Ashkenazi sur l’armée : seuls les meilleurs en Torah devraient être exemptés
Rechercher

Ashkenazi sur l’armée : seuls les meilleurs en Torah devraient être exemptés

Le candidat à la Knesset du parti Kakhol lavan, ancien chef de Tsahal, déclare qu'il est "dangereux" pour la société que seul "un petit nombre de jeunes servent le pays"

L'ancien chef d'état-major de Tsahal Gabi Ashkenazi prend la parole lors du lancement officiel du nouveau parti Kakhol lavan à Tel Aviv, le 21 février 2019. (Jack Guez/AFP)
L'ancien chef d'état-major de Tsahal Gabi Ashkenazi prend la parole lors du lancement officiel du nouveau parti Kakhol lavan à Tel Aviv, le 21 février 2019. (Jack Guez/AFP)

Dans des enregistrements diffusés lundi par le radiodiffuseur public Kan, le quatrième candidat sur la liste du parti centriste Kakhol lavan, l’ancien chef d’état-major Gabi Ashkenazi, a déclaré que les exemptions militaires pour la communauté ultra-orthodoxe devraient être comme celles pour les athlètes, seuls les meilleurs d’entre devraient être exemptés du service militaire.

« Nous avons un système dans lequel les athlètes exceptionnels bénéficient d’exemptions et tout les autres doivent servir », a déclaré Ashkenazi lors d’une conférence sur l’égalité dans le service public dans la société israélienne. « Tous les autres iront au centre d’intégration. »

« Je pense que c’est dangereux pour la société israélienne – une réalité dans laquelle un petit nombre de jeunes servent le pays plutôt qu’un public croissant qui ne sert pas », a-t-il ajouté.

Beaucoup de membres de la communauté ultra-orthodoxe évitent le service militaire qui est obligatoire pour les autres Israéliens juifs, et la communauté a historiquement bénéficié d’exemptions générales de l’armée en faveur des études religieuses au séminaire.

Des soldats de l’unité ultra-orthodoxe ‘Netzah Yehuda’ sur la base militaire Peles dans le nord de la Vallée du Jourdain, en août 2013. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Le dirigeant du Shas Aryeh Deri a répondu aux déclarations d’Ashkenazi en disant : « J’espère que cela restera dans le domaine des idées. »

« Je ne sais pas quelles sont les intentions de Gantz, mais ce faisant, ils ont adopté le programme de Yesh Atid, et je n’ai aucun doute que, même après les élections, ce sera Yesh Atid qui mènera et Lapid sera le chef en matière de religion et d’État », a dit Deri, faisant référence à Yair Lapid, numéro deux de Kakhol lavan, qui a fusionné son parti Yesh Atid avec la liste de Gantz.

Yesh Atid a toujours préconisé le service militaire et national pour les jeunes Haredi et l’introduction d’un programme moderne dans les écoles traditionnelles ultra-orthodoxes.

L’Institut israélien de la démocratie [IID] a déclaré en décembre dernier que le nombre d’inscriptions à plein temps à la yeshiva a augmenté chez les Haredim fervents orthodoxes, que les taux de chômage ont ralenti et que le nombre des inscrits dans l’enseignement supérieur laïque est en baisse dans cette communauté.

Selon l’IID, l’an dernier, 114 000 hommes Haredi étudiaient la religion à plein temps, soit une augmentation de 21 % par rapport à il y a trois ans et un renversement de la tendance antérieure à la participation croissante sur le marché du travail.

Alors qu’un peu moins de la moitié des hommes Haredi sont au chômage (alors que 73 % des femmes Haredi travaillent), cela représente une augmentation significative par rapport à 2003, où seulement 36 % des hommes Haredi et 51 % des femmes Haredi avaient un emploi.

Il y a eu plusieurs manifestations importantes contre le service militaire de la part d’un groupe extrémiste connu sous le nom de Faction de Jérusalem, qui a bloqué la circulation à Jérusalem et ailleurs au cours des dernières années.

La police utilise un canon à eau contre des manifestants lors d’une manifestation ultra-orthodoxe contre l’arrestation d’un déserteur de Tsahal à Jérusalem, le 7 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

En 2017, la Cour a jugé inconstitutionnelle une version 2015 du projet de loi israélien accordant à la plupart des étudiants de yeshiva des exemptions de service militaire, disant aux législateurs qu’ils doivent adopter de nouvelles directives pour l’enrôlement ultra-orthodoxe.

En 2018, le tribunal a accordé au gouvernement un mois et demi supplémentaire pour adopter le projet de loi, repoussant la date limite du début décembre à la mi-janvier, mais la Knesset a ensuite été dissoute et les élections fixées au 9 avril.

Le projet de loi rédigé par le ministère de la Défense, la proposition sur la table avant le déclenchement des élections, fixerait des objectifs annuels minimaux pour la conscription ultra-orthodoxe qui, s’ils ne sont pas atteints, entraîneraient des sanctions financières pour les yeshivas où les étudiants sont inscrits. En même temps, il officialiserait également les exemptions pour la grande majorité des étudiants de la yeshiva.

Beaucoup considèrent cette proposition comme le meilleur accord possible pour les ultra-orthodoxes, et certains membres de la communauté ont averti que son rejet entraînerait le chaos et la conscription de masse.

Sans cette prolongation, des milliers d’étudiants de la yeshiva seraient devenus admissibles à l’enrôlement.

Selon un rapport gouvernemental publié en 2017, la population d’Israël doublera d’ici 40 ans environ. Environ 29 % – soit 5,25 millions de ses 18 millions d’habitants prévus – seront des Juifs ultra-orthodoxes.

Ashkenazi a également évoqué la nouvelle série d’enregistrements qui ont fait l’objet d’une fuite diffusée dimanche soir par la Treizième chaîne, dans laquelle Benny Gantz a déclaré « Je ne suis sûr d’aucun d’entre eux » en parlant des membres de la haute direction de son parti.

« Il n’y a pas de problème entre nous, vous êtes invités aux réunions du quartet », a-t-il déclaré à la radio de l’armée, en faisant référence à lui-même, Gantz, Lapid et Moshe Yaalon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...