Le rabbin Aharon Lichtenstein, l’un des plus éminents rabbins de l’orthodoxie moderne et du mouvement national-religieux israélien, est décédé, lundi, à l’âge de 81 ans.

Lichtenstein était une autorité reconnue et prolifique dans le droit juif, le dirigeant de la Yeshiva Har Etzion, un séminaire religieux central dans le monde religieux-sioniste israélien. Il était aussi le gendre du rabbin Joseph Soloveitchik, le célèbre chef spirituel de l’orthodoxie moderne américaine.

Il a été ordonné rabbin par Soloveitchik, à Boston, en 1959 et a soutenu un doctorat en littérature anglaise à l’Université Harvard sous la tutelle du critique littéraire Douglas Bush. Lichtenstein a reçu en 2014 le Prix Israël – la plus haute distinction civile israélienne.

Lichtenstein est né à Paris en 1933, l’année où le parti nazi a pris le pouvoir dans l’Allemagne voisine, mais a fui la France de Vichy avec sa famille en 1941 pour se rendre aux États-Unis. La famille s’est installée à New York en 1945, où Lichtenstein a étudié dans des séminaires religieux avant d’intégrer la Yeshiva University.

En 1971, il a été invité à diriger, conjointement avec le rabbin Yehuda Amital, la Yeshiva Har Etzion, située dans le Gush Etzion, en Cisjordanie, au sud de Jérusalem. Il a vécu en Israël depuis cette date.

Pour Elli Fischer, qui a étudié à la yeshiva Har Etzion et écrit en 2014 un portrait de son maître spirituel dans le magazine en ligne Mosaic, « les histoires sur lui ne relatent pas son génie ou son érudition, mais son humilité ».

Un humaniste qui avait incorporé des penseurs non-juifs à son étude plus traditionnelle et rigoureuse de Talmud, Lichtenstein était aussi célèbre pour être rasé de près, une rareté dans les niveaux les plus élevés du monde rabbinique orthodoxe.

Il était marié à la docteure Tovah Lichtenstein et père de six enfants.

Les funérailles partiront mardi matin à 10 h de la Yeshiva Har Etzion dans le Gush Etzion. Lichtenstein sera inhumé au cimetière de Givat Shaul, à Jérusalem.