Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

À Paris, une exposition pro-palestinienne secoue le Palais de Tokyo

Sandra Hegedüs-Mulliez, mécène de l'établissement depuis quinze ans, décide de quitter l’administration du musée parisien en raison de ses dérives idéologiques

Portrait de la philanthrope franco-brésilienne Sandra Hegedüs. (Crédit : SAM Art Projects - Travail personnel CC BY-SA 4.0)
Portrait de la philanthrope franco-brésilienne Sandra Hegedüs. (Crédit : SAM Art Projects - Travail personnel CC BY-SA 4.0)

Dans le monde très feutré de l’art contemporain, l’annonce fait l’effet d’une bombe. Après quinze ans de mécénat et d’implication au sein du Palais de Tokyo, à Paris, la collectionneuse Sandra Hegedüs-Mulliez a claqué la porte. Elle a ainsi démissionné du conseil d’administration de l’association des Amis du Palais de Tokyo.

L’intéressée a annoncé son départ sur sa page Instagram le 6 mai dernier : « Les choses ont changé et je ne veux pas être associée à la nouvelle orientation très politique du Palais. La programmation semble désormais dictée par la défense des ‘causes’, très orientées (wokisme, anti-capitalisme, pro-Palestine, etc) », a-t-elle expliqué.

« La dernière exposition sur la Palestine qui proposait, sans mise en perspective, des points de vue biaisés et mensongers sur l’histoire de ce conflit, donnant la parole, sans contradiction, à des propos racistes, violents et antisémites a été la goutte d’eau », a-t-elle ajouté.

En quelques heures, Sandra Hegedüs-Mulliez a récolté plus de 13 000 likes et plus de 500 commentaires de soutien.

Elle faisait référence dans son message à l’exposition « Passé Inquiet : Musées, Exil et Solidarité », programmée jusqu’au 30 juin 2024 et présentée sur le site du musée comme l’expression du « soutien d’artistes à des luttes d’émancipation de peuples, notamment en Palestine ». L’exposition montre notamment un fascicule incitant les enfants palestiniens à la lutte armée et un film documentaire qualifiant l’État d’Israël de « terroriste ».

Cette démission n’a pas laissé insensible. Dans une tribune publiée par le journal Le Monde le 13 mai, une série de personnalités tels que l’ancien ministre de la Culture Jack Lang et le dramaturge Emmanuel Demarcy-Mota ont fustigé la décision de Sandra Hegedüs-Mulliez : « Tout comme l’art et les artistes, nos institutions culturelles doivent rester libres, sous peine de disparaître », ont-ils écrit.

Toujours sur son compte Instagram, la collectionneuse a répondu : « Je n’enlève la liberté de personne, simplement, je pratique la mienne. Ils ont le droit d’organiser ce qu’ils veulent comme expo, et j’ai le droit de ne pas être d’accord. C’est très important d’avoir une liberté des deux côtés. En m’agressant, ça conforte ma décision, ces gens ont une vérité à eux qui n’est pas discutable. »

De son côté, le Palais de Tokyo, par l’intermédiaire de son directeur Guillaume Désanges, cité par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, a assuré que sa programmation « n’est pas partisane ». Il ajoute que l’exposition actuelle avait été programmée en 2022, bien avant les attentats du Hamas du 7 octobre 2023.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.