Rechercher

Avocats de Netanyahu : les articles ont aussi été modifiés pour d’autres élus

Les députés du Likud Ofir Akunis et Yuval Steinitz et le député travailliste de l'époque Binyamin Ben-Eliezer auraient aussi demandé des modifications à Ilan Yeshua

L'avocat de l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, Boaz Ben Tzur (d), et l'avocat Jack Chen arrivent au tribunal de district de Jérusalem pour une audience, le 29 septembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L'avocat de l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, Boaz Ben Tzur (d), et l'avocat Jack Chen arrivent au tribunal de district de Jérusalem pour une audience, le 29 septembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le procès contre Benjamin Netanyahu a repris mercredi au tribunal de district de Jérusalem après une pause de deux semaines, les avocats de l’ancien Premier ministre tentant de montrer que les modifications apportées à la couverture du site d’information Walla pour répondre aux besoins de Netanyahu n’étaient pas inhabituelles et que des modifications similaires avaient été apportées pour satisfaire d’autres politiciens.

En présence de ces nouvelles informations, un témoin de l’accusation a rétorqué que les faveurs accordées aux autres politiciens avaient également été dictées par les assistants de Netanyahu.

L’audience a porté sur l’affaire de corruption présumée de Bezeq-Walla, connue comme l’affaire 4000, dans laquelle Netanyahu est accusé d’avoir abusé de ses pouvoirs lorsqu’il était à la fois Premier ministre et ministre des Communications de 2014 à 2017.

Netanyahu est accusé d’avoir bénéficié de manière illicite et lucrative des intérêts commerciaux de l’actionnaire majoritaire de Bezeq telecom, Shaul Elovitch, en échange d’une couverture positive sur le site d’information Walla, propriété de Bezeq.

A LIRE / Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

M. Netanyahu est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance, tandis que M. Elovitch et son épouse sont accusés de corruption. Les trois accusés nient avoir commis des actes répréhensibles.

L’homme d’affaires israélien Shaul Elovitch et sa femme Iris au tribunal de district de Jérusalem, le 6 avril 2021. (Yonatan Sindel / Flash90)

Au cours de l’audience de mercredi, l’avocat de Netanyahu, Boaz Ben Tzur, a mis au défi l’ancien PDG de Walla, Ilan Yeshua, le premier témoin du procès, en présentant un grand volume de correspondance qu’il a eue vers 2012 avec le personnel des députés du Likud Ofir Akunis et Yuval Steinitz et du député travailliste de l’époque Binyamin Ben-Eliezer, montrant prétendument qu’il essayait aussi de s’attirer leurs faveurs.

« Des dizaines et des dizaines de fonctionnaires vous ont contacté », a dit Ben Tzur à Yeshua, détaillant les nombreux exemples. « Le tribunal tirera des conclusions plus tard. Les documents parlent d’eux-mêmes. »

Mais Yeshua a tenté de convaincre le tribunal que les nouvelles preuves renforçaient en fait le dossier des procureurs, au lieu de l’affaiblir.

Il a reconnu qu’il avait parfois agi de manière inappropriée, mais a fait valoir que la couverture améliorée a été accordée à Akunis, Steinitz et Ben-Eliezer sur les ordres du propriétaire de Bezeq, Elovitch, en raison de leur proximité avec Netanyahu.

Akunis et Steinitz sont des membres du parti de Netanyahu qui avaient été impliqués dans des questions de communication, et Ben-Eliezer, décédé depuis, avait été soutenu par Netanyahu lors de l’élection présidentielle de 2014.

Ofir Akunis arrive pour une réunion du Likud à Jérusalem, le 28 mai 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Les documents présentés par Ben Tzur auraient montré que Walla avait assuré une couverture résolument positive d’Akunis. À l’époque, le site web faisait pression sur Akunis et d’autres politiciens contre l’approbation d’une législation obligeant les organes de presse et d’autres organisations à rendre leurs sites web accessibles aux personnes handicapées.

Yeshua a rétorqué qu' »il avait été question qu’Akunis devienne un ministre du cabinet du Premier ministre responsable des questions de communication ». Le contact avec Akunis et Steinitz n’a pas été initié par moi-même. Chaque fois qu’il y avait un tel contact, c’était conformément aux ordres de Shaul [Elovitch]. »

Lorsque Ben Tzur a insisté pour savoir si Yeshua avait été à l’aise avec le fait d’être impliqué dans de telles transactions, Yeshua a répondu : « J’ai peut-être considéré que ce n’était pas correct. Parfois, on fait des choses inappropriées. Il y a eu de nombreuses fois où je me suis senti mal à l’aise. »

Concernant Ben-Eliezer, Yeshua a déclaré qu’Elovitch lui avait dit à l’époque qu’il y avait des candidats à la présidence soutenus par Netanyahu qui étaient « descendus » et que le Premier ministre voulait défendre dans les médias, y compris Ben-Eliezer.

« Tout le monde peut voir que vous inventez tout cela », a rétorqué Ben Tzur.

Binyamin Ben-Eliezer, le 27 mai 2014. (Crédit : Flash90)

La dernière audience dans le procès Netanyahu a eu lieu le 13 septembre, après une pause de plusieurs mois provoquée par une ordonnance du tribunal demandant que les avocats de la défense reçoivent de nouvelles preuves glanées dans les messages et les courriels du téléphone de Yeshua.

Yeshua est le premier, et jusqu’à présent le seul, témoin à déposer dans le procès de Netanyahu.

En juin, les juges du tribunal de district de Jérusalem supervisant le procès ont accédé à la demande des avocats de la défense de procéder à une recherche élargie du téléphone de Yeshua, arguant qu’ils n’avaient pas reçu les textes de toutes les conversations pertinentes découvertes sur l’appareil lors d’une recherche antérieure.

Les juges ont autorisé une autre recherche du téléphone de Yeshua pour toutes les conversations avec des politiciens, des hommes d’affaires, et d’autres personnes concernant son implication dans la couverture des nouvelles à Walla. Ces recherches sont à l’origine des nouveaux éléments présentés à la cour mercredi.

L’ancien PDG du site Walla, Ilan Yeshua, arrive pour son témoignage dans l’affaire contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans son procès sur des allégations de corruption, de fraude et d’abus de confiance, au tribunal de district de Jérusalem, le 7 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Raoul Wootliff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...