Rechercher

100 responsables européens se réunissent à Babi Yar

La délégation formée de hauts-responsables de toute l'Europe a recommandé une loi intégrant l'enseignement de la Shoah dans toutes les écoles du continent

Le site de Babi Yar à Kiev, en Ukraine, est composé de dizaines de ravins et de fossés où les forces nazies et leurs alliés ont tué des dizaines de milliers de Juifs et de non-Juifs en septembre 1941. (Crédit : avec l'aimable autorisation du Centre commémoratif de la Shoah de Babyn Yar via JTA)
Le site de Babi Yar à Kiev, en Ukraine, est composé de dizaines de ravins et de fossés où les forces nazies et leurs alliés ont tué des dizaines de milliers de Juifs et de non-Juifs en septembre 1941. (Crédit : avec l'aimable autorisation du Centre commémoratif de la Shoah de Babyn Yar via JTA)

Une délégation constituée d’une centaine de ministres, députés, sénateurs et ambassadeurs de toute l’Europe s’est réunie mardi à Babi Yar, réclamant l’adoption d’une loi portant sur l’intégration de l’enseignement de la Shoah dans les écoles de tout le continent.

Le voyage de deux jours de cette délégation – quarante-huit heures avant la Journée internationale de commémoration de la Shoah – a été organisé par l’Association juive européenne, le centre de commémoration de la Shoah de Babi Yar et la fédération des communautés juives d’Ukraine.

Babi Yar avait été le théâtre d’un massacre brutal où plus de 30 000 Juifs avaient été abattus par balle par les nazis et leurs collaborateurs de Kiev en deux jours seulement. Les corps avaient été ensevelis dans un charnier.

Les participants ont pris part à un sommet consacré à la lutte contre l’antisémitisme, ils ont entendu les témoignages des survivants de la Shoah, assisté à une présentation détaillée du massacre de Babi Yar et ils ont établi des groupes de travail interparlementaires sur la question – concentrant aussi leurs efforts sur « le nouvel antisémitisme, soit la délégitimation d’Israël », selon un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...