406 décès dus au virus, les personnes gravement malades frôlant les 250
Rechercher

406 décès dus au virus, les personnes gravement malades frôlant les 250

Cinq décès depuis samedi soir ; la commission Corona va examiner s'il faut approuver les décisions du cabinet sur les restrictions

Un employé désinfecte une voiture devant le centre médical Sheba à Ramat Gan, le 13 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)
Un employé désinfecte une voiture devant le centre médical Sheba à Ramat Gan, le 13 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

Le bilan israélien concernant le COVID-19 est passé à 406 morts dimanche matin, avec cinq décès supplémentaires signalés depuis samedi soir, parallèlement à une forte augmentation du nombre de patients en état grave.

Le ministère de la Santé a déclaré que 1 414 nouveaux cas de coronavirus ont été confirmés au cours de la dernière journée, portant le total national à 49 575 cas depuis le début de la pandémie, dont 27 729 cas actifs.

Parmi les patients, 238 étaient dans un état grave, dont 62 sous respirateur, tandis que 130 étaient dans un état modéré et que les autres souffraient de symptômes légers ou inexistants.

Le nombre de 250 patients dans un état grave correspond au seuil que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait fixé pour le renouvellement des restrictions sévères lorsqu’il avait déclaré la victoire sur le virus en mai et rouvert l’économie.

Des femmes musulmanes portant des masques faciaux pour se protéger du coronavirus, passent devant une affiche placée par des partisans du Premier ministre Benjamin Netanyahu devant le tribunal de district de Jérusalem, le 19 juillet 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

Le ministère de la Santé a déclaré que 20 236 tests ont été effectués samedi, avec un taux de positivité de 7,9 % – le taux quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie. Ces derniers jours, le nombre de tests s’est élevé à environ 30 000 par jour, et les week-ends affichent généralement des chiffres un peu plus faibles.

Les infections ont augmenté régulièrement depuis début juin, et ces derniers jours ont généralement commencé à passer de 1 800 à 1 900 cas par jour, dépassant de loin la vague initiale de l’épidémie en mars-avril.

Pendant ce temps, les médias en hébreu ont rapporté dimanche que le professeur Gabi Barbash, un ancien haut fonctionnaire de la santé qui a précédemment critiqué publiquement le gouvernement pour ne pas avoir réussi à contenir la résurgence du virus, sera nommé pour diriger l’effort national contre la pandémie.

Gabi Barbash, directeur-général du centre médical Sourasky de Tel Aviv, le 7 avril 2020. (Capture d’écran : Douzième chaîne)

Alors que le gouvernement est confronté à une colère croissante concernant sa gestion de la crise actuelle du coronavirus, les critiques disant que la prise de décision est de plus en plus confuse et erratique, Netanyahu envisagerait des changements majeurs au sein du cabinet dit du coronavirus pour rationaliser les débats et les décisions.

En vertu d’une récente loi, le cabinet peut adopter rapidement des règlements d’urgence sur le coronavirus sans avoir besoin de l’approbation de la Knesset, mais celle-ci doit approuver les décisions dans un délai d’une semaine, sinon elles sont automatiquement annulées.

De nouvelles restrictions publiques autorisées par le gouvernement pour lutter contre la propagation du coronavirus sont entrées en vigueur vendredi à 17 heures, limitant les rassemblements publics jusqu’à nouvel ordre et interdisant diverses activités de loisirs et de remise en forme pendant tout le week-end.

Les rassemblements de plus de 10 personnes à l’intérieur et de plus de 20 personnes à l’extérieur sont également interdits jusqu’à nouvel ordre, mais les groupes de travail et les familles nucléaires en sont exemptés.

Des Israéliens profitent de la plage de Tel Aviv, le 18 juillet 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Un revirement de dernière minute du gouvernement a conduit à la décision de maintenir les restaurants ouverts jusqu’à mardi, date à laquelle ils seront fermés jusqu’à nouvel ordre pour tout sauf les plats à emporter et les livraisons. Le gouvernement a changé de cap lorsqu’il a dû faire face à des menaces généralisées de la part des propriétaires de restaurants de défier l’ordre de fermeture, qui devait initialement prendre effet à 17 heures vendredi.

En attendant, les magasins ne fermeront que le week-end jusqu’à nouvel ordre, mais les magasins offrant des services de première nécessité, tels que les pharmacies et les supermarchés, pourront rester ouverts.

Les centres commerciaux, les marchés, les coiffeurs, les salons de beauté, les bibliothèques, les zoos, les musées, les espaces d’exposition, les piscines et les sites touristiques seront également fermés le week-end.

Un renforcement du confinement pendant le week-end devrait prendre effet à partir du vendredi 24 juillet, y compris des restrictions de circulation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...