Rechercher

A Malmö, Herzog appelle les réseaux sociaux à gérer la hausse de l’antisémitisme

Le ministre de la Diaspora a mis l'accent sur les dangers d'Internet dans la propagation de l'antisémitisme lors de la grande conférence sur la mémoire de la Shoah en Suède

Photo d'illustration : Un homme porte une kippa lors d'une manifestation contre l'antisémitisme à Berlin, le 25 avril 2018. (Crédit : AP Photo/Markus Schreiber)
Photo d'illustration : Un homme porte une kippa lors d'une manifestation contre l'antisémitisme à Berlin, le 25 avril 2018. (Crédit : AP Photo/Markus Schreiber)

Les appels à combattre la haine en ligne se sont multipliés mercredi au cours d’une conférence internationale contre l’antisémitisme à Malmö en Suède, les géants du Net affichant leurs bonnes intentions face au torrent d’insultes et de menaces antijuives sur les réseaux sociaux.

Organisée par le Premier ministre suédois Stefan Löfven qui a fait de la lutte contre la haine des Juifs son dernier combat sur la scène internationale, la conférence a réuni les représentants d’une quarantaine de pays, des Nations unies et le président du Conseil européen Charles Michel, avec plusieurs interventions vidéo de grands dirigeants mondiaux.

S’exprimant par vidéo lors d’une conférence majeure organisée par la Suède mercredi, le président Isaac Herzog a appelé le monde à confronter plus vigoureusement les entreprises de réseaux sociaux pour s’assurer que les contenus haineux sont traités.

« L’antisémitisme est une infusion de haine dans des poches d’ignorance, une force de destruction qui use toute vertu sur son passage », a-t-il déclaré.

« Il faudra non seulement améliorer l’enseignement de la Shoah dans les écoles, comme le programme exceptionnel de Yad Vashem, mais aussi travailler de manière agressive sur les réseaux sociaux, notamment avec les entreprises de médias sociaux et les confronter pour s’assurer que les incitations à la haine sont rapidement supprimées. »

Il a également exhorté les dirigeants à adopter la définition de travail de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA).

« L’IHRA est devenu un point de référence largement accepté dans la lutte contre l’antisémitisme et le négationnisme, avec plus de trente pays ayant adopté la définition de l’antisémitisme de l’IHRA, et j’appelle toutes les nations à le faire. »

Le président Isaac Herzog s’adresse au Forum Remember ReAct à Malmö, en Suède, le 13 octobre 2021 (Crédit : Shahar Azran)

Le ministre de la Diaspora, Nachman Shai, s’est fait l’écho de l’accent mis par Herzog sur les réseaux sociaux, en déclarant aux médias rassemblés lors de son arrivée sur le site de la conférence qu' »il y a une dangereuse montée de l’antisémitisme dans le monde entier, principalement à cause des nouveaux réseaux sociaux ».

Le ministre de la Diaspora, Nachman Shai, s’adresse aux médias lors du forum Remember ReAct, à Malmö, en Suède, le 13 octobre 2021. (Crédit : IHRA).

Les entreprises de réseaux sociaux « incitent et augmentent le niveau de haine, et elles doivent en prendre la responsabilité, et non pas rester soi-disant neutres ou objectives », a déclaré Shai.

« Nous voulons arrêter les discours de haine en ligne et assurer à tous nos citoyens un environnement numérique sûr », a dit le président français Emmanuel Macron dans une allocution enregistrée.

Sous une très forte protection policière, la réunion était symboliquement organisée à Malmö, la troisième plus grande ville de Suède, où vit une forte population immigrée du Moyen-Orient et qui tente de contrer une inquiétante vague d’antisémitisme ayant émergé au début des années 2000.

C’est vers Malmö que les Juifs danois avaient fui les nazis, profitant de la neutralité suédoise, et c’est là qu’avaient afflué dans des cars blancs des survivants de la Shoah à la libération.

« Se souvenir de l’Holocauste, combattre l’antisémitisme ne sont pas des activités passives. Elles requièrent des engagements », a lancé dans une vidéo le chef de la diplomatie américaine Anthony Blinken.

Pour le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, « nous ne pouvons pas simplement nous souvenir, nous devons parler fort et nous dresser pour l’humanité ».

La semaine dernière, l’Union européenne a présenté sa première stratégie de lutte contre l’antisémitisme face à une « hausse inquiétante » de ce phénomène, avec notamment un important volet contre la haine en ligne.

« Se souvenir ne suffit pas. Alors que les derniers survivants de la Shoah nous quittent, l’antisémitisme perdure. Il est de nouveau en hausse. C’est pourquoi nous devons faire plus que nous souvenir. Nous devons agir », a lâché M. Michel.

Le Premier ministre suédois Stefan Lofven visite la synagogue de Malmo lors d’un événement organisé la veille du forum international de commémoration de la Shoah et de lutte contre l’antisémitisme à Malmo, en Suède, le 12 octobre 2021. (Crédit : Jonas EKSTROMER / TT NEWS AGENCY / AFP) / Sweden OUT

« Gazez-la »

Selon l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, neuf Juifs sur 10 estiment que l’antisémitisme s’est accru dans leur pays et 38% ont envisagé d’émigrer parce qu’ils ne se sentent plus en sécurité dans l’UE.

« Ce que (les jeunes) ont appris, ils l’ont appris d’internet, des réseaux sociaux, ce qu’ils voient aujourd’hui dans les réseaux sociaux, c’est de la haine », a déploré à la tribune le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder.

Selon une analyse publiée mercredi par l’association britannique Hope not hate, des plateformes comme Instagram et TikTok sont utilisées pour répandre des contenus antisémites auprès de jeunes utilisateurs.

Johanna Gosenius, une Suédoise juive de 18 ans, a raconté à l’AFP en avoir été victime. « Il y a eu un compte Instagram où les jeunes de ma ville ont mis beaucoup de choses antisémites, mais aussi des choses dirigées contre moi sur un site qui s’appelle Ask où l’on peut faire des publications anonymes », a-t-elle expliqué.

Comme le géant américain Google, qui a annoncé une enveloppe de cinq millions d’euros, les acteurs du Net ont affiché leurs efforts.

« Nous lançons constamment de nouvelles technologies pour essayer de faire face à cette menace croissante », a assuré à l’AFP le responsable de YouTube pour l’Europe, Pedro Pina. « Avec le temps, les malfrats deviennent plus habiles à utiliser la plateforme et à abuser de nos politiques (…) et trouvent de nouvelles façons de s’infiltrer ».

Pour le seul deuxième trimestre 2021, cette plateforme a ainsi retiré 6,2 millions de vidéos offensantes.

En Suède, comme dans d’autres pays d’Europe, les actes antisémites sont à la hausse. Les plaintes ont augmenté de plus de 50% entre 2016 et 2018, passant de 182 à 278, selon les dernières statistiques officielles.

A Malmö, si des signes d’amélioration sont visibles, des habitants de confession juive ont raconté à l’AFP avoir été victimes de propos antisémites.

« Des gens ont fait le salut nazi quand ils ont vu mon étoile de David (…) une fois, une fille m’a lancé ‘elle est Juive, gazez-là' », a témoigné Mira Kelber, la responsable des jeunes de la communauté juive de la ville.

Stefan Löfven, qui va quitter ses fonctions le mois prochain, a promis de mieux protéger les quelque 15 000 à 20 000 Juifs de Suède, avec notamment des moyens renforcés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...