Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

« Antisémite et anti-américain » : Biden condamne les violences devant une synagogue de LA

Une manifestation anti-Israël a dégénéré en affrontements violents entre partisans d'Israël et militants pro-palestiniens dans un quartier à forte concentration juive

Des officiers de la police de Los Angeles (LAPD) affrontant des manifestants anti-Israël rassemblés devant la synagogue Adas Torah à Los Angeles, le 23 juin 2024. (Crédit : David Swanson/AFP)
Des officiers de la police de Los Angeles (LAPD) affrontant des manifestants anti-Israël rassemblés devant la synagogue Adas Torah à Los Angeles, le 23 juin 2024. (Crédit : David Swanson/AFP)

Le président américain Joe Biden a fustigé lundi une manifestation pro-palestinienne organisée devant une synagogue de Los Angeles au cours du week-end, qui a dégénéré en affrontements violents entre les participants anti-israéliens et les contre-manifestants pro-israéliens.

« Je suis consterné par les scènes qui se sont déroulées à l’extérieur de la synagogue Adas Torah à Los Angeles. Intimider les fidèles juifs est dangereux, inadmissible, antisémite et anti-américain », peut-on lire sur le compte X de Joe Biden.

« Les Américains ont le droit de manifester pacifiquement. Mais bloquer l’accès à un lieu de culte – et se livrer à des actes de violence – n’est jamais acceptable », a-t-il ajouté.

Des images de dimanche montrent des manifestants anti-Israël tentant de bloquer l’accès à l’entrée principale d’Adas Torah, qui accueillait un évènement sur l’immobilier en Israël. L’événement était organisé par My Home In Israel, qui commercialise des propriétés en Israël et dans les implantations en Cisjordanie.

Des dizaines de personnes ont participé à la manifestation, beaucoup se couvrant le visage de keffiehs ou de masques chirurgicaux pour cacher leur identité. Les manifestants ont scandé des slogans contre Israël et « Il n’y a qu’une seule solution, la révolution de l’intifada ».

Un prospectus pour le rassemblement organisé par le Mouvement de la jeunesse palestinienne invitait le public à « s’opposer à l’expansion des colons lors de l’événement immobilier de dimanche qui vend des maisons pour construire des ‘quartiers anglophones’ en Palestine », en diffusant l’adresse de la synagogue.

Après avoir vu les tracts avant l’événement sur les réseaux sociaux, un groupe de militants pro-israéliens a décidé d’organiser une contre-manifestation en face du rassemblement anti-Israël.

Les participants aux deux manifestations ont commencé à s’invectiver mutuellement avant que l’échange ne devienne physique, avec des bousculades, des coups de pied et des coups de poing, comme le montrent les images postées sur les réseaux sociaux.

La police a été contrainte de séparer les deux groupes et les autorités locales ont indiqué qu’une arrestation avait eu lieu. Elles ont précisé que le suspect brandissait un « drapeau à pointe ».

La vidéo des affrontements s’est répandue dans le monde entier, provoquant l’indignation et la dénonciation d’un « pogrom » dans le quartier à forte concentration juive de Pico-Robertson. Si l’indignation suscitée par l’événement de dimanche s’est amplifiée, certains détails restent obscurs, notamment la manière dont les affrontements ont dégénéré et l’identité du manifestant arrêté, qui a été relâché et que la police de Los Angeles n’identifiera pas publiquement.

« Cette journée est une tache sombre dans l’histoire de Los Angeles », a écrit Sam Yebri, avocat local et ancien candidat à la mairie, dans un message largement diffusé. Les manifestants pro-palestiniens, écrit-il, « ont effrontément terrorisé les Angelenos juifs en toute impunité et sans aucune conséquence. Ces violents terroristes masqués ont matraqué des Juifs, vandalisé des synagogues, des écoles et des magasins, braqué des voitures, agressé toute personne d’apparence juive ».

La maire de Los Angeles, Karen Bass, a qualifié l’incident d' »odieux » dans une déclaration publiée sur X, et a écrit qu’elle avait « demandé à la police de Los Angeles de fournir des patrouilles supplémentaires » dans le quartier et dans d’autres lieux de culte locaux. Le gouverneur Gavin Newsom et d’autres élus ont également condamné l’incident.

« Je tiens à préciser que Los Angeles ne sera pas un refuge pour l’antisémitisme et la violence », a écrit Bass. « Les personnes responsables de l’un ou l’autre de ces actes seront retrouvées et devront rendre des comptes.

Gidon Katz, producteur de l’événement immobilier israélien, a déclaré que la police de Los Angeles avait restreint l’accès à un précédent événement « My Home in Israel » afin de lutter contre les protestations, mais qu’elle avait autorisé les manifestants à se rassembler dimanche.

« Ils sont littéralement arrivés à la porte du bâtiment, et ils étaient très, très, très bruyants, et c’était assez effrayant, je dois dire », a déclaré Katz lundi depuis l’aéroport où il s’apprêtait à embarquer pour un vol de retour en Israël.

Il a également déclaré qu’il pourrait tolérer les manifestations organisées à l’occasion de ses événements dans certaines limites.

« C’est un monde libre. Je n’essaie pas de contourner le premier amendement de qui que ce soit, ni des Juifs ni des Palestiniens. Et s’ils veulent protester respectueusement, ils ont le droit de le faire », a-t-il déclaré. « Nous nous opposons à la violence et nous nous opposons au fait qu’ils aient essayé d’empêcher les gens d’entrer.

Un partisan d’Israël avec du sang sur le visage après avoir affronté des manifestants anti-Israël qui bloquaient l’accès à la synagogue orthodoxe Adas Torah, à Los Angeles, le 23 juin 2024. (Crédit : David Swanson/AFP)

Les manifestations contre Israël, ainsi que les cas d’antisémitisme, sont montés en flèche aux États-Unis depuis que des terroristes dirigés par le Hamas se sont déchaînés dans le sud d’Israël le 7 octobre et ont massacré près de 1 200 personnes et pris en otage 251 personnes lors d’une attaque choc dévastatrice qui a déclenché la guerre à Gaza.

L’incident de dimanche est le dernier d’une série d’affrontements violents qui se sont produits à Los Angeles dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas, notamment à l’université de Californie à Los Angeles, qui a connu certaines des scènes les plus violentes lors de la récente vague de campements anti-israéliens dans les établissements d’enseignement américains, sur fond d’accusations croissantes de harcèlement antisémite à l’encontre d’étudiants juifs.

Bass, devait s’exprimer lors d’une conférence de presse lundi après-midi au Musée de la tolérance de Los Angeles, a déclaré qu’elle rencontrerait d’autres élus et des dirigeants de la communauté juive pour discuter des prochaines étapes. La Fédération juive de Los Angeles a publié un communiqué dimanche soir indiquant que son initiative de sécurité communautaire « surveillait la situation et travaillait avec nos partenaires locaux chargés de l’application de la loi pour s’assurer que notre communauté était en sécurité ».

Un porte-parole de la police de Los Angeles a déclaré qu’il n’avait pas connaissance d’appels à une protection policière supplémentaire avant l’événement. Mais certains dirigeants juifs ont déclaré qu’ils se sentaient exposés. Le rabbin Hertzel Illulian, fondateur du centre communautaire JEM à Beverly Hills, a déclaré à KCAL que la violence « n’avait pas sa place ici ».

« Je ne pense pas que les Juifs ou les chrétiens iraient devant une mosquée pour faire une telle chose, personne ne l’accepterait », a déclaré Illulian. « Mais ici, quand il s’agit des Juifs et d’Israël, tout est casher, tout va bien. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.