750 chercheurs s’opposent à la nomination d’Effi Eitam à la tête de Yad Vashem
Rechercher

750 chercheurs s’opposent à la nomination d’Effi Eitam à la tête de Yad Vashem

Des professeurs d’études juives et des directeurs de musées juifs et de la Shoah signent une pétition contre la nomination de l’ex-ministre d’extrême droite Effi Eitam à Yad Vashem

Le président de la société de forage pétrolier Afek, Effi Eitam, à la Cour suprême lors d'une audience sur la recherche de pétrole sur le Plateau du Golan, le 23 décembre 2014 à Jérusalem. (Flash90)
Le président de la société de forage pétrolier Afek, Effi Eitam, à la Cour suprême lors d'une audience sur la recherche de pétrole sur le Plateau du Golan, le 23 décembre 2014 à Jérusalem. (Flash90)

JTA – Une large coalition de spécialistes en études juives et de directeurs de musées juifs et de musées de l’Holocauste ont signé une pétition s’opposant à la nomination d’Effi Eitam, un politicien israélien d’extrême droite, à la présidence du musée israélien de la Shoah.

La pétition, qui compte 750 signataires, est la plus récente des protestations contre Eitam. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses alliés ont présenté la candidature d’Eitam plus tôt cette année comme prochain président de Yad Vashem, à la fois musée, mémorial et centre de recherche sur la Shoah. Eitam est un ancien général décoré de l’Armée de défense d’Israël, ancien ministre, et président d’un parti sioniste religieux de droite.

Ses détracteurs affirment qu’il est inapte à diriger l’institution parce qu’il a appelé à l’expulsion de la majorité des Palestiniens de Cisjordanie et à l’exclusion des Arabes israéliens du système politique du pays. Eitam a également été réprimandé par le chef d’état-major de Tsahal parce que des soldats sous son commandement ont battu à mort un Palestinien. Ses partisans soulignent son expérience de général militaire et de dirigeant politique.

Des politiciens israéliens, des survivants de la Shoah et l’Anti-Defamation League ont demandé que son nom soit retiré. Ils ont été rejoints par des centaines de chercheurs, dont Susannah Heschel et Deborah Lipstadt. La liste comprend également des directeurs, actuels et anciens, du mémorial de Buchenwald et des musées juifs de Budapest, de Varsovie, de Munich et d’ailleurs.

« La rhétorique haineuse d’Eitam envers les Arabes israéliens et les Palestiniens est aux antipodes de la mission officielle de Yad Vashem », lit-on dans la pétition.

« La nomination d’Effi Eitam à la présidence de cette institution internationalement respectée, consacrée à la documentation des crimes contre l’humanité et à la recherche des droits de l’homme, ridiculiserait et jetterait la honte sur Yad Vashem. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...