Abbas jure de poursuivre la « journée de la rage » : « Nous ne reviendrons pas là-dessus »
Rechercher

Abbas jure de poursuivre la « journée de la rage » : « Nous ne reviendrons pas là-dessus »

Le porte-parole de l'AP indique que l'avancée de la politique américaine sur Jérusalem ne sera pas permise. Il affirme qu'une rencontre avec Pence sera improbable

Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, durant une réunion à Ramallah, en Cisjordanie, le 25 juillet 2017. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, durant une réunion à Ramallah, en Cisjordanie, le 25 juillet 2017. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Les Palestiniens « ne reviendront jamais sur leur décision et ils ne permettront pas la mise en oeuvre de la nouvelle politique américaine sur Jérusalem, a indiqué vendredi un porte-parole du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas alors que des milliers de personnes ont manifesté et ont affronté les forces de sécurité israéliennes à travers toute la Cisjordanie.

Le porte-parole a promis que la « rage » palestinienne continuerait.

Le mouvement du Fatah d’Abbas a indiqué qu’en reconnaissant Jérusalem en tant que capitale israélienne, Trump a lancé « une déclaration de guerre contre le peuple palestinien », a fait savoir la radio militaire.

Le président américain a blessé la nation arabe et musulmane, a ajouté le porte-parole. « Quelqu’un qui n’avait aucun droit d’intervenir a offert [Jérusalem] à quelqu’un qui n’a aucun droit dessus », aurait-il ajouté, selon la radio.

Jibril Rajoub, un haut-responsable du Fatah, a indiqué jeudi que le vice-président Mike Pence — qui doit se rendre dans la région à la fin du mois – était dorénavant « non désiré en Palestine ».

Le porte-parole d’Abbas a paru confirmer qu’une rencontre entre le chef de l’AP et Pence n’était plus d’actualité.

« Jérusalem est plus importante que l’administration américaine et nous ne l’abandonnerons pas pour une réunion », a-t-il dit.

Le vice-président américain Mike Pence pendant la Conférence de sécurité de Munich, en Allemagne, le 18 février 2017. (Crédit : Thomas Kienzle/AFP)

Les responsables de la Maison Blanche ont fait savoir que Pence « prévoit toujours de rencontrer Abbas comme prévu » et estiment « qu’il serait contre-productif s’il se retire de la rencontre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...