Rechercher

Accident mortel/Délit de fuite : Libération conditionnelle pour Yitzhak Asefa

Le joueur de foot avait été reconnu coupable d'un délit de fuite meurtrier ; la famille d'Ari Nesher, 17 ans, tué en vélo, s'était opposée à cette sortie de prison

Le footballeur israélien de première division Yitzhak Asefa arrive pour entendre le verdict de son procès pour délit de fuite au tribunal de district de Tel-Aviv, le 30 janvier 2020. (Crédit : Flash90)
Le footballeur israélien de première division Yitzhak Asefa arrive pour entendre le verdict de son procès pour délit de fuite au tribunal de district de Tel-Aviv, le 30 janvier 2020. (Crédit : Flash90)

Citant son bon comportement, le comité de probation du service israélien des prisons a accordé une libération anticipée à un joueur de football deux ans après son emprisonnement suite à un délit de fuite survenu en 2018, au cours duquel Yitzhak Asefa avait tué un adolescent de 17 ans qui circulait sur un vélo électrique en compagnie d’un ami. Il avait été condamné à trois ans de prison.

Asefa avait initialement écopé d’une peine de quatre ans et demi au mois de janvier 2020, mais la Cour suprême avait réduit sa sentence en appel à trois ans.

Ce joueur de football de l’équipe du FC Ashdod, qui joue en Première division israélienne, avait été aussi condamné à verser 20 000 shekels à la famille d’Ari Nesher, mort suite à l’accident, et 5 000 shekels supplémentaires à la famille de l’autre adolescent qui se trouvait sur le vélo.

Dans sa décision, le comité salue « le comportement positif » d’Asefa qui, selon lui, est la preuve de « son sentiment de responsabilité, de sa maturité, de ses limites personnelles claires, stables, et de son engagement à devenir à l’avenir un membre de la société respectueux des lois ».

Pour sa part, la famille de Nesher s’est opposée à cette libération.

Nesher, fils du célèbre réalisateur israélien Avi Nesher, avait été grièvement blessé dans cet accident, survenu au mois de septembre 2018, et il avait succombé à ses blessures quatre jours plus tard. Son ami, dont l’identité n’avait pas été révélée, avait lui aussi été blessé.

Ari Nesher, 17 ans, grièvement blessé lors d’un accident avec délit de fuite à Tel Aviv a succombé à ses blessures, le 27 septembre 2018. (Capture d’écran YouTube)

Asefa avait renversé les adolescents avec sa voiture et il les avait abandonnés alors qu’ils gisaient sur la route. Il avait ensuite tenté de dissimuler sa responsabilité dans la collision en réparant les dégâts essuyés par son véhicule et en mentant à la police.

Il avait été condamné pour avoir abandonné Nesher et pour obstruction à la justice, mais il avait été acquitté des charges de conduite en état d’ébriété et d’excès de vitesse sur la base du doute raisonnable, les éléments ayant été collectés deux heures après l’accident.

Il n’avait pas non plus été tenu pour responsable de la mort de Nesher, la police ayant blâmé l’ami de l’adolescent qui conduisait le vélo et qui n’aurait pas respecté les règles de sécurité routière.

Selon l’acte d’inculpation initial, Asefa, âgé de 20 ans, avait commencé la soirée au Lighthouse club de Tel Aviv où il avait fêté l’anniversaire d’un ami. Avec trois autres personnes, il avait consommé trois bouteilles de vodka et le groupe était parti pour une autre soirée.

Aux environs de 3 heures 35 du matin, le footballeur, qui était seul dans sa voiture, circulait le long du boulevard Rokach lorsque le vélo électrique était apparu sur sa trajectoire. il avait alors renversé les deux garçons. La puissance de l’impact avait projeté Avi Nesher à une distance de 23 mètres du choc initial, avaient expliqué les procureurs.

Le joueur avait attendu quelques minutes, puis il avait recommencé à rouler lentement. Il s’était arrêté une nouvelle fois et il était finalement reparti.

Le cinéaste israélien Avi Nesher s’adresse aux médias après le verdict du procès du footballeur israélien de première division Yitzhak Asefa, au tribunal de district de Tel-Aviv, le 30 janvier 2020. (Crédit : Flash90)

Plus tard, ce soir-là, Asefa avait demandé à un ami d’appeler la société de location de voiture Eldan, et de dire qu’il avait eu un accident et qu’il avait besoin d’une dépanneuse pour l’emmener dans un garage où elle serait réparée – « avec l’intention de se soustraire ou d’entraver une procédure judiciaire », avaient écrit les procureurs.

Finalement, il était retourné sur les lieux de l’accident avec son ami et il avait vu la police examiner les débris de la voiture qui jonchaient le sol. Il ne s’était pas rendu et il était retourné chez lui.

A 5 heures 20 du matin, la police était venue chercher le véhicule, qu’elle avait remarqué en quittant les lieux de l’accident. Constatant les dégâts sur la voiture, les agents avaient demandé à ce que le joueur leur explique ce qui s’était passé. Il leur avait alors menti, leur disant que la voiture avait été endommagée alors qu’elle était garée rue Ibn Gabirol et que lui-même se trouvait dans une discothèque. Il avait même affirmé qu’un ami à lui l’avait conduite, avait fait savoir l’acte d’inculpation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...