A New York, Netanyahu en profite pour rencontrer 15 dirigeants africains
Rechercher

A New York, Netanyahu en profite pour rencontrer 15 dirigeants africains

Les efforts d’Israël visant à raviver les liens à travers tout le continent dont les Etats à majorité musulmane jouent un rôle important lors d’une réunion mondiale à New York

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des dirigeants et des représentants des Etats africains en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le 22 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des dirigeants et des représentants des Etats africains en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le 22 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré, jeudi, au moins 15 dirigeants de pays africains en marge d’une réunion de l’Assemblée Générale des Nations unies à New York.

Selon un communiqué du cabinet de Netanyahu, cette rencontre est entrée dans le cadre de la tentative israélienne toujours continue visant à renouveler et à renforcer les liens avec les États africains. Ces efforts ont compris des visites de haut-niveau dans les pays africains ces dernières semaines, ainsi que des efforts de restauration et de renforcement des liens avec plusieurs pays à majorité musulmane sur le continent.

Selon le communiqué émis par le Cabinet du Premier ministre, Netanyahu, lors de la réunion, “a déclaré qu’il a la conviction qu’Israël peut être un partenaire extraordinaire pour leurs pays. Il a indiqué que les technologies changent tout, notamment dans les communications, la médecine, l’agriculture et l’éducation. Il a noté qu’Israël veut partager sa technologie avec les pays africains”.

En réponse, les représentants présents à la réunion auraient répondu à Netanyahu qu’ « ils le remerciaient, lui et Israël, pour sa coopération dans tant de secteurs différents. Ils ont ajouté que cette coopération était très importante et qu’elle profiterait aux citoyens d’Afrique et améliorerait leur mode de vie ».

La réunion a été suivie par une exposition intitulée “Technologie et Innovation israélienne pour l’Afrique” à laquelle se sont rendus Netanyahu et des “douzaines de leaders africains” et sur le seuil de laquelle, selon le communiqué, Netanyahu et son épouse Sara ont été accueillis « sous les applaudissements ».

Cet événement a permis aux entreprises technologiques d’Israël de présenter leurs produits aux dirigeants africains qui se sont rendus à l’Assemblée Générale.

Les efforts livres par Israël visant à collaborer avec les gouvernements africains figuraient de manière significative dans l’agenda israélien lors de cette Assemblée générale.

Le Directeur Général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold a rencontré mercredi lors de l’Assemblée générale, son homologue sud-africaine Maite Nkoana-Mashabane qui avait déclaré il y a trois ans que son pays ne pouvait collaborer avec Israël.

Le ministre des Affaires étrangères israélien a confirmé que l’entretien avait eu lieu mais a gardé le silence sur son contenu dans un premier temps. Gold a tweeté une photo de lui serrant la main de Nkoana-Mashabane, ministre des Relations Internationales et de la Coopération depuis 2009, ajoutant que il « explorait les liens entre nos nations ».

“Nous considérons que le simple fait que cette réunion ait eu lieu est une réussite extraordinaire”, a déclaré jeudi au Times Of Israel un haut responsable du ministère de l’Intérieur.

Au cours de la rencontre, Gold s’est entretenu de l’importance des relations entre l’Afrique du Sud et Israël, particulièrement dans le cadre de la volonté toujours renouvelée d’Israël de collaborer avec tous les pays du continent », a ajouté le responsable.

En 2013, Nkoana-Mashabane avait déclaré qu’en raison de la situation difficile des Palestinisiens, les officiels sud-africains se refusaient à collaborer avec Israël.

“Les ministres de l’Afrique du Sud ne se rendent actuellement pas en Israël. Même le « Board of Deputies » juif avec lequel nous coopérons ici, sait pourquoi nos ministres ne vont pas en Israël », avait-elle déclaré à ce moment-là.

Nkoana-Mashabane avait ajouté que l’Afrique du Sud avait « accepté de ralentir et d’abréger les contacts des dirigeants avec ce régime jusqu’à ce que les choses semblent s’améliorer… Le combat du peuple de Palestine est notre combat », avait-elle indiqué.

Les commentaires de Nkoana-Mashabane avaient suscité la controverse et le cabinet sud-africain avait ultérieurement annoncé qu’il n’avait pas imposé “une interdiction de voyager en Israël de la part des officiels du Gouvernement ».

Les relations entre Jérusalem et Pretoria ont été longtemps tendues en raison des critiques amères de cette dernière concernant les politiques israéliennes et son soutien fervent à la cause palestinienne. L’année dernière, le Congrès National Africain – le parti au pouvoir du pays – a accueilli le leader du bureau politique du Hamas, Khaled Mashaal, une initiative dénoncée par Israël.

Le président sud-africain Jacob Zuma se trouve actuellement à New York, où il s’est adressé mercredi devant l’Assemblée Générale de l’ONU. Dans son allocution, il a déclaré que le peu de progrès réalisés dans le conflit israélo-palestinien « reste une préoccupation majeure pour nous ». Il est temps que les Nations unies « mènent leur mission historique » et aident à la résolution du conflit, qu’il a qualifié comme étant l’un des « plus longs problèmes non résolus relatifs à la décolonisation et à l’occupation ».

Gold a également rencontré cette semaine à New-York les ministres des Affaires étrangères de Tanzanie, du Malawi, d’Ethiopie et du Rwanda.

En début de semaine, les communiqués émis par les médias israéliens ont affirmé que Netanyahu espérait rencontrer le président du Tchad à l’Assemblée Générale.

La rencontre entre Netanyahu et Idriss Déby pourrait avoir lieu en marge de l’Assemblée générale, a rapporté mardi Channel .

La République du Tchad, à majorité musulmane, située en Afrique centrale, avait rompu ses liens avec Jérusalem dans les années 70. Quelques 55 pour cent des habitants du Tchad, dont le nombre s’élève à 13.5 millions, sont musulmans. Environ 40 % sont chrétiens.

Le mois dernier, le Directeur-Général du ministère des Affaires Etrangères Dore Gold s’est fendu d’une visite rare au Tchad  pour des entretiens avec de hauts-responsables.

“Le Tchad est un pays central sur le continent africain”, a déclaré le ministère des Affaires étrangères par le biais d’un communiqué paru à ce moment-là. « C’est un pays musulman et arabophone qui traite avec le terrorisme radical islamique et qui, cette année, a pris le fauteuil de la présidence tournante de l’Union Africaine ».

La rencontre de Gold, le 14 juillet, survient dans le sillage du rétablissement des relations diplomatiques avec la République de Guinée, un petit pays majoritairement musulman d’Afrique de l’Ouest qui a rompu ses liens avec l’Etat juif en 1967.

“Le nombre de pays sur le continent africain qui n’ont toujours pas [réétabli leurs liens avec Israël] baisse de manière constante, et nous avons bon espoir que ce nombre n’existera plus bientôt », avait déclaré Gold à l’issue de son entretien du 20 juillet avec Ibrahim Khalil Kaba, chef de cabinet du président Alpha Condé, à Paris.

Netanyahu a déclaré que l’établissement de liens diplomatiques avec toutes les nations africaines est un objectif stratégique poursuivi par son gouvernement, et a visité le mois dernier l’Afrique sub-saharienne.

Au cours de ses voyages au mois d’août en Ouganda, au Kenya, au Rwanda et en Ethiopie – la première visite du chef de gouvernement en trois décennies — Netanyahu a annoncé que la Tanzanie avait l’intention d’ouvrir sa première ambassade en Israël. Il a également déclaré que les leaders des pays-hôtes s’étaient engages à soutenir publiquement le retour sous le statut d’observateur d’Israël à l’Union Africaine.

Au début du mois, le Times of Israel a rapporté que Netanyahu avait récemment rencontré le président de la Somalie, Hassan Shekh Mohamud, lors du tout premier contact de haut-niveau entre les deux pays. La Somalie, pays à majorité musulmane et membre de la Ligue Arabe, n’a jamais reconnu l’Etat d’Israël.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...