Après 6 mois de séparation, une mère retrouve son bébé à l’hôpital de Jérusalem
Rechercher

Après 6 mois de séparation, une mère retrouve son bébé à l’hôpital de Jérusalem

Shahad avait été la seule survivante de triplés nés au mois de janvier à Jérusalem-Est. Mais sa mère, retournée à Gaza pour inhumer les deux enfants, n'avait pas pu revenir

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Illustration d'un nouveau-né (Crédit : Moshe Shai/Flash 90)
Illustration d'un nouveau-né (Crédit : Moshe Shai/Flash 90)

Une femme de la bande de Gaza qui avait été séparée de sa petite fille pendant six mois, le bébé étant resté dans un hôpital de Jérusalem-Est, va enfin retrouver son enfant après avoir obtenu un permis pour revenir au sein de l’Etat juif, a annoncé la Treizième chaîne mardi.

La femme avait été dans l’incapacité de revenir à Jérusalem après être partie à Gaza pour inhumer les deux frères de la petite fille, qui n’avaient pas survécu lors de la naissance de ces triplés à l’hôpital Makassed de Jérusalem-Est.

Selon le reportage, c’est la lourdeur bureaucratique qui a empêché jusqu’à présent la mère de revenir à Jérusalem. Toutefois, suite à des demandes de la Treizième chaîne, l’organe militaire israélien de liaison avec les Palestiniens (COGAT) a enfin approuvé la requête de permis qui lui permettra d’entrer en Israël. La chaîne n’a pas précisé la date de son retour à Jérusalem.

Au mois de janvier, cette femme de Gaza enceinte de triplés était arrivée à l’hôpital Makassed pour une intervention chirurgicale en urgence. Elle avait accouché mais deux des nouveaux-nés, des petits garçons, étaient morts quelques jours plus tard.

La mère était alors retournée à Gaza pour inhumer ses deux fils tandis que Shahad, la petite fille, était restée à Jérusalem, où elle recevait les soins des personnels de l’hôpital.

L’hôpital avait demandé de manière répétée à l’Autorité palestinienne de réclamer un permis auprès du COGAT (Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, une instance du ministère de la Défense) pour le père ou la mère de Shahad, en vain.

Pendant des mois, les parents sont restés en contact avec leur bébé par liaison vidéo à partir de leur téléphone cellulaire, a noté le reportage.

Le COGAT a fait savoir dans un communiqué qu’il n’avait reçu qu’une requête antérieure de permis, mais qu’elle n’était pas conforme et qu’elle n’avait donc pas été approuvée.

Israël émet chaque année des milliers de permis aux Palestiniens de la bande de Gaza pour qu’ils puissent venir en Israël y suivre des traitements médicaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...