Aliza Bin-Noun condamne un article du Monde
Rechercher

Aliza Bin-Noun condamne un article du Monde

Dans une lettre ouverte, l’ambassadrice israélienne en France a accusé le journal de "s’obstiner à donner libre voix à la condamnation d’Israël"

L'ambassadeur d'Israël en France, Aliza Bin-Noun, en 2015. (Crédit : CC BY-SA EREZ LICHTFELD, Wikimedia Commons)
L'ambassadeur d'Israël en France, Aliza Bin-Noun, en 2015. (Crédit : CC BY-SA EREZ LICHTFELD, Wikimedia Commons)

Aliza Bin-Noun, ambassadrice d’Israël en France, a envoyé ce 2 août une lettre à Jérôme Fenoglio, directeur du journal français Le Monde.

La missive a également été publiée sur le compte Twitter de la diplomate – et a été largement retweetée.

Elle fait suite au vote par la France d’une résolution de l’ONU concernant les Droit des femmes et à la publication d’un article à ce sujet par Le Monde, intitulé « La France a-t-elle réellement voté une résolution de l’ONU désignant Israël comme ‘seul violateur’ du droit des femmes ? »

« Sur les réseaux sociaux, des pro-Israéliens dénoncent un vote de la France à l’ONU, aux côtés de l’Iran et de l’Arabie saoudite, sur la condition des femmes dans les Territoires occupés. Mais la réalité est plus nuancée », avance l’article.

Dans sa lettre, l’ambassadrice reproche au journal de « s’obstiner à donner libre voix à la condamnation d’Israël et, en l’occurrence à tenter de justifier, par tous les moyens, l’opprobre systématique jetée contre Israël ».

Selon elle, l’article « se livre à un réquisitoire, recourant à toutes les subtilités les plus biscornues pour tenter de nuancer une réalité toute simple : la voix de la France s’est associée à celles de pays bien connus pour leur respect des droits de l’homme, au premier rang desquels l’Iran, pour condamner une fois de plus l’unique démocratie du Proche-Orient ».

L’intégralité de la lettre ouverte d’Aliza Bin-Noun est disponible ci-dessous.

A l’heure actuelle, Jérôme Fenoglio ne lui a pas encore répondu – du moins publiquement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...