mont du Temple ne se trouve pas entre nos mains ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...