Rechercher

5 combattants pro-iraniens tués en Syrie dans une frappe imputée à Israël

La frappe a "visé et détruit une cargaison d'armes et de munitions appartenant au Hezbollah et à des Iraniens", selon l'OSDH

Illustration : des missiles volant dans le ciel près de l'aéroport international, à Damas, en Syrie, le 21 janvier 2019. (Crédit : SANA via AP)
Illustration : des missiles volant dans le ciel près de l'aéroport international, à Damas, en Syrie, le 21 janvier 2019. (Crédit : SANA via AP)

Cinq combattants pro-iraniens en Syrie ont été tués lors d’une frappe attribuée à Israël samedi contre des objectifs dans les environs de Damas, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une organisation d’opposition pro-syrienne dont le financement reste flou.

A Damas, l’agence officielle syrienne Sana a fait état de deux soldats syriens blessés par le tir « d’une salve de missiles sol-sol », en accusant Israël, pays voisin de la Syrie en guerre.

Selon l’OSDH, la région visée abrite des dépôts d’armes et de munitions du Hezbollah libanais et d’autres milices pro-iraniennes, ainsi que des positions de l’armée du régime syrien de Bachar al-Assad.

Ennemis jurés d’Israël, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et l’Iran appuient militairement le régime Assad dans le conflit.

La frappe a « visé et détruit une cargaison d’armes et de munitions appartenant au Hezbollah et à des Iraniens », selon l’OSDH qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie. Elle a provoqué la mort de cinq combattants de milices pro-iraniennes, et fait plusieurs blessés.

Ces informations n’ont pu être confirmées de source indépendante.

Les correspondants de l’AFP à Damas ont entendu des explosions répétées en milieu de journée. Il est rare que les raids israéliens visent des positions en Syrie en plein jour.

Depuis le début de la guerre en 2011 en Syrie, l’armée israélienne a régulièrement mené des raids dans ce pays visant principalement les forces iraniennes, celles du Hezbollah libanais et les troupes gouvernementales syriennes.

L’armée israélienne confirme très rarement ses raids.

Israël affirme régulièrement qu’il ne permettra pas à la Syrie de devenir la tête de pont des forces d’Iran.

Le 14 octobre, une frappe aérienne aussi attribuée à Israël sur des positions iraniennes en Syrie avait fait neuf morts parmi des combattants alliés au gouvernement syrien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...