Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

À la Yeshiva University, le sénateur John Fetterman désavoue son alma mater Harvard

L'un des plus fervents démocrates pro-Israël depuis le 7 octobre a ôté son étole rouge pour protester contre son "incapacité à défendre la communauté juive"

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Le sénateur démocrate Jon Fetterman de Pennsylvanie (au centre) aux côtés des dirigeants de la Yeshiva University, avant la cérémonie de remise des diplômes de l'université dans le Queens, le 29 mai 2024. (Crédit : Luke Tress via JTA)
Le sénateur démocrate Jon Fetterman de Pennsylvanie (au centre) aux côtés des dirigeants de la Yeshiva University, avant la cérémonie de remise des diplômes de l'université dans le Queens, le 29 mai 2024. (Crédit : Luke Tress via JTA)

New York Jewish Week via JTA – Le sénateur américain John Fetterman, le démocrate de Pennsylvanie qui s’est imposé comme un défenseur improbable d’Israël depuis l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, a désavoué son alma mater, l’Université de Harvard, en recevant un prix lors de la cérémonie de remise des diplômes de la Yeshiva University (YU).

Fetterman et les dirigeants de la YU ont profité de l’événement de mercredi, qui s’est tenu au stade Louis Armstrong dans le Queens, pour présenter le fleuron des universités orthodoxes modernes comme un contrepoint aux campus universitaires des États-Unis (y compris celui de Harvard) qui ont accueilli des campements pro-palestiniens contre Israël et dont les cérémonies de remise des diplômes ont été marquées par des manifestations de protestation perturbatrices.

Dans les propos qu’il a tenus sur scène après avoir reçu la médaille présidentielle, qui est, selon l’université, sa récompense la plus prestigieuse pour son leadership mondial, Fetterman s’est fait l’écho de cette comparaison. Il a déclaré que la dernière fois qu’il avait assisté à une cérémonie de remise de diplômes, c’était à Harvard, il y a 25 ans.

À la mention d’Harvard, la foule a sifflé – et Fetterman a répondu.

« J’ai été profondément déçu », a-t-il déclaré, évoquant « l’incapacité de Harvard à défendre la communauté juive après le 7 octobre ».

Il a ensuite ôté de ses épaules l’étole rouge, qui fait partie des toges traditionnelles de Harvard pour la remise des diplômes.

« Je ne crois pas fondamentalement qu’il soit juste que je la porte aujourd’hui », a-t-il déclaré sous les applaudissements.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, il y a près de huit mois, Fetterman a été l’un des plus fervents défenseurs d’Israël au Capitole, tapissant son bureau de photos d’otages détenus par le groupe terroriste palestinien et portant des plaques militaires symboliques pour montrer son soutien à leur libération. Cette approche lui a valu des opposants à gauche et, de manière inhabituelle, des amis à droite.

« Je ne suis qu’un sénateur à la langue bien pendue qui se trouve être engagé en faveur d’Israël », a-t-il déclaré lors de la cérémonie, qui a suscité des applaudissements nourris. En plus d’exprimer son soutien à l’effort de guerre d’Israël, Fetterman a déclaré : « En réalité, je pleure pour toutes les femmes et tous les enfants palestiniens innocents dont le Hamas est responsable. »

Le rabbin Ari Berman, président de la YU, a déclaré que la décision d’inviter Fetterman avait été prise « à l’unanimité » par l’université.

« La défense d’Israël est une source de grande force pour notre communauté et c’est un privilège pour nous de l’honorer », a déclaré Berman au New York Jewish Week. « Tout le monde était très enthousiaste. »

Avant de monter sur scène, Fetterman – vêtu d’un short et de baskets noires sous sa robe de cérémonie – a déclaré au New York Jewish Week qu’il avait été surpris par l’invitation à prendre la parole lors de la cérémonie, surtout après avoir appris que l’orateur de l’année dernière était l’inventeur du système de défense anti-missile « Dôme de fer ».

« J’ai été stupéfait. Je me suis dit que je n’appartenais pas à une telle catégorie », a déclaré Fetterman.

La cérémonie a été émaillée de références aux massacres perpétrés par le Hamas en Israël le 7 octobre et à la guerre qui s’en est suivie à Gaza. Le chanteur orthodoxe populaire Mordechaï Shapiro a chanté une bénédiction pour les soldats israéliens, et une présentation vidéo a mis à l’honneur les soldats tombés au combat, y compris les enfants d’anciens élèves de l’Université de Yokohama. Des policiers étaient postés à l’extérieur et des agents de sécurité contrôlaient les entrées, mais il n’y avait aucun signe de manifestations anti-Israël.

Cette cérémonie a été marquée par des moments de réjouissance. Après les discours de Berman et Fetterman, Shapiro a entonné une chanson dont le refrain était « Am Yisrael Chaï », ce qui signifie en hébreu « le peuple d’Israël vit ». Les diplômés ont dansé devant l’estrade à côté de Fetterman, qui a tapé des mains au rythme de la musique tandis que les étudiants agitaient des drapeaux israéliens au-dessus de leur tête.

Les orateurs, dont Berman, ont souligné les efforts déployés par les étudiants pour soutenir Israël, notamment en collectant des fonds, en organisant des groupes de prière et en donnant des cours particuliers en ligne à des enfants israéliens.

« Après le 7 octobre, chaque prière, chaque cours, chaque jour à la YU a changé et a été chargé de la mission de soutenir Israël et le peuple juif », a déclaré Berman dans son discours de remise des diplômes.

Fetterman a déclaré que la cérémonie de remise des diplômes était une occasion de se réjouir, en dépit de l’assaut sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas et de la guerre.

« Je crois vraiment qu’il y a deux choses qui sont vraies aujourd’hui : on ne peut pas ignorer ce qui s’est passé, mais il y a beaucoup de joie et beaucoup de raisons de se réjouir aujourd’hui », a-t-il déclaré au New York Jewish Week.

Berman a également présenté l’approche de l’université comme un contrepoint à l’activisme anti-Israël sur d’autres campus, dénonçant le fait que d’autres universités « capitulent devant les demandes malencontreuses » des manifestants qui ont appelé au boycott d’Israël. La YU a cherché à tirer parti de l’activisme anti-Israël sur d’autres campus, notamment en repoussant la date butoir de dépôt des demandes de transfert pour les étudiants souhaitant quitter d’autres campus.

« Nous adoptons la position inverse », a déclaré Berman sous les acclamations de la foule. « À la YU, nous ne désinvestissons pas, nous investissons. Nous investissons en Israël, nous investissons toujours en Israël. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.