Le ministre des Affaires étrangères émirati condamne le plan d’annexion d’Israël
Rechercher

Le ministre des Affaires étrangères émirati condamne le plan d’annexion d’Israël

Abdullah bin Zayed Al Nahyan rejoint les États opposés à l'application de la souveraineté d'Israël à la Cisjordanie, et infirme que les États du Golfe l'accepteront

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre des Affaires étrangères des EAU Abdullah Bin Zayed Al-Nahyan, au centre, partage un moment léger avec le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à gauche, et le leader du Hamas, Ismail Haniyeh, après l'ouverture du Sommet arabe à Riyadh, le 28 mars 2007. (Crédit : AP Photo/Awad Awad, Pool)
Le ministre des Affaires étrangères des EAU Abdullah Bin Zayed Al-Nahyan, au centre, partage un moment léger avec le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à gauche, et le leader du Hamas, Ismail Haniyeh, après l'ouverture du Sommet arabe à Riyadh, le 28 mars 2007. (Crédit : AP Photo/Awad Awad, Pool)

Les Émirats arabes unis ont rejoint dimanche un chœur croissant d’États condamnant les plans du nouveau gouvernement israélien d’annexer des parties de la Cisjordanie.

« Cette mesure unilatérale est illégale, compromet les chances de paix et contredit tous les efforts déployés par la communauté internationale pour parvenir à une solution politique durable conformément aux résolutions internationales pertinentes », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du pays du Golfe, Abdullah bin Zayed Al Nahyan.

L’application unilatérale de la souveraineté sur une partie quelconque de la Cisjordanie serait illégale, compromettrait les chances de paix, « et contredirait tous les efforts déployés par la communauté internationale pour parvenir à une solution politique durable » au conflit israélo-palestinien, a-t-il ajouté.

Dans cette déclaration, diffusée par l’agence de presse publique Emirates News Agency, le diplomate a explicitement rejeté l’affirmation souvent faite par le Premier ministre Benjamin Netanyahu selon laquelle le monde arabe acceptera l’annexion.

De telles suggestions « contredisent la réalité de la position arabe, car le consensus arabe est déclaré et fixé dans les décisions émises par la Ligue arabe et confirmé dans de nombreuses réunions ministérielles arabes », a fait savoir le chef de la diplomatie émiratie.

« Son Altesse a affirmé que la voie du processus de paix au Moyen-Orient, auquel nous aspirons tous, est claire et connue et établie par les principes internationaux convenus pour résoudre la question palestinienne et mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens », a-t-il poursuivi.

Les Émirats arabes unis sont l’un des États du Golfe qui entretiennent depuis longtemps des liens de plus en plus étroits, mais clandestins, avec Jérusalem. La semaine dernière, l’ambassadrice émiratie auprès des Nations unies à New York, Lana Nusseibeh, avait déclaré ouvertement que son pays n’était pas opposé à la coopération avec Israël dans la lutte mondiale commune contre la pandémie de coronavirus.

Dans un webinaire organisé par l’American Jewish Committee (AJC), elle a également félicité l’État juif pour sa récente percée concernant l’isolement d’un anticorps censé aider à guérir le Covid-19, et a brièvement évoqué le fait que de hauts fonctionnaires de son pays se sont récemment rendus en Israël pour envisager une coopération bilatérale dans le domaine de la santé publique.

En dénonçant de manière préventive l’annexion prévue par Israël de la vallée du Jourdain et de toutes les implantations en Cisjordanie, les EAU se sont joints à un nombre croissant de pays qui ont mis en garde Jérusalem contre une telle décision.

Selon l’accord de coalition conclu entre le Likud et le parti Kakhol lavan, Netanyahu peut proposer l’annexion dès le 1er juillet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...