Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

11e semaine de guerre : Coupure des télécom et famine aggravent les souffrances à Gaza

"Nous ne pouvons pas communiquer avec nos partenaires pour fournir des services de santé vitaux", a indiqué le groupe de défense de l'accès à Internet NetBlocks.org

Des tentes de Palestiniens déplacés par le conflit à Gaza entre Israël et le Hamas, à Rafah dans le sud de la bande de Gaza,  le 16 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des tentes de Palestiniens déplacés par le conflit à Gaza entre Israël et le Hamas, à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 16 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

RAFAH, bande de Gaza – Une panne de communication prolongée qui a coupé les connexions téléphoniques et Internet a aggravé la misère dans la bande de Gaza au milieu de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, alors qu’une agence des Nations unies (ONU) a déclaré que les niveaux de faim sont montés en flèche ces derniers jours.

Les lignes téléphoniques et Internet ont été coupées jeudi soir et étaient toujours inaccessibles samedi matin, selon le groupe de défense de l’accès à Internet NetBlocks.org, ce qui a entravé l’acheminement de l’aide et les efforts de sauvetage alors que la guerre d’Israël contre le groupe terroriste au pouvoir à Gaza s’étend sur une onzième semaine.

« La coupure d’Internet se poursuit et, d’après nos archives, il s’agit du plus long incident de ce type depuis plus de deux mois de guerre », a déclaré Alp Toker, directeur du groupe.

Le Département des affaires humanitaires des Nations unies a déclaré que les communications avec Gaza étaient « gravement perturbées » en raison des dégradations subies par les lignes de télécommunications dans le sud.

« Je ne saurais trop insister sur les conséquences désastreuses de cette coupure des télécommunications sur notre capacité à fournir une aide humanitaire essentielle », a déclaré Fikr Shalltoot, directrice du groupe Medical Aid for Palestinians à Gaza, à l’Associated Press depuis l’Égypte, où elle est basée.

« Nous ne pouvons pas communiquer avec nos partenaires pour fournir des services de santé vitaux. Nous ne pouvons même pas prendre des nouvelles de nos collègues, dont la plupart ont été déplacés de leurs maisons et ont perdu des êtres chers. »

De la fumée s’élevant après une frappe israélienne dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d’Israël, le 16 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Israël a juré d’éliminer le Hamas après les massacres barbares du 7 octobre, au cours desquels des terroristes palestiniens ont pris d’assaut la frontière de Gaza et sauvagement assassiné 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et pris plus de 240 otages. 128 otages se trouveraient encore à Gaza – dont certains qui ne sont plus en vie.

L’incursion militaire menée par Israël depuis plus de deux mois a coûté la vie à plus de 18 800 personnes à Gaza, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Selon les estimations de l’armée israélienne, 5 000 membres du Hamas auraient été tués dans la bande de Gaza, auxquels s’ajoutent plus de 1 000 terroristes tués en Israël lors de l’assaut du 7 octobre.

Tsahal a frappé une grande partie du nord de la bande de Gaza et contraint 85 % des 2,3 millions d’habitants de la bande de Gaza à quitter leur domicile. Les personnes déplacées se sont entassées dans des abris, principalement dans le sud, dans le cadre d’une crise humanitaire qui s’aggrave.

Israël dit s’efforcer d’éviter de porter atteinte aux civils tout en combattant un groupe terroriste profondément implanté au sein de la population civile. Israël accuse depuis longtemps les groupes terroristes basés à Gaza d’utiliser les Palestiniens de la bande de Gaza comme boucliers humains, en opérant à partir de sites censés être protégés, notamment des écoles, des mosquées et des hôpitaux.

Des chars israéliens revenant du nord de Gaza, au milieu des batailles en cours contre le Hamas, sur une photo prise depuis le sud d’Israël, à la frontière avec la bande de Gaza, le 16 décembre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Jérusalem a régulièrement autorisé l’entrée d’une plus grande quantité d’aide humanitaire dans la bande de Gaza par l’intermédiaire de l’Égypte et a accepté vendredi, pour la première fois depuis le début de la guerre, d’acheminer de l’aide depuis son territoire via le point de passage de Kerem Shalom.

Les habitants du nord de la bande de Gaza ont fait état de bombardements nourris et de bruits de fusillades au cours de la nuit et de la journée de samedi dans la ville dévastée de Gaza et dans le camp de réfugiés urbain de Jabaliya, situé non loin de là.

Il s’agit de zones qu’Israël a demandé à répétition aux civils d’évacuer au cours des premières semaines de la guerre, ce que des centaines de milliers d’entre eux ont fait, mais certains sont restés sur place, soit parce qu’ils ne pouvaient pas partir, soit parce qu’ils refusaient de le faire.

« C’était un bombardement violent », a déclaré Asad Abu Taha par téléphone depuis le quartier de Shejaiya, ajoutant que le contact avec les autres était difficile en raison des interruptions des télécommunications. « Nous ne savons pas ce qui se passe. »

Des personnes se lamentant lors des funérailles du caméraman d’Al Jazeera Samer Abu Daqa, tué lors d’un bombardement israélien, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 16 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Un autre résident, Hamza Abu Seada, a fait état de frappes aériennes importantes à Jabaliya, avec des bruits ininterrompus d’explosions et de tirs.

Un journaliste de l’Associated Press dans le sud de Gaza a également fait état de frappes aériennes et de bombardements de chars pendant la nuit de vendredi à samedi dans les villes de Khan Younès et de Rafah.

L’aide n’ayant pu entrer qu’au compte-gouttes dans la bande de Gaza et sa distribution ayant été perturbée par les combats, le Programme alimentaire mondial de l’ONU (PAM) a fait état d’une augmentation de 38 % à 56 % du nombre de ménages déplacés souffrant d’une grave famine en l’espace de moins de deux semaines. Dans le nord, où l’aide n’a pas pu entrer, « les familles (…) devraient être confrontées à une situation catastrophique », a souligné le PAM.

Vendredi, une frappe israélienne a tué un journaliste palestinien et en a blessé un autre dans la ville de Khan Younès, dans le sud du pays, tous deux travaillant pour la chaîne de télévision Al Jazeera. Les deux journalistes effectuaient un reportage dans une école qui avait été touchée par une première frappe aérienne lorsqu’un drone a lancé une seconde frappe, a indiqué la chaîne.

Des personnes se tenant près de tentes de fortune dans un camp de déplacés palestiniens à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 16 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Des dizaines de personnes en deuil ont fait des prières funéraires pour Samer Abu Daqqa devant l’hôpital Nasser à Khan Younès, a rapporté la chaîne qatarie. Selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), le caméraman est le 64e journaliste tué depuis le début du conflit. Parmi les autres, on compte 57 Palestiniens, quatre Israéliens et trois Libanais.

Khan Younès a été la principale cible de l’incursion terrestre israélienne dans le sud.

Répondant aux accusations selon lesquelles elle visait délibérément les journalistes, l’armée israélienne a déclaré qu’elle « prenait toutes les mesures possibles sur le plan opérationnel pour protéger les civils et les journalistes ».

Lors de réunions avec les dirigeants israéliens jeudi et vendredi, le conseiller à la Sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, a discuté d’un calendrier pour la fin de la phase de combat intense de la guerre. Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, devrait également se rendre prochainement en Israël pour discuter de cette question.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.