Rechercher

Amir Cohen soutient les soldats qui ont tué par erreur une adolescente à Jénine

Le chef de la police des frontières a exprimé son soutien aux forces de sécurité après que l'enquête a révélé que Jana Majdi Assam Zakarna a probablement été tuée par un sniper

Le chef de la police des frontières, Amir Cohen, s'adressant aux troupes lors d'une cérémonie, le 14 décembre 2022. (Crédit : Police israélienne)
Le chef de la police des frontières, Amir Cohen, s'adressant aux troupes lors d'une cérémonie, le 14 décembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Le chef de la police des frontières a déclaré mercredi que les troupes qui, selon Tsahal, ont probablement tiré par erreur et tuée une adolescente palestinienne cette semaine lors d’un raid de l’armée israélienne en Cisjordanie ont agi correctement.

« J’ai exprimé avec insistance et sans réserve mon soutien et mon appui aux combattants », a déclaré Amir Cohen lors d’une cérémonie de remise de diplômes de l’unité d’élite Yasam de la police chargée de la lutte contre le terrorisme.

« J’ai déterminé, sur la base de l’enquête qui m’a été présentée quelques heures après l’incident, que nos combattants ont agi moralement, dans le respect de nos valeurs, avec courage et détermination, et qu’ils ont sauvé des vies. Et pour cela, je les salue. »

Ses remarques sont intervenues après que Tsahal a déclaré estimer qu’il y avait une « forte probabilité » qu’un sniper de la police des frontières ait accidentellement tiré et tué Jana Majdi Assam Zakarna, 16 ans, qui a été retrouvée morte dimanche sur le toit de sa maison de Jénine avec une blessure par balle à la tête après le retrait des troupes israéliennes de la ville.

Tsahal, citant une première enquête sur la fusillade, a déclaré qu’un tireur d’élite avait tiré sur des hommes armés palestiniens qui tiraient sur les soldats depuis les toits pendant le raid.

« Les combats en territoire hostile, comme nous l’avons vu récemment dans la région de Jénine, sont parfois obscurcis par le brouillard de la bataille. De ce fait, nous sommes obligés de prendre des décisions dans le feu de l’action », a fait valoir Cohen.

Jana Majdi Assam Zakarna, 16 ans, tuée pendant des échanges de coups de feu entre les troupes israéliennes et des Palestiniens armés lors d’un raid à Jénine, en Cisjordanie, le 11 décembre 2022. (Crédit: Réseaux sociaux)

« Nous n’avons pas de VAR », a-t-il dit, faisant référence à l’assistance vidéo utilisée par les arbitres pour revoir les actions dans les matchs de football. « Nous ne pouvons revoir l’action à l’écran et décider ce qui était, ou non, la bonne chose à faire. »

Tsahal a déclaré qu’elle examinait la possibilité que Zakarna ait pu aider les tireurs en guettant ou en filmant les soldats israéliens pendant le raid.

L’armée a rejeté les allégations selon lesquelles l’adolescente aurait été abattue volontairement.

« L’affirmation laissant entendre que les forces de sécurité ont intentionnellement ouvert le feu sur des personnes qui n’étaient pas impliquées dans les affrontements est gratuite et infondée », a ajouté l’armée israélienne.

Des Palestiniens portant le corps de Jana Zakarna, 16 ans, lors de ses funérailles dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 12 décembre 2022. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Le ministre sortant de la Défense, Benny Gantz, a exprimé sa tristesse suite à la mort de Zakarna lundi, se disant désolé pour « toute mort d’une personne qui n’est pas impliquée dans le terrorisme, si tel était effectivement le cas ».

Il a expliqué que le raid avait pour but d’arrêter des Palestiniens soupçonnés d’avoir participé à des attaques récentes et d’être impliqués dans des organisations terroristes.

À la suite de cet incident, le Premier ministre de l’Autorité palestinienne (AP), Mohammad Shtayyeh, a exhorté la représentante spéciale des Nations unies pour les enfants dans les conflits armés, Virginia Gamba, « à enquêter sur les crimes de l’occupation contre les enfants et à inscrire Israël sur la liste noire ».

Gamba est actuellement en visite en Cisjordanie et en Israël. Elle n’a pas encore fait de commentaire sur cette requête.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré en juillet qu’Israël « devrait être inscrit sur la liste de la honte » si la situation des enfants en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza ne s’améliore pas d’ici l’année prochaine. Un rapport annuel de l’ONU sur les enfants dans les conflits armés a accusé Israël de 2 934 violations à l’encontre de mineurs dans cette région en 2021.

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, tenant un briefing avec la presse étrangère dans son bureau de Ramallah, en Cisjordanie, le 10 novembre 2021. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Les tensions ont été fortes en Cisjordanie au cours de l’année écoulée, Tsahal menant une offensive antiterroriste majeure en cours, principalement axée sur le nord de la Cisjordanie pour faire face à une série d’attaques palestiniennes.

L’opération a permis de procéder à plus de 2 500 arrestations lors de raids quasi quotidiens, mais a également fait plus de 165 morts parmi les Palestiniens, essentiellement lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de sécurité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.