Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

Angleterre : La Premier League va être plus sévère notamment face au racisme

Toute personne condamnée pour des faits de violences, de corruption, de fraude ou pour des "crimes de haine" sera automatiquement refusée comme propriétaire ou dirigeante d'un club

Les supporters de Tottenham Hotspur agitent des drapeaux avant un match de Premier League anglaise contre Manchester United au stade White Hart Lane à Londres, le 14 mai 2017. (Crédit : Frank Augstein/AP)
Les supporters de Tottenham Hotspur agitent des drapeaux avant un match de Premier League anglaise contre Manchester United au stade White Hart Lane à Londres, le 14 mai 2017. (Crédit : Frank Augstein/AP)

La Premier League a annoncé jeudi qu’elle allait rendre plus strict son processus d’approbation des futurs propriétaires et dirigeants de clubs en excluant notamment toute personne coupable d’atteintes aux droits humains.

Toute personne condamnée pour des faits de violences, de corruption, de fraude, de fraude fiscales ou pour des « crimes de haine » – des crimes motivés par la xénophobie, l’antisémitisme ou l’homophobie –, sera aussi automatiquement refusée comme propriétaire ou dirigeante d’un club.

La Premier League se réserve également le droit de refuser son feu vert à une personne visée par une enquête pour ce type de faits.

Les nouvelles règles, approuvées par les clubs de l’élite, prévoient aussi que toute personne visée par des sanctions décidées par le gouvernement britannique sera automatiquement disqualifiée.

Le sérieux du processus d’agrément des propriétaires et des dirigeants de clubs avait été critiqué pour son laxisme par des associations comme Amnesty International au moment du rachat de Newcastle par le fonds souverain d’investissement saoudien PIF, alors que le pays est régulièrement critiqué pour des entorses aux droits humains.

Les joueurs de Tottenham célèbrent un but marqué lors du match de football de la Premier League anglaise contre Southampton, au Tottenham Hotspur Stadium à Londres, le 9 février 2022. (Crédit : Alastair Grant/AP)

L’organisation s’est d’ailleurs montrée mesurée face à l’annonce de la Premier League.

« Que les droits humains et les crimes de haine soient maintenant pris en compte est un pas dans la bonne direction », a admis Peter Frankental, responsable des questions économiques à Amnesty International en Grande-Bretagne.

« Mais cela ne fera pas de grande différence tant qu’on n’interdira pas définitivement à un individu puissant lié à des violations des droits de l’Homme à l’étranger de prendre le contrôle d’un club de Premier League pour s’en servir pour du blanchiment par le sport », a-t-il cependant immédiatement ajouté.

« Est-ce qu’une offre impliquant à l’avenir les fonds souverains saoudiens ou qataris serait automatiquement bloquée après ce changement de règle ? C’est loin d’être clair… Les clubs de l’élite anglaise risquent toujours d’être les jouets du ‘sportswashing’ de personnalités autoritaires dans le monde, à moins que la Premier League ne prennent les bonnes mesures », a-t-il poursuivi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.