Ancienne synagogue de Strasbourg: le renversement de la stèle était accidentel
Rechercher

Ancienne synagogue de Strasbourg: le renversement de la stèle était accidentel

L'examen des vidéosurveillances et l'audition de différents témoins ont permis à la Sûreté départementale d'identifier l'automobiliste qui a accidentellement heurté le mémorial

La stèle de 1,6 tonne commémorant le site de l’Ancienne Synagogue de Strasbourg, détruite par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale, après avoir été vandalisée pendant la nuit du 2 mars 2019 à Strasbourg, en France. (Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP)
La stèle de 1,6 tonne commémorant le site de l’Ancienne Synagogue de Strasbourg, détruite par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale, après avoir été vandalisée pendant la nuit du 2 mars 2019 à Strasbourg, en France. (Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP)

La stèle marquant l’emplacement de l’ancienne synagogue de Strasbourg dynamitée par les nazis en 1941 a été accidentellement heurtée le week-end dernier par un automobiliste, sans donc qu’il s’agisse d’un acte antisémite, a-t-on appris jeudi d’une source proche de l’enquête.

« En faisant marche arrière, la personne, un client d’une boîte de nuit à côté, a heurté la stèle », a dit à l’AFP cette source, confirmant une information du journal Les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA). Samedi matin, cette stèle commémorative, pesant 1,6 tonne, avait été retrouvée renversée, entraînant une vague d’indignation dans un contexte général de recrudescence des actes antisémites.

L’examen des vidéosurveillances de cette zone du centre-ville de Strasbourg (nord-est de la France) et l’audition de différents témoins ont permis à la Sûreté départementale d’identifier l’automobiliste, un homme de 31 ans.

Il a été placé en garde à vue mercredi, puis remis en liberté jeudi soir par le parquet de Strasbourg. Il est convoqué devant la justice en juin pour « défaut de maîtrise du véhicule » et « délit de fuite ».

« A ce stade, aucun caractère antisémite n’a été retenu », a précisé cette source proche de l’enquête.

L’automobiliste et ses passagers ont expliqué avoir oublié des affaires dans la boîte de nuit, dont ils sortaient, et avoir fait marche arrière pour se garer au plus près de l’établissement. L’un des passagers dit avoir entendu un choc.

« La voiture présente des traces sur l’attelage à l’arrière, qui peuvent correspondre au choc sur la stèle », a-t-on expliqué de même source.

Souvenir de l’ancienne synagogue, la stèle a été installée en 1976 et porte l’inscription: « Ici s’élevait depuis 1898 la synagogue de Strasbourg, incendiée et rasée par les Nazis le 12 septembre 1940 », lorsque l’Alsace venait d’être annexée par le IIIe Reich. Les décombres de la synagogue avaient été dynamités l’année suivante. Une nouvelle « Synagogue de la Paix » a été inaugurée en mars 1958.

Après la découverte par un passant de la stèle couchée à côté de sa base en béton samedi matin, la police avait ouvert une enquête « explor(ant) toutes les pistes afin de déterminer l’origine intentionnelle ou accidentelle de l’événement », ainsi que son caractère antisémite ou non, avait indiqué samedi une source proche du dossier.

Rapidement, de nombreuses réactions indignées s’étaient fait entendre, avec des condamnations en France et à l’étranger, y voyant une nouvelle manifestation d’un antisémitisme violent et haineux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...