Au Kurdistan d’Irak, les bougies de Hanoukka brillent de nouveau
Rechercher

Au Kurdistan d’Irak, les bougies de Hanoukka brillent de nouveau

Une petite organisation tente de faire renaître Hanoukka en Irak, déserté par sa communauté juive au gré des conflits régionaux et des violences dans le pays

Des Juifs kurdes dansent au cours de la célébration de Saharana pendant la fête de Souccot (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
Des Juifs kurdes dansent au cours de la célébration de Saharana pendant la fête de Souccot (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Kippa sur les têtes, talit sur les épaules et chandeliers à neuf branches bien en vue : une petite organisation tente de faire renaître Hanoukka en Irak, déserté par sa communauté juive au gré des conflits régionaux et des violences dans le pays.

Al-Qoch, localité chrétienne du nord, à 50 km de Mossoul, l’ancienne « capitale » autoproclamée du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Irak, a vécu cette année sa première fête juive des lumières, Hanoukka, qui commémore la libération du Temple de Jérusalem en 164 avant J.C.

Dimanche, ils étaient une vingtaine à s’être réunis dans cette petite localité où est enterré selon la tradition le prophète Nahum, auteur du livre de Nahum, partie de l’Ancien Testament.

Quelques-uns avaient fait le déplacement depuis Israël, mais la majorité sont venus des trois provinces du Kurdistan irakien, pour allumer ensemble les bougies de Hanoukka qui célèbre le miracle de la fiole d’huile.

« C’est la première fois que nous célébrons Hanoukka au Kurdistan irakien », affirme à l’AFP un des organisateurs, Ranj Cohen.

Ce Kurde irakien a enregistré son association auprès des autorités et entend bien achever la rénovation de la tombe du prophète Nahum pour y organiser le culte chaque samedi. A la fin du printemps, veut-il croire, tout sera prêt.

Pour le moment, la petite assemblée distribue friandises et gâteaux au glaçage chocolat, en espérant toujours des jours meilleurs en Irak, particulièrement au Kurdistan.

Là, en 2015, alors que l’EI occupait toujours un tiers de l’Irak et que le territoire du « califat » autoproclamé bordait la région autonome majoritairement musulmane, les autorités locales avaient nommé un représentant de la communauté juive au sein de leur ministère des Affaires religieuses.

Une décision prise pour tenter de faire revivre une communauté qui comptait fin 2009 huit membres à Bagdad, selon un câble diplomatique publié par Wikileaks.

Au Kurdistan irakien, vivent environ 400 familles de descendance juive qui se sont converties à l’islam et sont donc officiellement enregistrées comme musulmanes, selon les autorités.

En 1948, l’Irak comptait environ 150 000 juifs, présents dans le pays depuis plus de deux mille ans, mais la quasi totalité en est partie après la création d’Israël la même année.

En 1951, 120 000 juifs, soit 96 % de la communauté d’Irak, avaient émigré vers l’Etat hébreu. Les derniers ont suivi après l’invasion américaine de 2003 qui a ouvert la voie à quinze années de violences quasi ininterrompues.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...