Rechercher

Alroy-Preis : Royaume-Uni, Danemark dans la liste des pays rouges

Les Israéliens qui en reviennent doivent passer sept jours en quarantaine, même s'ils ont reçu trois injections du vaccin contre la COVID

Des voyageurs à l'aéroport Ben Gurion, le 31 octobre 2021. (Crédit : Nati Shohat/ Flash90)
Des voyageurs à l'aéroport Ben Gurion, le 31 octobre 2021. (Crédit : Nati Shohat/ Flash90)

Une responsable de la santé a annoncé dimanche que les Israéliens seront interdits de voyager au Royaume-Uni et au Danemark, alors que le gouvernement renforce les restrictions de voyage et les exigences de quarantaine par crainte du nouveau variant Omicron, une mutation du coronavirus.

La Dr Sharon Alroy-Preis, responsable des services de santé publique au ministère de la Santé, a déclaré que ces pays seront ajoutés à la liste des nations « rouges » dans les 72 heures à venir.

« Il s’agit de trois pays dans lesquels il est clair que la propagation d’Omicron dans la communauté est très importante », avait-elle d’abord déclaré lors d’un point de presse organisé par le ministère de la Santé avant de modifier la liste.

La Belgique avait également été déclarée « rouge » dimanche après-midi, mais le ministère l’a ensuite retiré, affirmant que le taux d’infection dans ce pays ne justifiait pas actuellement une interdiction de voyager.

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré que d’autres pays seront classés « rouges » dans les prochains jours, mais il a souligné que le gouvernement n’envisage pas actuellement d’interdire totalement les voyages internationaux.

Il a également exhorté les Israéliens à s’abstenir de tout voyage non essentiel à l’étranger.

« Ceux qui prévoient de voyager à l’étranger en ce moment doivent savoir qu’à leur retour, ils seront probablement mis en quarantaine complète car le pays sera déclaré pays rouge », a déclaré Nachman Ash, directeur général du ministère, lors du briefing.

Le Dr Sharon Alroy-Preis, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, lors d’une conférence de presse à Jérusalem le 12 décembre 2021. A sa droite, le ministre de la Santé Nitzan Horowitz et le directeur général du ministère de la Santé Nachman Ash. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les dirigeants des partis de la coalition avaient convenu samedi de mettre à jour toutes les 24 heures la liste des pays où il est interdit aux Israéliens de se rendre, avait annoncé le bureau du Premier ministre Naftali Bennett, alors que le ministère de la Santé avait confirmé 20 nouveaux cas du nouveau variant Omicron. Cette mesure pourrait réduire le nombre de vols vers l’étranger et compliquer la planification des voyages.

Selon les nouvelles règles de quarantaine approuvées dimanche par une commission de la Knesset, les Israéliens en provenance de pays « rouges » doivent être placés en isolement dans un établissement géré par l’État pendant au moins 10 jours. Toutefois, ils peuvent être autorisés à rentrer chez eux pour terminer leur quarantaine si leur test de dépistage d’Omicron est négatif.

Lors de la conférence de presse, Horowitz a vanté les mérites de la stratégie gouvernementale de lutte contre Omicron, affirmant qu’Israël était « bien placé » par rapport aux autres pays. Il a attribué aux mesures imposées par le gouvernement le mérite d’avoir empêché le pays d’être frappé aussi durement que d’autres.

« Le public a le sentiment que tout va bien, mais nous devons agir maintenant », a-t-il déclaré.

« Nous savons avec certitude qu’Omicron est beaucoup plus contagieux, qu’il se propage à un rythme très élevé et que quiconque est vacciné avec un rappel est mieux protégé contre les maladies graves », a ajouté Horowitz.

Le ministre de la Santé a déclaré que les personnes non vaccinées « se mettent en danger et mettent en danger ceux qui les entourent » et a exhorté les parents d’enfants âgés de 5 à 11 ans à les faire vacciner.

Ash a également lancé un appel aux Israéliens pour qu’ils se fassent vacciner, mettant en garde contre le risque de morbidité grave lié à Omicron.

« Le taux d’infection d’Omicron et sa capacité à se propager dans la population feront que beaucoup de gens seront infectés et si une grande partie de la population n’est pas vaccinée, il y aura beaucoup de personnes gravement malades », a-t-il déclaré.

Un enfant reçoit sa première dose du vaccin COVID-19 à Katsrin, le 24 novembre 2021 (Michael Giladi/Flash90).

Selon Alroy-Preis, Omicron est plus contagieux que les variants précédents et est plus enclin à échapper aux vaccins. Toutefois, elle a également noté qu’il avait causé moins de décès et de morbidité grave que les précédentes épidémies de COVID-19.

Son évaluation rejoint celle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a déclaré dimanche que la variante Omicron se propage plus rapidement que la variante Delta et réduit l’efficacité des vaccins, mais semble causer des symptômes moins graves.

Sur les 67 infections Omicron confirmées jusqu’à présent en Israël, il n’y a eu qu’un seul cas de maladie grave – un homme non vacciné qui a été hospitalisé – et aucun décès. Plus tôt dans la journée de dimanche, le Premier ministre Naftali Bennett a mis en garde contre un éventuel confinement « si nous ne prenons pas dès maintenant des mesures immédiates et difficiles ».

Mais le Premier ministre a déclaré que « notre objectif primordial est de maintenir l’économie israélienne aussi ouverte que possible, sans confinement, et de le faire sans atteindre les limites des hôpitaux. »

Il a également déploré le taux de vaccination « horrible » d’Israël, alors que le gouvernement a fait pression pour que le nombre de vaccins soit plus élevé, en particulier pour la piqûre de rappel, afin de freiner la propagation d’Omicron.

Faisant écho aux commentaires formulés la semaine dernière par Horowitz, Bennett a déclaré qu’Israël se « préparait à la nécessité » d’administrer un quatrième vaccin au cours de la nouvelle année, en commençant par les personnes immunodéprimées.

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, 223 infections à coronavirus ont été confirmées samedi, 0,63 % des tests s’étant révélés positifs. Le nombre de cas graves a récemment repassé la barre des 100, quelques jours après être passé sous ce seuil pour la première fois en quatre mois.

Le nombre de décès est resté à 8 210, aucun décès n’ayant été enregistré depuis lundi dernier.

Au total, 6 400 940 Israéliens ont reçu un premier vaccin contre le coronavirus, 5 789 014 d’entre eux ont également reçu une deuxième injection et 4 120 329 d’entre eux ont reçu une troisième.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...