Alain Juppé dénonce la multiplication « des actes antisémites »
Rechercher

Alain Juppé dénonce la multiplication « des actes antisémites »

Les départs pour Israël de Français juifs sont "un grave échec pour la République," a déclaré l'ancien Premier ministre français qui se rendra "prochainement en Israël"

Alain Juppé  (Crédit : CC BY-SA MEDER/Flickr)
Alain Juppé (Crédit : CC BY-SA MEDER/Flickr)

L’ancien Premier ministre français Alain Juppé a dénoncé mardi « les actes antisémites » qui « se multiplient dans les banlieues » françaises, affirmant que l’augmentation des départs pour Israël de Français juifs était « un grave échec pour la République ».

« Les actes antisémites se sont multipliés dans les banlieues, où certains instrumentalisent le conflit israélo-palestinien pour essayer de donner une vague explication à ce qui n’est souvent que la reprise des vieux stéréotypes odieux », a déclaré M. Juppé à Paris devant les adhérents de l’Association des Amis du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France).

Il a affirmé que « Dieudonné avait décomplexé chez beaucoup de jeunes la négation de la Shoah », désirant « aller plus loin dans la régulation d’Internet et des réseaux sociaux ».

Selon lui, « l’assassinat d’Ilan Halimi », un jeune Juif français enlevé, torturé et tué en 2006, a été un signe annonciateur qui n’a pas été suffisamment pris au sérieux.

Ilan Halimi, enlevé et assassiné en 2006 (Crédit : Autorisation de Stephanie Yin / JTA)
Ilan Halimi, enlevé et assassiné en 2006 (Crédit : Autorisation de Stephanie Yin / JTA)

« La communauté juive s’est retrouvée seule face à ce drame qui portait tous les signes pourtant d’un antisémitisme le plus abject », a-t-il dit.

Il s’est dit « choqué par la remise en cause cet été de l’opération #Tel-Aviv-Sur-Seine par le Front de gauche et des membres du PS ». «Encore une fois, cela a été l’occasion de travestir la réalité de ce qu’est l’Etat d’Israël ».

Juppé, maire de Bordeaux (sud-ouest) et candidat à l’investiture de son parti Les Républicains (droite) pour l’élection présidentielle de 2017, « n’acceptera jamais que la situation au Proche-Orient puisse être l’occasion pour certains de développer un discours de haine d’Israël et de la communauté juive. »

« Je réclame une extrême vigilance sur ce point dans les écoles et parmi la jeunesse, où la parole antisémite se libère trop souvent ».

« Nos enseignants doivent recevoir la formation et le soutien nécessaire pour sanctionner immédiatement toute dérive négationniste », a-t-il dit.

Il a également mis en garde la « poignée de juifs de France confrontés en banlieue à un antisémitisme banalisé et quotidien qui pensent parfois trouver au Front national une oreille attentative à leurs malheurs ». « Je leur dis sans détour : c’est une voie sans issue ! »

Juppé a annoncé qu’il se rendrait « prochainement en Israël » pour affirmer sa « solidarité » à « un Etat plus que jamais entouré par un Moyen-Orient déstabilisé par le terrorisme islamiste sunnite et confronté au retour de l’Iran chiite sur la scène internationale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...