Anwar Gargash : Les débats sur l’annexion par Israël « doivent cesser »
Rechercher

Anwar Gargash : Les débats sur l’annexion par Israël « doivent cesser »

Le ministre émirati, partisan de la normalisation arabo-israélienne, a déclaré que toute action unilatérale de Jérusalem constituerait un "sérieux revers pour le processus de paix"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Anwar Gargash, le ministre d'État émirati aux Affaires étrangères, lors du Forum sur la sécurité des EAU à Abu Dhabi, Émirats arabes unis, le 12 décembre 2019. (AP Photo/Kamran Jebreili)
Anwar Gargash, le ministre d'État émirati aux Affaires étrangères, lors du Forum sur la sécurité des EAU à Abu Dhabi, Émirats arabes unis, le 12 décembre 2019. (AP Photo/Kamran Jebreili)

Un haut fonctionnaire des Emirats arabes unis a exhorté lundi Israël à renoncer à son plan annoncé d’annexion unilatérale de grandes parties de la Cisjordanie, réitérant l’opposition véhémente de son pays à cette initiative.

« La poursuite des discussions israéliennes sur l’annexion des terres palestiniennes doit cesser », a écrit le ministre d’État aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, en anglais sur son compte Twitter.

« Toute action israélienne unilatérale constituera un sérieux revers pour le processus de paix, sapera l’autodétermination palestinienne et constituera un rejet du consensus international et arabe en faveur de la stabilité et de la paix », a-t-il ajouté.

Gargash, membre du cabinet fédéral des EAU, est connu pour être l’un des responsables du Golfe les plus ouverts à la normalisation avec Israël. En mars 2019, il a publiquement appelé à un « changement stratégique » dans les liens israélo-arabes, affirmant que la décision du monde arabe de boycotter l’État juif, prise il y a plusieurs décennies, était une erreur.

Ces dernières semaines, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis à plusieurs reprises de faire avancer son plan visant à appliquer la souveraineté israélienne à la vallée du Jourdain et à toutes les implantations israéliennes en Cisjordanie, conformément au plan de paix du gouvernement américain pour le Moyen-Orient.

Selon l’accord de coalition entre son parti, le Likud, et la liste de Kakhol lavan du ministre de la Défense Benny Gantz, le plan d’annexion peut être soumis au vote dès le 1er juillet, bien que le ministre du Likud Zeev Elkin ait déclaré dimanche qu’un retard de plusieurs jours ou semaines était à prévoir.

Comme la plupart des membres de la communauté internationale, les Émirats arabes unis se sont opposés à l’annexion.

Le ministre des Affaires étrangères des EAU Abdullah Bin Zayed Al-Nahyan, au centre, partage un moment léger avec le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à gauche, et le leader du Hamas, Ismail Haniyeh, après l’ouverture du Sommet arabe à Riyadh, le 28 mars 2007. (Crédit : AP Photo/Awad Awad, Pool)

« Cette mesure unilatérale est illégale, compromet les chances de paix et contredit tous les efforts déployés par la communauté internationale pour parvenir à une solution politique durable conformément aux résolutions internationales pertinentes », a déclaré le 10 mai le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed Al Nahyan.

Dans cette déclaration, diffusée par l’agence de presse publique Emirates News Agency, Al Nahyan a explicitement rejeté l’affirmation souvent faite par Netanyahu selon laquelle le monde arabe accepterait finalement l’annexion.

De telles suggestions « contredisent la réalité de la position arabe, car le consensus arabe est exprimé et fixé dans les décisions émises par la Ligue des États arabes et confirmé dans de nombreuses réunions ministérielles arabes », a affirmé à l’époque le haut diplomate des Émirats arabes unis.

« Son Altesse a affirmé que la voie du processus de paix au Moyen-Orient, auquel nous aspirons tous, est claire et connue et établie par les principes internationaux convenus pour résoudre la question palestinienne et mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens », a-t-il poursuivi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...