Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Abou Dhabi accuse Al Jazeera d’antisémitisme et d’appels à la haine

Un chef spirituel des Frères musulmans avait "rendu hommage à Hitler, qualifié l'holocauste de 'punition divine' et demandé à Allah de prendre la bande du peuple juif et des sionistes (...) et de les tuer jusqu'au dernier", selon le chef de la diplomatie des Emirats

Le logo d'Al-Jazeera (Crédit : autorisation)
Le logo d'Al-Jazeera (Crédit : autorisation)

Un haut responsable d’Abou Dhabi a accusé la télévision du Qatar Al Jazeera, dont la fermeture est demandée par l’Arabie saoudite et ses alliés arabes, d’antisémitisme et d’appels à la discrimination et à la haine.

Dans une lettre publiée mercredi, le ministre d’Etat aux Affaires étrangères des Emirats Anwar Gargash répond à l’ONU, qui s’était inquiétée fin juin des appels à la fermeture d’Al Jazeera, y voyant une atteinte à la liberté de la presse.

« Al Jazeera a fait la promotion d’un antisémitisme violent en diffusant le prêche du chef spirituel des Frères musulmans Youssef al-Qaradoui dans lequel il a rendu hommage à Hitler, qualifié l’holocauste de ‘punition divine’ et demandé à Allah de prendre la bande du peuple juif et des sionistes (…) et de les tuer jusqu’au dernier », écrit M. Gargash.

La lettre, datée du 9 juillet et diffusée mercredi par le Conseil national des médias des Emirats arabes, accuse également Al Jazeera à travers d’autres exemples d’avoir « incité à la violence et à discrimination », comme en donnant la parole à l’ancien chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden.

Le 30 juin, le Haut commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme Zeid Ra’ad Al Hussein avait jugé « inacceptable » la demande de fermeture d’Al Jazeera.

« L’exigence d’une fermeture (…) est, à notre avis, une attaque inacceptable du droit à la liberté d’expression et d’opinion », avait-il affirmé.

Zeid Raad Al Hussein, Haut-Commissaire aux droits de l'Homme, à Genève, le 16 octobre 2014. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)
Zeid Raad Al Hussein, Haut-Commissaire aux droits de l’Homme, à Genève, le 16 octobre 2014. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)

Cette fermeture fait partie d’une liste de 13 demandes formulées par les adversaires du Qatar –l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes et l’Egypte. Ces pays ont rompu le 5 juin avec Doha, en l’accusant notamment de « soutenir le terrorisme » et lui ont imposé des sanctions économiques.

Le Qatar nie ces accusations.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.