3e rappel Covid : Optimisme chez les plus de 60 ans
Rechercher

3e rappel Covid : Optimisme chez les plus de 60 ans

"Je pense que d'ici deux semaines, nous verrons la morbidité s'arrêter", a déclaré Gili Regev-Yochay; les non vaccinés ont huit fois plus de risques de tomber gravement malades

Un couple a reçu sa troisième dose du vaccin COVID-19 à l'hôpital Shaarei Tsedek, le 17 août 2021, à Jérusalem. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un couple a reçu sa troisième dose du vaccin COVID-19 à l'hôpital Shaarei Tsedek, le 17 août 2021, à Jérusalem. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Alors que les cas de COVID-19 continuent d’augmenter en Israël, les nouvelles infections chez les personnes âgées de plus de 60 ans ont commencé à diminuer, apparemment en raison du rappel du vaccin.

Après avoir atteint plus de 400 nouvelles infections quotidiennes chez les plus de 60 ans au cours de la semaine dernière, ce nombre a commencé à ralentir lundi et mardi et semble maintenant être au début d’un déclin, un peu plus de deux semaines depuis qu’Israël a commencé à administrer un troisième vaccin contre le coronavirus à cette tranche d’âge, a rapporté la Douzième chaîne, citant des données du ministère de la Santé.

Gili Regev-Yochay, directrice de l’unité d’épidémiologie des maladies infectieuses à l’hôpital Sheba, a déclaré à la Douzième chaîne qu’elle était optimiste au vu des données actuelles. « Je suis très encouragée par les résultats des tests, les données du troisième vaccin, et la réponse du public au vaccin. Je crois qu’il fera l’affaire », a-t-elle déclaré à la chaîne.

« Je crois que d’ici deux semaines, nous verrons la morbidité stoppée », a-t-elle ajouté.

Selon le ministère de la Santé, le taux de cas graves est beaucoup plus élevé chez les Israéliens non vaccinés âgés de plus de 60 ans, avec 174 cas graves pour 100 000. Chez les personnes entièrement vaccinées, ce chiffre est de 21,3 pour 100 000, et chez les personnes partiellement vaccinées, de 54 pour 100 000.

Le gouvernement a lancé sa dernière campagne de vaccination il y a plus de deux semaines, exhortant les Israéliens de plus de 60 ans (plus de 50 ans depuis) à recevoir leur troisième dose de vaccin – appelée « rappel » – qui, espèrent les autorités, contribuera à protéger les Israéliens les plus vulnérables contre la nouvelle variante Delta, hautement contagieuse, du virus SRAS-CoV-2 qui cause le COVID-19.

La professeure Gili Regev-Yochai, directrice de l’unité d’épidémiologie des maladies infectieuses du centre médical Sheba. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Le dernier chiffre de vaccination pour la troisième dose – 1 088 065 – représente un peu plus de la moitié de la population éligible de 1,9 million d’Israéliens âgés de plus de 50 ans et ayant reçu leurs deux premières injections de vaccin il y a plus de cinq mois.

Pourtant, le nombre de patients hospitalisés pour le virus a continué à augmenter mardi, 579 d’entre eux étant dans un état grave.

Parmi les personnes gravement malades, 97 étaient sous ventilateur. Au total, 946 personnes ont été hospitalisées pour le COVID-19.

Lundi, 8 716 nouvelles infections ont été enregistrées, le chiffre le plus élevé de la quatrième vague d’infections en cours, avec 4 669 cas supplémentaires identifiés mardi après-midi, portant le nombre de cas actifs dans le pays à 56 634.

Le ministère a indiqué que 152 671 personnes avaient été testées dimanche, le taux de positivité ayant encore augmenté pour atteindre
6,2 %, soit le niveau le plus élevé depuis février.

Cinq décès ont été enregistrés depuis mardi matin, ce qui porte le nombre de morts à 6 699.

Parallèlement, le Premier ministre Naftali Bennett a refusé mardi de s’engager à ouvrir les écoles dans tout le pays le 1er septembre comme prévu, alors que les cas de virus continuent d’augmenter.

Le Premier ministre Naftali Bennett a dirigé une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 8 août 2021. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool)

« Nous prendrons cette décision dans la semaine à venir, en fonction de la situation de la pandémie », a déclaré Bennett aux informations de la Treizième Chaîne lorsqu’il a été interrogé sur le début prévu des études scolaires.

Lundi, le gouvernement a approuvé un plan pour les zones à forte contagion qui verra les classes ayant un faible niveau d’étudiants vaccinés passer à l’apprentissage à distance en ligne.

Selon les règles du nouveau plan, seules les classes dans lesquelles plus de 70 % des élèves sont soit vaccinés, soit guéris, soit ont passé un test sérologique positif pour les anticorps seront autorisées à se réunir en personne.

Les classes qui n’atteignent pas ce niveau devront passer à l’enseignement à domicile.

Mardi, le ministre de la Défense, Benny Gantz, a approuvé le rappel de quelque 6 000 soldats de réserve pour aider à effectuer les tests sérologiques sur les écoliers, l’objectif étant de tester plus d’un million d’entre eux d’ici le début de l’année scolaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...