Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

3e jour de trêve : 14 Israéliens, dont 9 enfants, libérés après 51 jours de captivité

Avigaïl Idan, 4 ans, dont les parents ont été assassinés, a été libérée ; un citoyen israélo-russe a été relâché à la demande de Poutine ; 3 Thaïlandais ont aussi été libérés

Les otages israéliens libérés le 26 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Hagar Brodetz et ses enfants Ofri, Yuval et Oriya, et Roni Krivoi ; au milieu : Chen Almog Goldstein et ses enfants Agam, Gal et Tal Almog ; en bas : Avigaïl Idan, Alma Avraham, Aviva Siegal, et les frères et sœurs Ela et Dafna Elyakim. (Crédit : Autorisation ; montage d'images : Times of Israel)
Les otages israéliens libérés le 26 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Hagar Brodetz et ses enfants Ofri, Yuval et Oriya, et Roni Krivoi ; au milieu : Chen Almog Goldstein et ses enfants Agam, Gal et Tal Almog ; en bas : Avigaïl Idan, Alma Avraham, Aviva Siegal, et les frères et sœurs Ela et Dafna Elyakim. (Crédit : Autorisation ; montage d'images : Times of Israel)

Un troisième groupe d’otages israéliens et étrangers a été libéré des geôles du Hamas après 51 jours de captivité dimanche soir et est arrivé en Israël, soit 17 personnes – 14 Israéliens et trois citoyens thaïlandais.

Le groupe a été remis au Comité International de la Croix-Rouge (CICR) vers 17h, qui les a remis aux autorités israéliennes.

Le groupe d’Israéliens était composé de neuf enfants, de deux mères, de deux autres femmes et d’un homme. Bien que le CICR ait déclaré qu’un premier examen médical avait indiqué qu’ils étaient tous en bonne santé, l’une des otages israéliens âgés a été évacuée directement par hélicoptère à l’hôpital Soroka de Beer Sheva.

Parmi les personnes libérées se trouvait Avigaïl Idan, 4 ans, une citoyenne israélo-américaine du kibboutz Kfar Aza, dont les parents ont été assassinés par des terroristes palestiniens du Hamas le 7 octobre et que le président américain Joe Biden s’était engagé à maintes reprises à faire libérer.

Le citoyen russo-israélien Roni Krivoi a été libéré à la demande du président Poutine. Krivoi n’a pas été libéré dans le cadre actuel de l’accord entre Israël et le Hamas, qui prévoit la libération d’au moins 50 Israéliens en quatre jours, en priorité les enfants, leurs mères et les autres femmes.

La plupart des personnes libérées avaient été enlevées dans les kibboutzim Kfar Aza et Nahal Oz.

Hila Rotem, 13 ans, retrouvant son oncle, après sa libération des mains du Hamas, dans la nuit du 25 au 26 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

La libération a eu lieu à l’heure prévue, alors que l’on craignait que le groupe terroriste ne retarde à nouveau la procédure, comme il l’avait fait samedi en retardant pendant des heures la libération du deuxième groupe, mettant ainsi en péril l’accord de trêve temporaire.

L’administration pénitentiaire israélienne a déclaré plus tôt dimanche qu’elle se préparait à libérer 39 condamnés palestiniens pour terrorisme dans le cadre de l’accord. Ce groupe comprenait pour la première fois un habitant de Gaza. On ne sait pas s’il sera envoyé à Gaza ou en Cisjordanie.

Dimanche était le troisième des quatre jours au cours desquels de tels échanges devaient avoir lieu, d’autres jours de calme étant possibles si le Hamas accepte de libérer davantage d’otages.

Alors que les otages libérés entraient en Israël, leurs proches les attendaient dans les hôpitaux israéliens, après avoir été informés par le gouvernement que leurs proches figuraient sur la dernière liste remise par le Qatar, qui a servi de médiateur entre Israël et le Hamas.

Israël a exigé que la libération des enfants et de leurs mères soit une priorité dans l’accord actuel.

Beaucoup de ceux qui ont été libérés dimanche auront un retour aigre-doux, ayant des membres de leur famille assassinés le 7 octobre ou toujours retenus en otage à Gaza.

Les 14 Israéliens libérés dimanche sont :

Avigaïl, du kibboutz Kfar Aza, dont les parents Roee et Smadar ont été assassinés par des terroristes du Hamas le 7 octobre. Elle a été capturée alors qu’elle se cachait chez ses voisins, la famille Brodetz (voir ci-dessous). Son frère et sa sœur, Michael et Amalya, âgés de 9 et 6 ans, ont survécu après s’être cachés pendant 14 heures dans un placard, et sont maintenant avec leur tante et leur oncle. Le sort d’Avigaïl a été souligné à maintes reprises par le président Biden. Avigaïl a eu quatre ans le 24 novembre, alors qu’elle était retenue en captivité à Gaza.

Avigaïl Idan, 4 ans, a été enlevée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 au kibboutz Kfar Aza. Ses deux parents ont été assassinés sous ses yeux avant le kidnapping. (Autorisation)

Hagar Brodetz, 40 ans, avec ses trois enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans et Oriya. Les quatre ont été enlevés par des terroristes dans leur maison de Kfar Aza, ainsi qu’Avigaïl Idan qui se cachait avec eux (ci-dessus). Avihai Brodetz, le mari et père, défendait le kibboutz pendant que sa famille se cachait dans leur mamad – la pièce sécurisée. Lorsqu’il est revenu, blessé, pour retrouver sa famille, ils avaient disparu et il avait cru morts, avant de découvrir plus tard qu’ils avaient été enlevés.

Cinq membres de la famille Brodetz, de gauche à droite : Hagar, Ofri, Avichaï, Yuval et Uriah. Tous, sauf Avichaï, ont été pris en otage. (Crédit : Avichaï Brodetz via AP)

Chen Goldstein-Almog, 48 ans, et trois de ses quatre enfants, Agam, 17 ans, Gal, 11 ans et Tal, 9 ans, ont été enlevés au kibboutz Kfar Aza. Le mari de Chen, Nadav Goldstein-Almog, et leur fille aînée, Yam Goldstein-Almog, ont été tués dans le mamad de leur maison. Les quatre grands-parents de la famille, les Almog et les Goldstein, vivent tous deux à Kfar Aza, mais ils étaient à l’étranger. Ce sont eux et la famille élargie qui ont enterré Nadav et Yam le 23 octobre, jour de l’anniversaire de Chen.

La famille Goldstein-Almog de Kfar Aza ; le père Nadav, troisième à partir de la gauche, et sa fille aînée Yam, tout à droite, ont été tués par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. Le reste de la famille a été pris en otage à Gaza. (Autorisation)

Les sœurs Ella et Dafna Elyakim, âgées de 8 et 15 ans, ont été faites prisonnières de la maison de leur père au kibboutz de Nahal Oz. Elles étaient venues passer les fêtes de Simhat Torah avec leur père, Noam Elyakim, sa compagne Dikla Arava et le fils de Dikla, Tomer. Tous trois ont été tués par des terroristes. Maayan Zin, la mère des filles, vit à Kiryat Ono, dans le centre d’Israël. Les deux filles sont nées après des traitements intensifs de fertilité par FIV. Dans une tribune publiée par le Washington Post, Maayan a écrit : « Je n’ai rien d’autre à demander à ce monde que ceci : Emmenez-moi à mes filles. Emmenez-moi à Gaza. »

Ella, à gauche, et Dafna Elyakim, enlevées par des terroristes du Hamas, dans la maison de leur père au kibboutz NIr Oz, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Elma Avraham, 84 ans, a été enlevée dans le kibboutz de Nahal Oz. Le 7 octobre, Avraham a dit à son fils Uri Rawitz qu’elle était seule dans son mamad, mais qu’elle ne pouvait pas verrouiller la porte parce qu’elle était trop lourde. Le frère d’Uri vit également à Nir Oz, mais il était dans sa pièce sécurisée et ne pouvait pas aller porter secours à leur mère. Il a survécu à l’attaque. Elma vit à Nahal Oz depuis 1974, et a été enlevée exactement 49 ans après y avoir emménagé. Elma a été hospitalisé à sa sortie de Gaza et son pronostic vital est engagé.

Elma Avraham a été enlevée dans sa maison du kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Aviva Siegel, 64 ans, a été enlevée du kibboutz Kfar Aza en même temps que son mari Keith. Leur fille, Shir, qui vit également à Kfar Aza, était absente ce week-end-là. Keith est citoyen américain et Aviva, également connue sous le nom d’Adrienne, est née en Afrique du Sud et avait immigré en Israël à l’âge de 8 ans. Le couple vit au kibboutz Kfar Aza depuis 40 ans. On pense que Keith est toujours otage à Gaza. Le couple a quatre enfants et cinq petits-enfants.

Keith et Aviva Siegel, faits otages par des terroristes du Hamas dans leur maison du kibboutz Kfar Aza le 7 octobre 2023 et libérés le 26 novembre 2023. (Autorisation)

Roni Krivoi, 25 ans, originaire de Karmiel, qui a la double nationalité israélo-russe, travaillait comme technicien du son à la rave Supernova, où les terroristes ont massacré des centaines de personnes. Le Hamas a déclaré que sa libération intervenait « en réponse aux efforts du président russe Vladimir Poutine et en remerciement de la position russe de soutien à la cause palestinienne », et non dans le cadre de l’échange avec Israël. Krivoi est né en Israël, seul sabra – un Juif né en Israël – de sa famille, et est décrit comme hyperactif et aventureux, le genre de gamin qui aime s’occuper.

Roni Krivoi, 25 ans, de Karmiel, enlevé au Festival Supernova en octobre et libéré le 26 novembre 2023. (Autorisation)

L’identité des trois ressortissants thaïlandais relâchée n’a pas été encore communiquée.

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, avait déclaré à NBC avant la troisième libération qu’il y avait « des raisons de croire » qu’un citoyen américain serait libéré, faisant apparemment référence à Idan. « Nous pensons qu’il est grand temps que cette petite fille, qui vient de fêter son quatrième anniversaire, soit de retour chez elle avec sa famille. Bien sûr, elle a tragiquement perdu ses parents dans cette vicieuse et brutale attaque terroriste le 7 octobre. »

Les otages ont été enlevés le 7 octobre, lorsque quelque 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant 1 200 personnes et s’emparant de plus de 240 otages de tous âges sous le couvert d’un déluge de milliers de roquettes tirées sur les villes israéliennes.

Israël a déclaré dimanche après-midi que 200 camions transportant de l’aide humanitaire étaient entrés dans Gaza, une partie des fournitures se dirigeant vers la partie nord de l’enclave. Les camions ont été contrôlés par les autorités israéliennes au point de passage de Nitzana avec l’Égypte, avant de se rendre au point de passage égyptien de Rafah pour entrer dans la bande de Gaza. Des dizaines de ces camions et six ambulances se sont dirigés vers le nord de la bande de Gaza, y compris vers des zones qui n’avaient pas été évacuées, avec l’approbation d’Israël, a déclaré le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT).

Des policiers et des soldats se tenant devant l’entrée de la prison d’Ofer, à l’extérieur de Jérusalem, où les condamnés pour terrorisme palestinien seront libérés dans le cadre d’un accord entre Israël et le Hamas, le 26 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le COGAT a ensuite déclaré, sans fournir de raisons potentielles, que le Hamas bloquait ou retardait l’entrée de l’aide dans le nord de la bande de Gaza, en publiant une image de ce qu’il a déclaré être un poste de contrôle mis en place par le groupe terroriste palestinien.

Samedi soir, 13 otages israéliens détenus par le Hamas – huit enfants, quatre mères et une jeune femme – sont finalement rentrés en Israël après que le Hamas a retardé leur libération pendant de longues heures, affirmant qu’Israël ne respectait pas certaines obligations prévues par l’accord, une affirmation que Jérusalem a rejetée. Le Hamas aurait cédé à la suite des pressions intenses exercées par le Qatar, l’Égypte et les États-Unis.

L’aile armée du Hamas avait affirmé qu’elle retardait la libération jusqu’à ce qu’Israël « adhère aux termes de l’accord liés à l’entrée des camions d’aide dans le nord de la bande de Gaza et en raison du non-respect des normes convenues pour la libération des prisonniers ».

Un terroriste du Hamas faisant un signe de la main alors que des véhicules de la Croix-Rouge transportent des otages israéliens et thaïlandais nouvellement libérés, dans la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran via le bureau des médias du Hamas/AFP)

Cependant, Israël a autorisé l’entrée de 200 camions dans la bande de Gaza samedi, comme l’exige l’accord, et a annoncé qu’au moins 50 de ces camions avaient atteint le nord de la bande de Gaza, une affirmation confirmée par le Croissant Rouge palestinien.

Une source politique a déclaré au Times of Israel que le comportement du Hamas samedi soir avait « embarrassé » les médiateurs qataris et égyptiens.

Quatre ressortissants thaïlandais ont également été libérés samedi dans le cadre d’un accord distinct négocié par l’Égypte, également avec la participation du Qatar et de l’Iran, après de premières informations selon lesquelles sept Thaïlandais devaient être libérés.

Emanuel Fabian et Tal Schneider ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.