70 cimetières juifs restaurés grâce à un programme allemand
Rechercher

70 cimetières juifs restaurés grâce à un programme allemand

Les coûts du projet ambitieux atteignent des dizaines de millions d'euros, pour des milliers de cimetières juifs en Europe de l'Est

Une tombe d'un cimetière juif de Szczebrzeszyn, en Pologne. Illustration. (Crédit : Fondation pour la préservation du patrimoine juif en Pologne)
Une tombe d'un cimetière juif de Szczebrzeszyn, en Pologne. Illustration. (Crédit : Fondation pour la préservation du patrimoine juif en Pologne)

Un programme pilote financé par l’Allemagne pour la protection des cimetières juifs d’Europe orientale a contribué à préserver au moins 70 cimetières depuis 2015, ont annoncé les initiateurs du projet à des délégués du Conseil de l’Europe.

Le point de presse a eu lieu mercredi à Strasbourg sur l’Initiative des Cimetières Juifs Européens (ICJE), deux ans après sa création avec un budget initial de 1,35 million de dollars, a confié à JTA Yossi Beilin, ancien ministre israélien de la Justice et membre du conseil consultatif de l’ICJE.

La conférence de presse qui s’est tenue au Conseil de l’Europe, une institution de 47 Etats membres qui vise à encourager la coopération et le dialogue en Europe, était en partie destinée à aider « trouver plus de ressources pour les prochaines étapes » et de faire de l’ICJE un organisme qui fonctionne en permanence avec un financement de base, a indiqué Beilin.

Le projet a restauré des cimetières en Ukraine, Pologne, République tchèque, Bélarus, Serbie et la Moldavie, a-t-il ajouté.

« L’objectif est de localiser ces cimetières qui disparaissent dans les forêts, de construire une clôture autour d’eux, d’installer une porte, une voie d’accès, une plaque, et puis, si possible, mettre en contact les cimetières avec les écoles locales afin que autorités puissent les utiliser comme outils éducatifs pour enseigner aux enfants les communautés juives qui y existaient autrefois », selon Beilin.

Le Conseil de l’Europe, un organisme non-exécutif qui n’est pas lié à l’Union européenne, ne finance pas directement le projet, a-t-il precisé, mais il est un moyen pour approcher les gouvernements et les fondations pour le soutenir.

La Pologne et la Slovaquie ont à elles seules plus de 2 000 cimetières juifs, beaucoup d’entre eux dans un état lamentable. Rien que les clôtures pour l’ensemble des 1 400 cimetières juifs de Pologne coûteraient environ 32 millions de dollars, selon le grand rabbin du pays, Michael Schudrich.

En avril, Thorbjorn Jagland, le secrétaire général du Conseil de l’Europe, a visité un cimetière juif à Frampol, en Pologne, qui est l’un des 70 sur lesquels travaillait l’ICJE. Le projet a été réalisé avec l’aide d’une école locale, « qui s’est totalement mobilisée pour ce projet, et a ainsi enseigné aux élèves pour la première fois le fait qu’il existait dans la localité une communauté juive, il y a 70 ans », a déclaré Beilin.

Tous les Juifs de Frampol ont été tués dans la Shoah. Le génocide et l’émigration qui l’a suivi ont décimé les communautés d’Europe orientale qui furent jadis importantes, rendant impossible pour les petites communautés restantes le financement de la restauration et de l’entretien des cimetières juifs.

En 2012, le Conseil de l’Europe a adopté une résolution non contraignante plaçant la responsabilité de la prise en charge des cimetières juifs sur les gouvernements nationaux. La résolution a été fondée en partie sur un rapport qui stipule que les cimetières juifs sont « probablement » plus vulnérables que d’autres cimetières.

En plus des fréquents actes de vandalisme, notamment pour des raisons antisémites, la résolution a également noté des cas de cimetières en Europe de l’Est qui ont été transformés en « zones résidentielles, jardins publics, parcs de loisirs, terrains militaires et des sites de stockage; certains ont même été transformés en lacs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...