Amir Peretz abandonne la présidence du parti Travailliste
Rechercher

Amir Peretz abandonne la présidence du parti Travailliste

Le député a également déclaré avoir refusé une offre de Kakhol lavan qui lui proposait de lui adjoindre un fauteuil dans les premières places de sa liste

Le ministre de l'Economie Amir Peretz à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Economie Amir Peretz à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le président du parti Travailliste Amir Peretz a annoncé, mercredi, qu’il démissionnait de son poste de dirigeant de la formation pacifiste après avoir amené le parti à sa plus faible performance au cours des dernières élections et après avoir ultérieurement rompu sa promesse de campagne de ne jamais rejoindre un gouvernement placé sous l’autorité de Benjamin Netanyahu.

Peretz, dans un post publié sur Facebook, a écrit que « par sens des responsabilités, j’annonce qu’au cours du prochain scrutin, je ne dirigerai pas le parti Travailliste et je ne dirigerai pas le parti à la Knesset. Aujourd’hui, le parti a besoin de se renouveler et il devra choisir un nouveau président et de nouveaux responsables ».

Peretz – le député qui siège depuis le plus longtemps à la Knesset – a également déclaré avoir refusé une offre de Kakhol lavan qui lui proposait de lui adjoindre un fauteuil dans les premières places de sa liste. Il n’a néanmoins pas annoncé sa démission totale de la vie politique. Peretz cherche à être désigné président après le départ, au cours de l’été prochain, de Reuven Rivlin.

Il a aussi défendu sa décision de rejoindre la coalition, disant ne l’avoir fait qu’après que Kakhol lavan a accepté de rejoindre Netanyahu. Au cours de ses campagnes électorales, Peretz avait rasé sa moustache – une initiative restée célèbre – de manière à ce que les citoyens puissent « lire sur ses lèvres » sa promesse de ne jamais intégrer un gouvernement dirigé par Netanyahu.

Des récents sondages ont montré que le parti Travailliste échouerait à franchir le seul électoral.

La formation n’avait remporté que trois sièges dans le cadre de son alliance avec Gesher et le Meretz lors des élections du mois de mars 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...