Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Armes chimiques : l’OIAC échoue (encore) à adopter une feuille de route

La Russie a accusé les Occidentaux de chercher à "politiser" l'organisation notamment dans le dossier syrien

Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à La Haye, (en anglais Organisation for the prohibition of chemical weapons, OPCW). (Capture d'écran Twitter)
Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à La Haye, (en anglais Organisation for the prohibition of chemical weapons, OPCW). (Capture d'écran Twitter)

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), divisée en raison des tensions entre Occidentaux, Russes et Syriens, a échoué à se mettre d’accord vendredi sur une feuille de route commune pour les cinq prochaines années.

« Vous avez fait de votre mieux pour parvenir à un consensus mais ce n’était pas possible », a déclaré son directeur Fernando Arias. « En conséquence, nous n’aurons pas le document final tant souhaité », a-t-il ajouté.

C’est la deuxième fois que l’OIAC, lauréate du Prix Nobel de la Paix en 2013 et comptant 193 pays membres, ne parvient pas à adopter un document final fixant les priorités de l’organisation pour les cinq prochaines années.

L’ambassadrice britannique aux Pays-Bas et auprès de l’OIAC, Joanna Roper, a « regretté » que les pays membres n’aient pas pu se mettre d’accord.

« Une nouvelle fois, une poignée d’Etats ont fait preuve de mépris pour ces négociations multilatérales en refusant un compromis », a déploré de son côté l’ambassade d’Irlande.

La Russie avait accusé lundi les Occidentaux de chercher à « politiser » l’organisation notamment dans le dossier syrien.

Bashar el Assad et Vladimir Poutine, le 20 novembre 2017 (Crédit : capture d’écran télévision d’état russe

Depuis la Convention sur les armes chimiques, le traité qui interdit l’utilisation d’armes chimiques mis en œuvre en 1997, l’OIAC a détruit 72 118 tonnes de stocks déclarés par des pays du monde entier, soit 99%.

Le régime du président syrien Bashar al-Assad a accepté en 2013 de rejoindre l’organisation et de renoncer à toutes les armes chimiques, à la suite d’une attaque présumée au gaz neurotoxique sarin qui a tué 1 400 personnes dans la banlieue de Damas à Ghouta.

Mais le régime syrien a été accusé à plusieurs reprises d’attaques à l’arme chimique depuis lors.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a accru la menace d’utilisation d’armes chimiques, a déclaré en novembre le chef de l’OIAC.

La Russie est membre de l’OIAC et a déclaré ne plus posséder d’arsenal chimique militaire, mais le pays fait face à des pressions pour plus de transparence sur l’utilisation présumée d’armes toxiques.

Alexei Navalny, leader de l’opposition russe, pendant une manifestation à Moscou, le 14 mai 2017. (Crédit : Ivan Vodopyanov/AFP)

En 2020, l’opposant au Kremlin Alexeï Navalny, aujourd’hui emprisonné, a été victime d’un grave empoisonnement en Sibérie, dont il accuse les autorités russes.

En 2018, l’ancien agent du KGB Sergueï Skripal a été empoisonné au Novitchok au Royaume-Uni. Moscou a toujours nié toute implication dans les deux incidents.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.