Avec ou sans normalisation Israël est un pacificateur régional – expert du Golfe
Rechercher

Avec ou sans normalisation Israël est un pacificateur régional – expert du Golfe

Dans son livre sur les alliances au Moyen-Orient, Sigurd Neubauer explore le rôle de Jérusalem comme médiateur dans les rivalités entre Arabie Saoudite, EAU, Oman, Bahreïn et Qatar

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Sigurd Neubauer, (à droite), avec un haut fonctionnaire omanais à l'Assemblée consultative d'Oman, Muscat 2019. (Autorisation)
Sigurd Neubauer, (à droite), avec un haut fonctionnaire omanais à l'Assemblée consultative d'Oman, Muscat 2019. (Autorisation)

On aurait pu être tenté de penser que le nouveau livre de Sigurd Neubauer sur les relations d’Israël avec les pays arabes du Golfe était condamné à devenir obsolète avant même sa sortie.

La date de publication officielle pour The Gulf Region and Israel : Old Struggles, New Alliances était le 1er septembre – deux semaines après que les Émirats arabes unis ont annoncé de manière surprenante qu’ils avaient accepté de normaliser leurs relations avec Israël, et deux semaines avant que les deux pays ne signent un accord de paix historique sur la pelouse de la Maison Blanche. Dans l’intervalle, le Bahreïn a également accepté d’établir des relations diplomatiques avec Israël.

Mais le rythme vertigineux des développements dans la région est en fait une bonne nouvelle pour lui, a déclaré l’analyste du Moyen-Orient basé à Washington dans une interview par e-mail cette semaine, car il jette un nouvel éclairage sur un aspect moins connu de l’alliance entre Israël et le Golfe : Le rôle discret mais crucial de Jérusalem en tant qu’artisan de la paix dans la région.

« Alors que les relations Émirats arabes unis-Israël ont été de nature stratégique pendant plus d’une décennie, le calendrier des accords est d’une valeur géopolitique significative », a-t-il déclaré, car ils sont intervenus après qu’“Israël s’est imposé comme un artisan de la paix dans le Golfe après avoir contribué à stabiliser les différends intra-Golfe, notamment entre le Qatar et ses voisins immédiats – les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et Bahreïn – et entre les Émirats arabes unis et Oman”.

Israël a pris des « mesures décisives » pour maintenir un équilibre des pouvoirs entre les États arabes rivaux de la région afin d’empêcher l’Iran de tirer profit de la crise du Golfe, a-t-il affirmé.

En 2017, le Qatar a été accusé par quatre États arabes de soutenir le Hamas et d’autres groupes terroristes. Ils ont imposé un blocus étouffant sur le petit pays, mais Israël a jeté « une bouée de sauvetage diplomatique » à Doha en coopérant sur l’aide à la bande de Gaza, a soutenu Neubauer. « Dans ce contexte, la motivation du Qatar pour coopérer avec Israël – pour aider à soulager la situation humanitaire précaire de Gaza – n’est pas motivée par la peur de l’Iran en soi mais par la menace posée par ses propres voisins ».

Le fait que Jérusalem ait laissé le Qatar donner de l’argent aux Gazaouis dans le besoin « a changé l’histoire à Washington, le Qatar ne soutenant plus le Hamas mais s’efforçant de tirer parti de ses relations avec le Hamas pour amener toutes les parties à coopérer en vue de soutenir le plan de paix de l’administration Trump », a déclaré M. Neubauer dans un article pour le magazine Foreign Policy en août dernier.

« Tout cela a bien fonctionné avec la stratégie diplomatique initiale de l’administration Trump pour le conflit régional, qui était de fournir aux parties en conflit un mécanisme de désescalade permettant de sauver la face ».

Israël s’est également opposé à un projet de loi proposé par le membre républicain du Congrès Ed Royce qui aurait désigné le Qatar comme un État soutenant le terrorisme en raison de ses liens avec le Hamas, a noté M. Neubauer. « Dans le même temps, Israël a renforcé son partenariat stratégique de facto avec les EAU, l’ennemi régional du Qatar », a-t-il ajouté, et s’est ainsi « habilement établi dans le processus comme un artisan de paix improbable ».

L’auteur Sigurd Neubauer dans sa maison de Washington. (Autorisation)

Neubauer, 40 ans, est né et a grandi à Lillehammer, en Norvège. Il a étudié l’histoire juive et les sciences politiques à la Yeshiva University de New York avant de partir à Washington pour travailler pour l’industrie de la défense américaine et plusieurs groupes de réflexion.

Dans son nouveau livre de 368 pages, il conteste l’idée répandue selon laquelle c’est surtout l’inimitié commune envers l’Iran qui rapproche Israël et les Etats du Golfe.

« Alors que les EAU, Oman, le Qatar et Bahreïn se rapprochent effectivement d’Israël, leurs motivations respectives ne sont pas principalement motivées par la peur de l’Iran mais plutôt par la rivalité inter-CCG (Conseil de coopération du Golfe), y compris à Washington », a-t-il affirmé dans l’interview.

Oman, par exemple – le pays du Golfe qui a les liens les plus étroits avec l’Iran – a accueilli le Premier ministre Benjamin Netanyahu en octobre 2018 pour montrer à ses voisins hostiles qu’il a le soutien d’Israël, a-t-il suggéré. Et le rapprochement des EAU avec Israël « est avant tout motivé par la volonté de s’assurer une position à Washington » et ensuite seulement par les préoccupations concernant l’agression iranienne, a-t-il soutenu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) s’entretient avec le sultan Qaboos bin Said à Oman, le 26 octobre 2018. (Autorisation)

Voici une transcription complète de l’entretien.

Le Times of Israel : Votre livre, « The Gulf Region and Israel : Old Struggles, New Alliances », a été officiellement publié le 1er septembre. Deux semaines plus tard, Israël et deux pays du Golfe ont signé des accords de paix historiques, changeant ainsi radicalement le paysage diplomatique du Moyen-Orient. Bien sûr, le titre de votre livre note que Jérusalem et certains pays du Golfe coopéraient déjà avant les accords d’Abraham, mais à quel point avez-vous été surpris, ou peut-être frustré, lorsque vous avez entendu parler pour la première fois de l’accord de normalisation entre Israël et les Émirats arabes unis ?

Sigurd Neubauer : J’ai eu beaucoup de chance avec le calendrier de mon livre, bien que les recherches pour celui-ci aient pris environ 18 mois.

Si les relations EAU-Israël sont de nature stratégique depuis plus d’une décennie, le calendrier des accords présente un intérêt géopolitique important pour la raison suivante : Les accords d’Abraham ont été conclus après qu’Israël s’est imposé comme un artisan de la paix dans le Golfe après avoir contribué à stabiliser les différends intra-Golfe, notamment entre le Qatar et ses voisins immédiats – les EAU, l’Arabie Saoudite et Bahreïn – et entre les EAU et Oman.

On peut même affirmer que la crise du Golfe est à l’origine des accords d’Abraham

C’est seulement maintenant que le public commence à comprendre le rôle critique d’Israël en tant que pacificateur dans le Golfe, un thème clé de mon livre.

Parce que l’Iran reste son principal adversaire stratégique, Jérusalem a pris des mesures décisives pour maintenir l’équilibre des forces entre les cheikhs arabes rivaux, avec l’objectif stratégique d’empêcher Téhéran de tirer profit de la crise du Golfe. Dans le même temps, Israël a renforcé ses relations respectives avec Abou Dhabi, Doha et Mascate en démontrant sa fiabilité en tant que partenaire stratégique pendant une période de chaos à Washington.

On peut même affirmer que la crise du Golfe est à l’origine des accords d’Abraham.

Le président américain Donald Trump, (au centre), avec, de gauche à droite, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed al-Nahyan, lors de la cérémonie de signature des Accords d’Abraham sur la pelouse sud de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020, à Washington. (AP Photo/Alex Brandon)

En raison de la façon dont la crise du Qatar s’est déroulée à Washington en 2017, je pense que les EAU ont peut-être offert à Israël à ce moment-là une normalisation complète des relations diplomatiques, y compris avec le Bahreïn, en échange du soutien de sa position vis-à-vis du Qatar. Si cette offre a été faite, Israël ne l’a pas saisie.

Au lieu de rejoindre les Etats du blocus, Israël a tendu la main au Qatar en accélérant la reconstruction de Gaza, alors que les deux pays ne jouissaient pas de relations diplomatiques lorsque la crise du Golfe a éclaté.

Pour témoigner de l’essor de la coopération entre le Qatar et Israël à Gaza, le président israélien Reuven Rivlin a récemment remercié Doha d’avoir servi de médiateur pour un accord de cessez-le-feu à long terme entre Israël et le Hamas.

Avance rapide : Parce que les EAU, le Qatar et Oman ont des expériences positives avec Israël, Jérusalem est, ironiquement, le seul acteur non membre du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui soit acceptable pour les deux parties du schisme du CCG, contrairement à la Turquie et à l’Iran.

Pour les Émirats arabes unis, leurs relations avec Israël sont principalement guidées par la volonté de s’assurer une position à Washington et, accessoirement, par la peur de l’Iran

En raison du conflit non résolu entre Israël et les Palestiniens, il s’agit d’un partenaire stratégique que tous les pays du CCG ont du mal à accepter pleinement. En même temps, et peut-être en raison des enjeux élevés de la crise du CCG, Israël a exercé son influence dans le Golfe avec une grande responsabilité.

En raison du rôle d’Israël comme artisan de la paix dans le Golfe, en particulier entre le Qatar et les EAU, il est clair que l’accord de normalisation entre Israël et les EAU ne se fera pas au détriment des rivaux d’Abou Dhabi dans le Golfe.

Les EAU citent la volonté d’Israël de suspendre son projet d’annexion de la Cisjordanie comme le déclencheur qui lui a permis de signer les accords d’Abraham. Mais comme vous l’expliquez longuement, les liens cachés entre Jérusalem et Abou Dhabi remontent à de nombreuses années. Pourquoi Mohammad bin Zayed a-t-il décidé à ce moment précis de faire le grand saut ?

Dans mon livre, j’ai prédit que les EAU renforceraient leurs relations avec Israël même si les deux pays jouissent d’un partenariat stratégique depuis 2008, date à laquelle un canal de retour militaire axé sur la menace iranienne a été établi.

La couverture du livre de Sigurd Neubauer sur les relations entre Israël et le Golfe. (Autorisation)

Le calendrier des accords d’Abraham a créé un scénario gagnant-gagnant pour les trois parties ; pour l’administration Trump, il pourrait indiquer une victoire diplomatique avant les prochaines élections de novembre ; pour Israël, il a atteint un objectif stratégique à long terme de normalisation des relations diplomatiques avec deux pays arabes ; et pour les EAU, il a pu la présenter comme empêchant l’annexion de la Cisjordanie.

La réalité est cependant un peu différente : les accords d’Abraham ont donné à Mohammed bin Zayed l’occasion de renverser la position de moins en moins importante des EAU à Washington en raison de leur programme régional agressif et de leur alliance controversée avec le prince héritier Mohammed ben Salmane d’Arabie Saoudite.

L’un des rares points de friction dans la romance naissante entre Israël et les EAU est le désir d’Abu Dhabi de disposer de jets F-35 américains. Un tel accord, que les deux parties chercheraient à conclure en quelques semaines, risque-t-il de faire dérailler les relations entre Jérusalem et les Emirats ? Que peuvent faire les dirigeants israéliens pour contrecarrer la vente de ces jets aux Émirats arabes unis sans contrarier leurs nouveaux amis ?

Pour l’establishment de la Défense israélienne, le transfert potentiel de l’avion de chasse F-35 aux EAU ne ferait pas qu’éroder son QME [Qualitative Military Edge], mais les questions évidentes auxquelles les décideurs politiques israéliens seront confrontés sont les suivantes : Le parapluie des F-35 sera-t-il étendu à tous les pays du Golfe qui décident de normaliser leurs relations avec Israël ?

Et parce que les États du Golfe sont divisés entre eux, les États-Unis peuvent-ils et doivent-ils – avec le soutien présumé d’Israël – fournir les F-35 à un seul côté du schisme du Golfe et non à l’autre ? Dans les conflits très personnalisés entre les monarques du Golfe, qui sont profonds et de longue durée, que se passe-t-il si le F-35 est utilisé à un stade ultérieur contre un autre pays du Golfe ?

Illustration. Un pilote et l’équipage d’un avion F-35 se préparent pour une mission à la base aérienne d’Al-Dhafra aux Émirats arabes unis, le 5 août 2019. (Photo du sergent Chris Thornbury publiée par l’US Air Force, via AP)

Et que se passe-t-il si le F-35 est obtenu – aux EAU ou ailleurs dans le Golfe – par la Russie ou la Chine ? Il ne s’agit alors plus seulement du QME d’Israël, mais d’une menace majeure pour la sécurité nationale des États-Unis. Ce sont bien sûr des questions gênantes, mais je suis convaincu qu’Israël prendra une décision responsable sur la manière de procéder.

Vous écrivez à la page 190 de votre livre : « Un récit qui prévaut à Washington est que les liens entre le Golfe et Israël se sont renforcés pendant la présidence Trump en raison d’une animosité mutuelle envers l’Iran. Pourtant, ce n’est pas tout à fait exact ». Si ce n’est l’inimitié commune envers Téhéran, qu’est-ce qui rapproche Israël et les États du Golfe ?

Si les EAU, Oman, le Qatar et Bahreïn se rapprochent effectivement d’Israël, leurs motivations respectives ne sont pas principalement motivées par la peur de l’Iran mais plutôt par la rivalité entre les pays du CCG, y compris à Washington. Le Qatar, par exemple, n’a pas entretenu de relations diplomatiques avec Israël lors de l’éclatement de la crise du Golfe en 2017, lorsque des représentants des EAU à Washington l’ont accusé de soutenir le Hamas et le terrorisme.

En accélérant la reconstruction de Gaza en coopération avec Israël, Jérusalem a donné au Qatar une bouée de sauvetage diplomatique à un moment où Doha était confronté à une menace existentielle de ses voisins arabes immédiats. Dans ce contexte, la motivation du Qatar à coopérer avec Israël – pour aider à soulager la situation humanitaire précaire de Gaza – n’est pas motivée par la peur de l’Iran en soi mais par la menace posée par ses propres voisins.

Un policier palestinien fait signe à un camion qui entre par le point de passage de Kerem Shalom dans la bande de Gaza le 1er septembre 2020, après un accord conclu avec Israël grâce à la médiation du Qatar. (SAID KHATIB / AFP)

Dans le cas d’Oman, le Sultanat d’Oman est le pays du Golfe qui a les liens les plus étroits avec l’Iran. La visite du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Mascate en octobre 2018 avait pour but de démontrer le soutien d’Israël au sultan Qaboos face à l’hostilité des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite ; les détails sont dans mon livre. Ainsi, la principale motivation d’Oman pour coopérer avec Israël n’est pas non plus due à sa peur de l’Iran, mais plutôt de ses propres voisins arabes.

En ce qui concerne les EAU, je soutiens dans mon livre que leurs relations avec Israël sont principalement déterminées par la nécessité de s’assurer une position à Washington et, accessoirement, par la peur de l’Iran.

Contrairement à l’Égypte et à la Jordanie, les EAU et le Bahreïn semblent désireux de s’assurer que leur paix avec Israël sera une « paix chaleureuse ». Les populations de ces pays sont-elles prêtes à embrasser un pays dont les dirigeants sont accusés depuis des décennies de maltraiter leurs frères palestiniens ?

Il ne fait aucun doute que la décision du prince héritier Mohammed Bin Zayed de normaliser les liens avec Israël était une démarche audacieuse qui mérite d’être saluée. Il est véritablement populaire auprès de son peuple, mais en même temps, la dissidence aux EAU n’est tolérée sous aucune circonstance. L’affection des Émirats envers le peuple juif, y compris Israël, est néanmoins sincère et authentique.

Sigurd Neubauer, (à gauche), avec Khalid al-Khalifa, alors ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, à Manama. (Autorisation)

Au Bahreïn, les dirigeants – menés par la dynastie royale Al-Khalifa – ont longtemps eu des vues progressistes sur Israël, mais leurs propres relations avec la majorité chiite de l’État insulaire sont loin d’être harmonieuses, malheureusement.

Il est peu probable que les chiites et les islamistes de Bahreïn soutiennent l’alliance géopolitique de leur roi avec Israël. Parce que la paix d’Israël avec les EAU et Bahreïn est principalement motivée par le changement du paysage géopolitique de la péninsule arabique, Jérusalem a probablement besoin d’une paix chaleureuse comme condition pour protéger essentiellement ces deux monarchies arabes.

Les EAU et le Bahreïn s’engagent toujours à s’allier à la cause palestinienne mais ont en fait jeté les Palestiniens aux oubliettes. Est-ce le début de la fin du consensus du monde arabe sur le conflit israélo-palestinien, tel qu’il est incarné par l’Initiative de paix arabe ?

Je ne suis pas d’accord. Les accords d’Abraham sont un accord de paix bilatéral légitime entre Israël et les EAU, et entre Israël et Bahreïn, et ne se fait pas aux dépens des Palestiniens. Je ne pense pas que les Palestiniens aient été négligés.

Abou Dhabi et Manama, ainsi que d’autres pays du Golfe, continueront à défendre les intérêts des Palestiniens dans leurs relations respectives avec Jérusalem. L’Initiative de paix arabe (API) a toujours été un point de départ pour les négociations et non un ultimatum à prendre ou à laisser, m’a dit un jour l’ancien ministre des Affaires étrangères du Bahreïn. Je suis d’accord avec lui. L’API continuera à faire partie de la conversation.

Selon vous, quel est le prochain pays à normaliser ses relations avec Israël ?

Selon divers rapports des médias, il semble que ce soit le Soudan mais, honnêtement, je n’en sais rien.

L’Arabie Saoudite serait en train de formaliser ses liens avec Israël, avec le prince héritier Mohammed en faveur mais son père, le roi Salman, toujours opposé. Comment voyez-vous cette tension interne au sein de la direction du pays ?

L’Arabie saoudite est une société notoirement opaque, mais la couverture positive par les médias saoudiens d’Israël et des accords d’Abraham en particulier est [la preuve] que le Royaume prend des mesures concrètes pour mobiliser le soutien populaire en faveur d’une paix future avec Israël.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite (à gauche) et le roi de Bahreïn Hamad bin Isa al Khalifa lors du sommet du Conseil de coopération du Golfe à Riyad, en Arabie saoudite, le jeudi 21 avril 2016. (Crédit : AP / Carolyn Kaster)

Les conditions d’une telle paix sont impossibles à prévoir pour l’instant en raison de la situation personnalisée entre le président Trump et le prince héritier Mohammed ben Salmane. Mais ce qui est clair, c’est que le prince héritier semble contrôler pleinement son pays et que toute dissidence – y compris sur Israël/Palestine – ne sera pas tolérée.

Le fait que Bahreïn ait suivi l’exemple des EAU pourrait très bien signifier que l’Arabie saoudite pourrait normaliser ses relations avec Israël, surtout si Trump est réélu.

Vous décrivez le Koweït comme le pays le plus pro-palestinien du Golfe, et celui qui a le moins de chances de se rapprocher d’Israël. Pourquoi ?

La position intransigeante du Koweït sur la normalisation avec Israël est motivée par sa politique intérieure, car la famille dirigeante doit se conformer à l’opinion publique en raison de son Parlement relativement indépendant et de la diversité des discours dans la société. Telle est la position du Koweït depuis longtemps.

Les accords d’Abraham sont un accord de paix bilatéral légitime entre Israël et les Émirats arabes unis, et entre Israël et Bahreïn, et ne se font pas au détriment des Palestiniens

Après la mort de l’émir, il n’est pas certain que le Koweït puisse maintenir sa neutralité dans les conflits du Golfe et sa souveraineté pourrait très bien être contestée, ce qui offre potentiellement à Israël une ouverture pour l’aider à équilibrer les EAU ou l’Arabie Saoudite. Le Koweït préfère l’aide américaine à celle d’Israël. Mais cette dynamique dépend de Washington et du fait que M. Trump sera ou non président.

Quand pensez-vous que nous verrons une paix israélo-arabe plus large, telle qu’envisagée par le président Trump, avec la reconnaissance ouverte d’Israël par tous ou la plupart des pays arabes ? Que doit-il se passer dans la région pour que cela se produise ?

Sigurd Neubauer, (à droite), jouant aux échecs avec des Omanais lors d’une visite à Mascate en 2019. (Autorisation)

L’administration Trump a effectivement conditionné ses relations bilatérales avec les États du Golfe respectifs à la manière dont ils traitent avec Israël, ce qui a également élevé le statut de Jérusalem dans le Golfe.

Les Etats-Unis n’ont pas ce genre d’influence sur les pays du Maghreb (du nord-ouest de l’Afrique), ce qui signifie qu’ils ne céderont probablement pas aux pressions diplomatiques américaines pour normaliser les liens avec Israël au-delà des paramètres de l’API. Le Soudan, en raison de sa propre situation, est l’exception parmi les États arabes géographiquement éloignés de la région du Golfe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...