Abbas aux dirigeants du Fatah : N’appelez plus à la violence
Rechercher

Abbas aux dirigeants du Fatah : N’appelez plus à la violence

Lors d'un entretien avec les chefs du Tanzim, le dirigeant de l'AP a interdit le recours aux armes dans la lutte contre Israël

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Un Palestinien jette un cocktail Molotov en direction des forces de sécurité israéliennes lors d'affrontements dans le village de Beit Omar, près de Hébron, en Cisjordanie, le 11 octobre 2015. Illustration. (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Un Palestinien jette un cocktail Molotov en direction des forces de sécurité israéliennes lors d'affrontements dans le village de Beit Omar, près de Hébron, en Cisjordanie, le 11 octobre 2015. Illustration. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré aux dirigeants du Tanzim, l’aile militaire de son mouvement Fatah, dimanche de se mettre au travail immédiatement pour calmer les tensions avec Israël.

Selon des sources palestiniennes, il a exigé que les représentants du Tanzim, qui servent en tant que chefs des branches locales du groupe paramilitaire dans toute la Cisjordanie, d’éviter de recourir à la violence dans la lutte contre Israël.

Tanzim a été fondé par les dirigeants du Fatah et est fidèle à la faction palestinienne, qui est dirigé par Abbas. Il a gagné en proéminence en tant que force de combat et une organisation terroriste au cours de la deuxième Intifada.

Les dirigeants de Tanzim sont considérés comme les principaux organisateurs de la plupart des manifestations qui ont eu lieu en Cisjordanie ces derniers jours, des manifestations qui ont attiré des milliers de personnes et qui ont grossi les rangs des Palestiniens affrontant les forces de Tsahal dans plusieurs villes de Cisjordanie.

Les responsables israéliens ont accusé les dirigeants du Tanzim, y compris les dirigeants locaux de l’organisation, d’avoir encouragé les manifestations grandissantes, en partie pour empêcher le groupe rival du Hamas de prendre le contrôle des événements dans la rue palestinienne.

Abbas a dit à plusieurs reprises qu’il travaillait pour calmer les tensions et qu’il ne voulait pas voir de violents troubles s’étendre, même si les responsables israéliens l’accusent d’avoir incité à la haine qui a donné lieu à la récente série d’attaques terroristes et de violents affrontements en Cisjordanie.

Abbas a également parlé au cours des derniers jours aux dirigeants du Fatah qui ont lancé les appels pour plus d’attaques terroristes contre des Israéliens. Ces dirigeants incluaient Mahmoud al-Alul et Sultan Abu al-Inin. Abbas a exigé qu’ils cessent de faire des déclarations appuyant de telles attaques.

Eitam et Naama Henkin, ont été tués dans une fusillade par des Palestiniens en Cisjordanie, le 1er octobre 2015 (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Eitam et Naama Henkin, ont été tués dans une fusillade par des Palestiniens en Cisjordanie, le 1er octobre 2015 (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Aussi bien al-Alul qu’Abu al-Inin ont salué l’attaque du Hamas près de l’implantation d’Itamar en Cisjordanie au début du mois dans lequel Eitam et Naama Henkin ont été abattus devant leurs quatre enfants.

Un certain nombre d’affiches de propagande du Fatah semblaient également encourager les attaques au couteau contre des Israéliens.

Dimanche, un responsable du Shin Bet a déclaré au cabinet de sécurité qu’Abbas ne prenait pas part à l’incitation à mener des attaques terroristes et travaillait activement pour prévenir de nouvelles violences et des attaques terroristes.

Abbas a déclaré à la chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, lors d’un entretien téléphonique dimanche qu’ « il est déterminé à garder la situation sous contrôle », selon une déclaration de l’UE.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...