Abbas lance un ultimatum à Israël
Rechercher

Abbas lance un ultimatum à Israël

Le chef de l'Autorité palestinienne a critiqué l'armée israélienne et les "groupes terroristes des implantations" pour leurs "crimes" commis contre les Palestiniens

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion des dirigeants palestiniens dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 25 juillet 2017 (Crédit : AFP / Abbas Momani)
Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion des dirigeants palestiniens dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 25 juillet 2017 (Crédit : AFP / Abbas Momani)

Lors d’un anniversaire marquant la fondation du parti du Fatah, dimanche, le président de l’AP Mahmoud Abbas a vivement recommandé à l’Etat juif de repenser ses « politiques agressives » et son « système d’apartheid » avant qu’il ne soit « trop tard ».

« Nous n’accepterons pas le statu quo. Nous n’accepterons pas le système d’apartheid. Nous n’accepterons pas l’occupation sans que le prix en soit payé et vous [Israël] devez repenser vos politiques et vos actions agressives contre notre population, notre terre et nos lieux saints avant qu’il ne soit trop tard », a averti Abbas, selon l’agence de presse officielle Wafa.

Abbas a critiqué l’armée israélienne et les « groupes terroristes des implantations » pour leurs « crimes » commis contre les Palestiniens.

Selon la Dixième chaîne, Abbas a déclaré que le « meurtre » d’un manifestant handicapé de Gaza au début du mois, tué lors d’affrontements à la frontière, et l’arrestation d’une adolescente palestinienne qui avait giflé des soldats israéliens en Cisjordanie « nous rappellent tous les crimes commis par les forces de sécurité israéliennes et les groupes terroristes des implantations ».

Au début du mois, l’armée avait indiqué ne pas avoir eu l’intention de tirer sur un handicapé palestinien, Ibrahim Abu Thurayeh, mort lors d’une émeute le long de la clôture frontalière de Gaza, mais n’être pas parvenue à déterminer la cause de son décès.

Dans son discours, Abbas s’est également référé au meurtre à Jérusalem-Est en 2014 de l’adolescent Muhammed Abu Khdeir par des terroristes juifs et au bombardement meurtrier de Duma en 2015.

Le chef de l’AP a également critiqué les Etats-Unis qui ont reconnu Jérusalem en tant que capitale d’Israël le 6 décembre.

La ville est « la capitale éternelle des Palestiniens », a-t-il dit, selon la Dixième chaîne. « Nous resterons là et nous ne partirons pas jusqu’à ce que la Palestine soit libérée. Jérusalem-Est est la capitale de la Palestine ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...