Adoption en lecture préliminaire du projet de loi empêchant un retrait de Jérusalem Est
Rechercher

Adoption en lecture préliminaire du projet de loi empêchant un retrait de Jérusalem Est

La proposition nécessiterait une majorité qualifiée des 2/3 de la Knesset pour approuver une partition de la ville

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Shuli Moalem-Refaeli, députée du parti nationaliste orthodoxe HaBayit HaYehudi, devant la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)
Shuli Moalem-Refaeli, députée du parti nationaliste orthodoxe HaBayit HaYehudi, devant la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Les députés ont approuvé mercredi la lecture préliminaire d’un projet de loi qui nécessiterait une majorité qualifiée des deux tiers de la Knesset pour céder toute partie de Jérusalem aux Palestiniens dans le cadre d’un futur accord de paix.

Le projet de loi, déposé par la députée HaBayit HaYehudi Shuli Moalem-Refaeli, qui a obtenu le soutien de la coalition, a été voté en lecture préliminaire par 58 députés. Quarante-huit élus ont voté contre.

« L’objectif de ce projet de loi est d’empêcher des concessions dans le cadre d’accords diplomatiques, a déclaré Moalem-Refaeli mercredi. Jérusalem ne sera jamais sur la table des négociations. »

« L’Etat d’Israël ne permettra pas la mise en place d’un état palestinien avec Jérusalem pour capitale. Mettez-vous dans la tête que Jérusalem était la capitale du peuple juif et restera la capitale du peuple juif pour toute l’éternité », a-t-elle dit.

Le projet de loi doit encore passer trois lectures en plénière et au moins deux en commission. Il ne passera probablement aucune de ces étapes avant la fin de la session parlementaire la semaine prochaine.

Le chef du parti HaBayit Hayehudi Naftali Bennett (à droite) avec Zeev Elkin, le 7 décembre 2016 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le chef du parti HaBayit Hayehudi Naftali Bennett (à droite) avec Zeev Elkin, le 7 décembre 2016 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Zeev Elkin, ministre du Likud des Affaires de Jérusalem, a dit que le projet de loi était« très important » pour préserver Jérusalem de futures concessions.

« Même si, avec ce gouvernement, cette loi n’est pas nécessaire, nous devons protéger Jérusalem du futur », a-t-il précisé.

Tzipi Livni, députée de l’Union sioniste et ancienne négociatrice de paix, a critiqué le projet de loi en plénière de la Knesset, affirmant qu’il s’agissait d’un « projet de loi cynique qui nous empêche de nous séparer des Palestiniens. »

« Ce n’est pas le projet de loi Jérusalem, mais plutôt le projet de loi du camp de réfugiés de Shuafat, de Kafr Aqab et de Tzur Baher », a dit Livni, en citant des quartiers palestiniens de Jérusalem Est.

« Ce sont des villages avec des centaines de milliers de Palestinien, où même Bennett, ministre de l’Education, n’applique pas l’éducation israélienne. Ce n’est pas pour la Jérusalem municipale que le peuple juif prie, mais pour la vraie Jérusalem », a-t-elle ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...