À l’ambassade d’Égypte, Netanyahu dit vouloir une paix plus large
Rechercher

À l’ambassade d’Égypte, Netanyahu dit vouloir une paix plus large

Le Premier ministre, qui a salué le président égyptien, rappelle qu'il envisagera le plan de paix de Trump avec un esprit d'ouverture et examinera les propositions spécifiques

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, s'exprime à la résidence de l'ambassadeur égyptien à Tel Aviv, le 7 juillet 2019 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, s'exprime à la résidence de l'ambassadeur égyptien à Tel Aviv, le 7 juillet 2019 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre israélien a répété mercredi qu’il garderait l’esprit ouvert vis-à-vis du plan de paix de Trump qui doit bientôt être dévoilé, indiquant aux invités d’un événement à l’ambassade égyptienne qu’il souhaitait une paix plus large dans la région.

Benjamin Netanyahu et son épouse Sara participaient à une réception organisée à la résidence de l’ambassadeur égyptien, Khaled Azmi, à Tel Aviv marquant la fête nationale du pays. Il a loué la coopération qu’ont développée Israël et l’Égypte depuis l’accord de paix entre les deux pays signé en 1979.

« Nous avons un engagement sécuritaire. Nous sommes prospères et apprécions la paix qui nous unit, et nous aimerions voir une paix plus large », a-t-il ainsi déclaré.

Et d’ajouter : « Nous attendons tous de voir le plan du président Trump et nous devons tous garder le cœur et l’esprit ouverts et examiner les propositions spécifiques qu’il contiendra ».

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, son épouse Sara, et l’ambassadeur égyptien en Israël, Khaled Azmi, à la résidence du diplomate à Tel Aviv, le 7 juillet 2019 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

En juin dernier, la Maison blanche a révélé le volet économique de son plan de résolution du conflit israélo-palestinien, qui propose des milliards de dollars d’investissements dans des projets d’infrastructure en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et dans les pays arabes voisins.

Quelques jours après la publication, Washington co-parrainait une conférence au Bahreïn qui lui était consacrée. Les Palestiniens se sont férocement opposés à ce sommet, arguant que tout initiative de paix devait d’abord se pencher sur les problèmes politiques avant les questions économiques.

Les États-Unis doivent présenter le reste de leur plan après les élections israéliennes de septembre, mais l’envoyé américain, Jason Greenblatt, a fait savoir lundi que cela pourrait avoir lieu plus tôt.

« Nous n’avons pas déterminé quand le volet politique serait divulgué. Nous prenons en compte les élections israéliennes pour décider si nous le rendons public avant ou après les élections, avant ou après la formation du gouvernement ou après », a indiqué Jason Greenblatt au quotidien palestinien Al-Ayyam, dans un entretien publié lundi.

Il a assuré que Donald Trump se déciderait bientôt sans donner davantage de détails.

Alors que Benjamin Netanyahu promet de garder « l’esprit ouvert » à l’égard du plan américain, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a assuré à plusieurs reprises qu’il le rejetterait.

Dans son discours de mercredi, le Premier ministre israélien a également chanté les louanges du président égyptien, Abdel-Fattah el-Sissi.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), avec le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi, (à droite), à New York, le 18 septembre 2017. (Crédit : Avi Ohayun/GPO)

« Lors de mes rencontres avec le président el-Sissi, j’ai été très impressionné, non seulement pour son leadership, mais également pour son intelligence. Grâce à lui, j’ai compris beaucoup de choses concernant les défis auxquels nous sommes confrontés, et nous avons discuté des meilleurs moyens d’y faire face », a expliqué Benjamin Netanyahu, soulignant la menace que représentent le terrorisme et l’extrémisme pour les deux pays.

Le président Reuven Rivlin est également intervenu lors de l’événement, complimentant son homologue égyptien et appelant à des liens plus étroits entre Jérusalem et Le Caire.

« Israël prie toujours pour que notre paix devienne chaleureuse. Nous voulons vous connaître davantage afin de bâtir nos économies, partager nos cultures anciennes et créer des vies sûres et agréables pour les peuples de nos deux pays », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...